J’ai pris beaucoup de plaisir à lire Les petites pièces à pupitre de Jean-Yves Picq, elles m’ont beaucoup fait rire.
Dans les petites pièces telles que Le gros caillou, La gitation ou L’événement, 2 personnages se répondent. Les dialogues sont rythmés par des répliques courtes, cocasses qui tiennent du burlesque. Les 2 personnages essaient de comprendre notre monde et nous font rire de notre époque. L’auteur décrypte « le monde comme il va pas ». Les 2 personnages par leurs lapsus, pléonasmes et aphorismes me font penser aux Dupondt dans Tintin. Jean-Yves Picq use et abuse de jeux de mots et de contrepèteries. Cette jonglerie verbale et sonore, cette musique des mots rend ces petites pièces d’autant plus savoureuses à lire. A noter des passages très poétiques.