Nous vous proposons cette semaine une battle originale entre les sites internet de deux de nos compagnies de hip hop lyonnaises préférées : Pokemon Crew et Käfig. Que le meilleur gagne !

Le 21 janvier, la Compagnie de hip hop des Pokemon Crew inaugurait son site internet à l’ Opéra de Lyon où ils sont en résidence cette année.

Quel chemin parcouru pour ces champions du monde de battle qui ont débuté leur carrière sur le parvis de cette institution lyrique !

Le site des Pockemon Crew est de facture plutôt classique. Il propose outre une présentation de la Compagnie et de ses danseurs virtuoses :

- des informations sur leurs spectacles : C’est ça la vie ?! (2006), Gourbi (2007) et Sii... Si !
- des photographies et des vidéos (pas encore assez à mon goût)
- une revue de presse (qui devrait bientôt être étoffée !).

Le graphisme de ce site est sobre et classe. La navigation se fait au gré d’une musique lancinante. MAIS, les fans avides d’interactivité seront certainement un peu frustrés... Snif !

Changement de décor avec la Compagnie Käfig installée dans le tout nouveau pôle Pik !

On passe d’une couleur bleue nuit royale à des tons orangers qui traduisent une atmosphère douce, chaleureuse, un peu exotique (j’avoue personnellement avoir un faible pour cette ambiance). Le site est bilingue (français / anglais) comme le sera prochainement celui des Pockemon Crew. Le plan du site présente de grandes similitudes avec l’équipe adversaire et rivalise donc en clarté. On aime le côté dynamique de l’interface, un peu moins la navigation plus complexe que sur le site des Pokemon Crew. Les rubriques, riches en contenu, témoignent du dynamisme créatif de la Compagnie : participation à la Biennale 2008, organisation du festival Karavel, dates à venir pour les pièces du répertoire de la Compagnie : Récital, Tricôté, Agwa... Et s’il n’ y a pas de vidéos disponibles, les très belles photos permettent, malgré tout, d’illustrer et de valoriser leur propos artistique.

Sur les deux sites, il est possible de s’inscrire à une newsletter. Que demander de plus ?

Alors, alors, alors quel est le vainqueur ? On n’attend plus que vos notes, messieurs et mesdames du jury public !