©Emile Zeizig

L’auteur de théâtre Wajdi Mouawad occupe pleinement le devant de la scène en ce début d’été.

Ainsi, le jeudi 25 juin 2009, l’Académie Française lui a attribué le Grand Prix du Théâtre pour l’ensemble de son œuvre dramatique.

Découvert par le Festival des francophonies en Limousin en 1993, Wajdi Mouawad appartient à la nouvelle génération d’hommes de théâtre qui ont transformé la scène théâtrale francophone par la force de leur imagination et la qualité de leur écriture. À la fois écrivain, comédien et metteur en scène, il a adapté et mis en scène des grands classiques du théâtre occidental, avant de trouver la consécration en France, à Limoges (1998) et au Festival d’Avignon (1999), avec son propre texte, la pièce initiatique Littoral. Depuis septembre 2007, il est directeur artistique du Théâtre français du Centre national des arts à Ottawa et est parallèlement artiste-associé à l’Espace Malraux à Chambéry.

On parle également beaucoup de Wajdi Mouawad pour sa fonction d’artiste-associé au Festival d’Avignon à titre. Il présentera, notamment, une version intégrale et inédite de ses trois pièces Littoral, Incendies et Forêts dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes. Cette trilogie sera complétée par sa dernière création, Ciels, qui constitue le quatrième volet du quatuor Le Sang des promesses. Ces pièces seront présentées en tournée en France au cours de la saison 2009-2010.

Avec Wajdi Mouawad, le Festival d’Avignon annonce un retour au texte et à la narration et célèbre l’importance du récit et de la mémoire.

Voici le résumé des quatre pièces qui composent le cycle "Le sang des promesses".

- Littoral
Wilfried, fils d’un émigré libanais au Québec, retourne au pays pour y enterrer son père, un homme qui lui était relativement inconnu. En découvrant ce pays en ruine, détruit par la guerre, il va renouer avec ses origines.

- Incendies
Lorsque le notaire Lebel fait aux jumeaux Jeanne et Simon la lecture du testament de leur mère Nawai, il réveille en eux l’incertaine histoire de leur naissance : qui donc fut leur père, et par quel odyssée ont-ils vu le jour loin du pays d’origine de leur mère ?

- Forêts
Ardennes françaises, 1917. Cinq hommes, nus, traversent le camp. Ils s’évadent, courent. Ils désertent. Ils sont nus pour être non repérables. Un seul de ces hommes survivra : Lucien Blondel. Il se réfugie au coeur d’une forêt. Là, traversant une rivière étrange, il découvre un zoo où vivent quatre femmes au milieu des animaux sauvages. Au coeur de ce paradis improbable, il rencontre Léonie avec qui il vit une histoire d’amour déchirante.

- Ciels
Six personnages enfermés de plein gré dans un lieu tenu secret, tentent de résoudre, grâce à des moyens technologiques ultrasophistiqués d’écoute et d’espionnage, une énigme à un attentat terroriste qui se prépare. Les voilà embarqués dans une course contre la montre. Mais alors qu’ils tentent de sauver le monde, ces six personnages sont confrontés à l’effritement de leur propre vie privée.

Pour en savoir plus sur cet artiste, consulter le site de l’association Aneth qui propose une biographie et une bibliographie.

A lire également les nombreux articles que lui consacre en ce moment la presse française :

- Matricule des anges (n°105, juillet-août 2009)
Dossier sur Wadji Mouawad (p. 26 à 35).

- Théâtral Magazine (n°20, été 2009)
Dossier sur Wajdi Mouawad pour comprendre ce qui vaut un tel engouement à chacune de ses pièces ? (p. 36 à 41)

- La Scène (n°53, été 2009)
Article sur Wadji Mouawad (p. 124-125)

- L’Express (n° 3026, du 02 au 08 juillet)
Article "Mouawad, l’atout coeur" (p. 90)

- Le Nouvel Observateur (n° 2330, du 02 au 08 juillet)
Article "Wajdi Mouawad, côté Cour" (p. 98)

- Le Monde (mercredi 8 juillet 2009, n°20046)
Article "Wajdi Mouawad, enfant dans la guerre, exilé sans frontières" (supplément Spécial Avignon de 12 pages).

- Charlie Hebdo (n°890, du 08 juillet 2009)
Une interview en pages centrales de Wajdi Mouawad

- UBU, Scènes d’Europe (n°45, 1er semestre 2009)
Entretien avec Wajdi Mouawad par Maya Bouteillet (p.16 à 19)