Dans le cadre du Festival Arts vivants, Lionel Frédoc, co-fondateur de la Compagnie Accrorap, présentera l’histoire du mouvement hip-hop, en nous faisant voyager entre l’Afrique, les Etats-Unis et l’Europe, au cours d’une conférence illustrée en direct et en mouvement par des danseurs amateurs, le 26 octobre à la médiathèque de Vaise.

Objectif : en finir avec les idées reçues et mieux comprendre le mouvement hip-hop, ses fondements et ses valeurs.

Plus d’infos sur la conférence

Plus d’infos sur le Festival Arts vivants

Pour l’occasion, nous en avons profité pour interviewer Lionel Frédoc, afin de mieux connaître l’homme et ses idées sur le hip-hop :

Arts vivants : Quel est votre parcours ?

Lionel Frédoc : Né d’une maman ardéchoise et d’un père martiniquais, j’ai été bercé tout petit par la musique classique, le jazz, le rock, la soul et sur le petit écran par les comédies musicales de Gene Kelly et Fred Astaire. Pré-adolescent à la grande époque des boums, je me déchaînais sur les tubes rock d’AC/DC, ZZ TOP ou Supertramp. Adolescent, j’aimais « groover » sur du disco et de la funk. J’ai été comme hypnotisé par les premiers clips vidéo en version court métrage et particulièrement Thriller de Mickael Jackson, les pas endiablés de James Brown et l’émission H.I.P.H.O.P de Sidney.

Les danses hip-hop m’ont permis de trouver mon propre mode de revendication pacifique, de trouver une place singulière dans la société et d’assumer pleinement ma négritude.

A la fin des années 80, dans le cadre d’un centre aéré à Saint-Priest, je proposais des cours de danse pour les enfants : cinq jeunes garçons viennent me montrer leur travail. C’est le début d’une belle aventure humaine et artistique avec la création de la Compagnie Accrorap en 1989. Je me suis retrouvé dans l’énergie déployée par ces garçons, avec une rage de vivre et l’envie de réussir dans un monde hostile à toute nouvelle pratique artistique un peu trop rebelle. Je suis resté 10 ans président de la Compagnie Accrorap. Les autres compagnies de la région comme Traction Avant de Vénissieux et les BBoys Breakeurs de Rilleux-La-Pape ont ouvert la voie à beaucoup d’autres danseurs de banlieue.

Aujourd’hui, je suis responsable d’un service "Education Prévention" au sein d’une collectivité territoriale, auprès d’un public jeune de 11-25 ans.
Je participe aussi à des formations de formateurs en danse hip-hop, avec des interventions en milieu scolaire, des cours pour adultes et des conférences sur l’histoire du mouvement hip-hop. Je fais partie également de deux collectifs hip-hop en Drôme-Ardèche : l’un avec les acteurs du mouvement hip-hop composé de danseurs, de grapheurs, de DJ, de slameurs et de rappeurs ; l’autre avec des structures adhérentes aux Fédérations d’éducation populaire qui soutiennent et accompagnent l’émergence culturelle des jeunes sur les deux départements, avec l’organisation d’un tremplin de danse hip-hop chaque année en novembre.

A.V. : Quelles sont les valeurs du hip-hop que vous défendez ?

L.F. : Ce sont avant tout des valeurs universelles de respect, de tolérance et de liberté. Je retrouve ces valeurs dans l’état d’esprit du mouvement hip-hop. Dans les années 70, Afrika Bambaataa, créateur de la Zulu Nation parlait déjà de « transformer les énergies négatives en énergies positives, the good vibe ».

A.V. : Quelles sont les différences entre le hip-hop d’hier et le hip-hop d’aujourd’hui ?

Hier, on dansait dans les halls d’immeubles, les salles de réunion des maisons de quartier ou dans la rue. Aujourd’hui, ces pratiques se sont popularisées dans d’autres lieux comme les écoles de danse, les associations culturelles, les clubs de remise en forme, mais également sur les territoires urbains et ruraux. De ce fait, il y a plus de pratiquants issus de tous les milieux sociaux-professionnels et plus de filles qu’auparavant. Certaines danseuses, après l’obtention du DE danse, perfectionnent leur technique en danse hip-hop et donnent des cours.

Les techniques de danse elles aussi ne cessent d’évoluer et de se modifier en s’inspirant des pratiques sportives de la gymnastique, de l’acrobatie, du cirque, des arts martiaux ou de la danse traditionnelle.

A.V. : Que pensez-vous de la rencontre entre la danse hip-hop et la danse contemporaine ?

L.F. : Les rencontres entre des BBoys et des chorégraphes de renommée internationale comme Maryse Delente, Josette Baïz, Blanca Li ou Philippe Decouflé ont permis à chacun de s’enrichir des connaissances de l’autre et aux spectateurs d’avoir un autre regard sur ces pratiques dites « urbaines ». Tout comme le soutien de Guy Darmet, ex-directeur de la Maison de la Danse de Lyon, avec l’accueil en résidence de compagnies hip-hop et la co-production de créations artistiques. Guy Darmet a joué un rôle essentiel dans le rapprochement des spectateurs réguliers au "sanctuaire de la danse" et de ceux qui allaient voir pontuellement des spectacles hip-hop. Une cohabitation pas toujours facile, mais qui a favorisé « l’éducation » du spectateur.

A.V. : Quel avenir pour le hip-hop ?

L.F. : Au début des années 90, certains médias "très visionnaires" présentaient le hip-hop comme une mode qui ne durerait pas dans le temps ! Or les acteurs du mouvement sont encore là aujourd’hui et redoublent d’imagination, de créativité et d’ouverture pour faire vivre les disciplines du mouvement hip-hop.

Le mouvement hip-hop devient une force collective et communicative que l’on retrouve dans les rassemblements, les battles de break ou de "juste debout" organisés dans toute l’Europe.

The show is going on !! Big up