C’est bien connu, lorsqu’on devient parents, il est parfois difficile de continuer d’aller voir des spectacles, faute de modes de garde accessibles...

Mais tout n’est pas perdu ! On voit ainsi poindre un intérêt des salles de spectacle pour ce public qui reste encore à conquérir. Ouf !

Ainsi, la Maison de la danse à Lyon, en collaboration avec l’entreprise Garderisettes propose à ses spectateurs, parents de jeunes enfants de 2 à 6 ans, une halte-garderie à l’occasion des représentations programmées en après-midi. Un intervenant danseur est également associé à cet accueil qui en fonction des âges et du nombre d’enfants propose des ateliers de pratique de la danse. Fantastique, non ?

L’Opéra de Lyon a mis en place les ateliers du dimanche qui fonctionnent sur le principe suivant : le dimanche pendant que les parents assistent au spectacle dans la grande salle, les enfants s’amusent à l’amphi. Au programme : danse, costumes, cuisine, vidéo, magie !

L’association Très Tôt Théâtre dans le Finistère organise pour les plus petits un baby coulisse sur certains des spectacles jeune public qu’elle programme, afin de permettre aux enfants plus grands de profiter des spectacles avec leurs parents.

En Belgique, le baby-sitting théâtre existe déjà bel et bien. Ce service proposé par la ligue des familles vous permet ainsi de décompresser en assistant à un concert du Centre culturel d’Ittre par exemple (tout le monde connaît évidemment Ittre en Wallonie ! ) ou de l’Opéra de Liège.

En Suisse, le Centre pluriculturel et social d’Ouchy (Ouchy, Ouchy combien d’habitants déjà ?!) a également tout compris. Conscient que de nombreux parents ont de la difficulté à se libérer le soir, il offre la possibilité d’un forfait spectacle/concert et 4 heures de baby-sitting.

Saluons donc les initiatives de ces lieux avant-gardistes ! Elles sont encore trop rares en France mais gageons que dans un futur proche, avoir des enfants en bas-âge ne sera plus un obstacle pour aller voir des spectacles de qualité ! (grâce à cet article peut-être, qui sait c’est un peu comme si nous lancions une bouteille à la mer ...)