JPEG - 94.2 ko
© Yörch

Bibliographie pour découvrir le théâtre mexicain contemporain :

ANTHOLOGIES

- Théâtre latino-américain contemporain : 1940-1990
Anthologie de la dramaturgie latino-américaine contemporaine qui regroupe 11 pièces représentatives de la diversité culturelle de ce continent.

- Théâtre mexicain du XXe siècle
"Ces cinq pièces sont rassemblées pour proposer un panorama du théâtre mexicain du XXe siècle.
A travers des histoires familiales, des faits divers ou des personnages légendaires, c’est la société mexicaine qui est dépeinte."

PIECES

- Mexico midi moins cinq de José Agustín, 1993
José Agustin "n’a que 22 ans lorsque paraît, en 1966, Mexico midi moins cinq. La jeunesse retrouve immédiatement ses repères dans cet instantané pris sur le vif. Le roman est un plan séquence sur trois jours de la vie d’un adolescent des quartiers aisés de Mexico... Pour la première fois dans la littérature mexicaine, les personnages sont ici appréhendés dans leur réalité quotidienne, Agustin attachant une importance avant-gardiste à des gestuelles en apparence insignifiantes comme fumer une cigarette au soleil, prendre le bus, écouter des disques... La maîtrise parfaite du discours direct et de l’argot urbain, la profusion de néologismes hilarants font de Mexico... une oeuvre expérimentale et iconoclaste qui ouvre de nouvelles perspectives techniques au roman sud-américain.
Écrivain engagé, Agustin passa par la case prison (où il écrivit son troisième roman, Acapulco 72) pour raisons politiques et publications à caractère " obscène ". Il est célèbre pour avoir proclamé que le rock n’est pas patrimoine exclusif des États-Unis." (Source : extraits d’un article paru dans la revue Le Matricule des anges, n° 101, datant de mars 2009.)

- Bienvenue dans le nouveau siècle, doctor Freud de Sabina Berman, 2008
Cette pièce a été créée à Mexico en 2001. Elle évoque la thérapie engagée par S. Freud avec Dora, patiente clé dont le cas est signalé dans la première des "Cinq psychanalyses", et qui fit échec à sa compréhension de l’hystérie féminine.

- Molière de Sabina Berman, 2005
Par la confrontation entre Molière et Racine, cette pièce résoud le conflit entre la tragédie et la comédie. Elle pose les rapports entre l’art et la société, entre le théâtre, les compagnies théâtrales, les acteurs et le désir de contrôle du pouvoir politique.

- La rose aux deux parfums d’Emilio Carballido, 1991
Deux femmes se rencontrent dans le parloir d’une prison. Elles s’aperçoivent rapidement qu’elles viennent visiter le même homme, le père de leurs enfants, incarcéré pour avoir violé une mineure.

- Ecrit au coeur de la nuit d’Emilio Carballido, 1993
La mère est veuve, la fille séparée, et elles partagent un minuscule appartement avec le fils de la plus jeune, Nicolas. La nécessité les poussant à sous-louer une chambre, ils accueillent une chanteuse de rue qui va bouleverser leurs vies à tous trois.

- Perdre la tête de Jaime Chabaud, 2003
L’ex-lieutenant Fermin Rocha était loin d’imaginer que cette charmante rencontre nocturne avec Lady Davah allait être la dernière. Apparemment, Lady Davah avait oublié l’existence de régles non-écrites mais en vigueur dans les bas-fonds. Et la transgression d’une seule de ces règles se paie souvent de sa propre vie.

- Le ciel dans la peau d’Edgar Chias, 2008
"Récit à plusieurs voix qui ne sont pas nécessairement indiquées par l’auteur ce qui permet de laisser libre cours à l’imagination et donner une grande liberté à la mise en scène.
Le texte évoque le féminicide. Selon les chiffres officiels mexicains, 6.000 fillettes et femmes ont été assassinées dans le pays entre 1999 et 2006. La majorité de ces crimes est restée impunie à ce jour." (4ème de couverture)

- Le borgne est roi de Carlos Fuentes, 1971
"Dans un salon second Empire délabré, Madame Donata et son domestique Duc sont tous deux aveugles. Le mari est à Deauville où il essaie de gagner de l’argent au jeu. Duc est chargé d’empêcher Donata de boire, mais il est abattu par les guérilleros... Une pièce d’allure onirique." (4ème de couverture)

- Des orchidées au clair de lune de Carlos Fuentes, 1984
"Enfermées dans un appartement en Californie, deux femmes qui se disent soeurs s’affrontent, s’aiment, se haïssent, évoquent leur passé... Entre elles, objets mythiques, objets d’amour et de rivalité : le cinéma, le Mexique. L’une est fière de sa carrière hollywoodienne, l’autre de sa carrière internationale. L’une et l’autre vivent l’oubli de leur public comme une blessure mortelle. L’irruption d’un fan dans leur solitude douloureuse et complice va rompre le charme de l’enfermement tout en donnant corps à leurs fantasmes.
Cruel hommage à deux grandes stars du cinéma, cette pièce témoigne de la passion de Carlos Fuentes pour le septième art en même temps que de sa foi lucide dans la puissance des mythes." (4ème de couverture)

- Les filles du Commodore 64 de Luis Enrique Gutierrez Ortiz Monasterio, 2007
"Dans la vie de ces deux femmes sans nom, il y a la coke et le hash, le sexe, les ex-conjoints et les enfants mis de côté, la quête constante et imparable de l’argent qui leur permettrait de vivre encore plus, encore mieux. Et il y a aussi un bar, le Commodore 64, lieu de tous les plaisirs comme de tous les possibles, ouverture sur un ailleurs où résiderait quelque chose comme l’espoir...
Une belle matière à jouer, une histoire émouvante sans misérabilisme. La pièce est dialoguée dans l’urgence, en répliques courtes et rapides. Un texte très fort, traduit en québécois par Geneviève Billette, qui a su trouver une vraie langue populaire, bouleversante et drôle, à la fois crue et imagée." (Source : Aneth)

- Bêtes, chiennes et autres créatures : si l’amour était une aile de Luis Enrique Gutiérrez Ortiz Monasterio, 2005
L’histoire d’un couple qui bat de l’aile et d’un amour impossible.
"Une femme, mère d’un jeune enfant, rend visite à trois reprises à un homme, ancien soldat au chômage, qu’elle considère comme le père de son fils. La première fois, elle est dans la misère, leurs rapports sont brutaux, l’homme crie, est ordurier avec l’enfant. Elle est prête à toutes les humiliations pour fonder un semblant de foyer. À la deuxième visite, l’homme se terre chez lui, tandis que la situation de la femme semble s’améliorer. Elle a toujours envie de lui, sexuellement, mais aussi comme père de son fils. Elle a rencontré une femme, lui en attend une autre, avec laquelle il est en « business ». Lors de leur dernier échange, c’est lui qui projette une vie commune. Mais elle n’est plus disponible, elle a des affaires à régler. Le désir sexuel a changé de camp, en même temps que le rapport de force s’est inversé. Elle part.
Un texte fascinant, où l’on s’immerge peu à peu, par le dialogue, dans ce que le tragique a de plus banal, ou dans ce que le quotidien a de plus tragique." (Source : Aneth)

- Désert (suivi de) Dormeuses de Cutberto Lopez Reyes, 2005
"Ces deux pièces prennent place au milieu du néant : pour la première, le désert, où tous les repères sont brouillés, pour la seconde, un wagon en plein nulle part avec, à l’intérieur, deux femmes dont on ne sait ni d’où elles viennent ni où elles vont." (4ème de couverture)

- Des lettres au pied d’un arbre d’Ángel Norzagaray, 2003
Pièce créée au Mexique en 2002. A la gare routière centrale, un passeur pour Los Angeles fait son business.

- La représentation de David Olguin, 2003
Trois personnages se rencontrent, Ricardo Freire écrivain de théâtre, Ana l’actrice et la servante.

- La rue de la Solitude de José Revueltas, 1998
"L’auteur se propose de dénoncer la monde insupportable dans lequel nous vivons, d’exprimer le dégoût total qu’il lui inspire. Et par là même, d’affirmer un douloureux état de conscience : il est impossible de continuer à vivre ainsi, tous nos actes sont imprégnés de corruption et, enfin de compte, d’une solitude indigne et maudite..." (4ème de couverture)

- Passage : Le voyage des chanteurs d’Hugo Salcedo, 2005
Raconte un fait divers tragique : 18 Mexicains clandestins meurent asphyxiés dans un wagon hermétiquement fermé qui devait les conduire à Dallas. Seul survivant : Miguel Tostado Rodriguez, 24 ans, qui a réussi à creuser un petit trou dans le plancher par lequel il a pu respirer.

- Belize : tryptique de David Olguin, 2004
Raconte un voyage d’initiation et d’exploration du côté sombre de la vie. A la manière d’un tryptique, il se divise en trois stations qui se referment chacune sur elle-même.

- Phèdre et autres Grecques : pièce en trois parties et une parenthèse de Ximena Escalante, 2004
L’histoire d’Ariane et de Phèdre n’est qu’un prétexte pour évoquer la femme d’aujourd’hui, prise entre le désir de maîtriser sa vie ou ses amours et la difficulté de vivre ce désir jusqu’au bout et sans compromission.

- Moi aussi je veux un prophète de Ximena Escalante, 2006
Un prophète vient troubler la passivité du royaume d’Hérode. Il est aussitôt soumis à la cruauté des puissants et son corps devient leur champ de bataille, le lieu de leur affrontement.

SITES WEB

- Les Editions Le Miroir qui fume, jeune maison d’édition qui est entièrement consacrée au théâtre mexicain contemporain.

- Paso de Gato, revue de théâtre (site en espagnol).

Enfin, pour aller plus loin dans la découverte du théâtre mexicain, nous vous conseillons la revue Le théâtre mexicain contemporain et cet ancien article de notre blog Le théâtre mexicain ne compte pas pour du beurre.

Une approche originale est à signaler sur les pratiques artistiques de Mexico la nuit dans le dernier numéro de la revue Stradda (n°20, avril 2011).