© Xavi GM
A 82 ans Michel Vinaver obtient une reconnaissance longuement attendue. Après Bernard-Marie Koltès en 2007, Jean-Luc Lagarce en 2008, c’est à son tour de faire, de son vivant , son entrée au répertoire de la Comédie-Française avec L’Ordinaire. Il s’agit d’une pièce écrite en 1981 et qui s’inspire de la célèbre catastrophe aérienne de 1972, dans la Cordillère des Andes, au terme de laquelle 16 personnes avaient survécu en mangeant les corps des passagers décédés. Les passagers de la pièce sont les dirigeants d’une multinationale. "Au long des 42 jours, parmi les 8 survivants, certains vont continuer à faire comme si presque rien ne s’était passé et d’autres inventer de nouvelles manières de vivre ensemble... pour aménager le quotidien d’un groupe, jusqu’alors organisé selon une stricte hiérarchie." (Quinzaine Littéraire)
La mise en scène est le fruit de la collaboration du dramaturge avec Gilone Brun. La pièce se joue jusqu’au 19 mai 2009 à la Comédie-Française, salle Richelieu.

Pour en savoir plus sur la pièce L’ordinaire , quelques articles à lire parus récemment :
- Dans Les Inrockuptibles, n°691, fév 2009 " Avion cannibale" de Patrick Sourd
- Dans La Quinzaine Littéraire, n°987, 1er au 15 mars 2009, "Les paradoxes de l’ordinaire" de Monique Le Roux
- Interview dans la revue Théâtral magazine, n°19 (mars-avril 2009)

Comme le dit Michel Vinaver "cette pièce raconte le rapport décalé entre une situation exceptionnelle et la façon dont cette situation est vécue par des personnes... Les gens poursuivent leurs petites conversations et expriment leurs petits soucis. Ils continuent à se demander ce qu’ils vont faire le lendemain ou les jours suivant, au bureau , à la maison." Comme Michel Vinaver, je suis en constant émerveillement et fascination sur ce sujet qui en dit beaucoup sur l’espèce humaine.
Cette pièce est passionnante (je l’ai dévorée !), mais ma préférée est La demande d’emploi écrite en 1971.
La justesse, la lucidité impitoyable et la clairvoyance de Michel Vinaver sont extraordinaires quand il nous parle de Fage, un directeur des ventes à la recherche d’un nouvel emploi. Il a été chassé de son entreprise après une restructuration de la firme. Au chômage, il se plie aux questionnaires - mécanique infernale - de Wallace, un chasseur de têtes. Louise, la femme de Fage, attentive à son mari, supporte mal la perte d’un cadre de vie sécurisant. Nathalie, sa fille âgée de 16 ans, gauchisante, irresponsable, attend d’un camarade noir un enfant qu’elle veut garder… un peu.
L’auteur évite le réalisme plat ou le misérabilisme, il saisit le monde contemporain à travers une écriture qui déjoue les modes habituels. L’écriture est audacieuse. La pièce a une importante dimension expérimentale. Les espaces, le temps et les dialogues s’entrecroisent. Cela donne des dialogues cocasses. Mais on sent également à travers les mots et le rythme du texte, l’angoisse et le vertige que vit ce personnage complétement au bout du rouleau. On a vraiment l’impression qu’il craque et que tout se mélange dans sa tête. Ecrite il y a une trentaine d’années, cette pièce demeure toutefois d’une étonnante actualité.

Biographie :

Michel Vinaver est né à Paris en 1927 de parents originaires de Russie. Après des études secondaires voyageuses entre Paris, Annecy et New York, Michel Vinaver s’engage volontairement en 1944 dans l’armée française de Libération.
Peu connu du public, il compte parmi les auteurs de théâtre français contemporains les plus joués. Ses pièces ont été montées par Planchon, Vitez, Françon...
Il occupe une place à part dans le théâtre français. Jeune romancier en 1940, il devient dramaturge en 1955 avec la pièce Aujourd’hui ou les coréens. Dès le début, il est un auteur à part. Son théâtre ancré dans l’histoire : la guerre de Corée, l’Algérie ou le 11 septembre.
Il a un parcours tout à fait singulier dans le milieu intellectuel et artistique : pendant des années il a été cadre dirigeant, puis patron pour des filiales de la multinationale Gillette. Dans la plupart de ses pièces, il inscrit l’homme dans un champ économique, notamment dans A la renverse, Par dessus bord ou Les travaux et les jours. Dès le début de grands metteurs en scène s’emparent de ses textes , mais son théâtre a tardé à être reconnu.
Avec l’entrée de L’ Ordinaire au répertoire de la Comédie-française , Michel Vinaver s’affirme comme l’un des auteurs contemporains majeurs du théâtre français.

Pour aller plus loin et mieux connaître Michel Vinaver

- Article "Michel Vinaver, dramaturge du réel" paru dans Le monde 2 datant du 23 janvier 09, dans lequel on trouvera un grand entretien avec Michel Vinaver
- Le 1er numéro de la revue du Théâtre de la Colline
- Dossier complet sur Michel Vinaver sur le site Théâtre Contemporain.

- A brûle-pourpoint : rencontre avec Michel Vinaver / dialogue avec des lycéens de l’académie de Versailles ; avec la complicité de Joseph Danan et Michel Azama

- Bulletin du Théâtre de la Comédie. V. Octobre 1956 / Revue le Théâtre de la Comédie présente Aujourd’hui ou Les Corréens, pièce de Michel Vinaver

- Ecrits sur le théâtre / Michel Vinaver
- Michel Vinaver / préf. de Jean-Claude Lallias

- Revue Europe Michel Vinaver, n°924, avril 2006

- Vinaver dramaturge / Anne Ubersfeld

- Les Cahiers de Prospero "La voie Vinaver", n°8, 1996

- La parole empruntée : Sarraute, Pinget, Vinaver / Éric Eigenmann

- Le théâtre contemporain : analyse des textes, de Sarraute à Vinaver / Patrice Pavis