Explorer les collections

Nos collections patrimoniales couvrent l’ensemble des champs du savoir. Elles rassemblent des documents d’une grande diversité, par leur nature (imprimés, manuscrits, photographies…) comme par leur date de production (de la période mérovingienne à nos jours).

Le Fonds de la guerre 1914-1918

Livres anciens, Mémoires du territoire

« Un bibliothécaire de talent, M. Richard Cantinelli, soutenu par un maire, M. Herriot, qui n’est jamais en retard d’une initiative, a réuni, avec des ressources restreintes, un fonds de pièces en toutes langues qui a bonne réputation même à l’étranger »
Camille Bloch, février 1920

JPEG - 7.1 Mo
Guerre Européenne de 1914-1916. Edition patriotique.
(BML, Rés454732)

C’est une décision du maire Édouard Herriot qui amorce, en avril 1915, la constitution d’un fonds de la guerre confié à la charge du bibliothécaire de la Ville, Richard Cantinelli (1870-1932). Pour remplir cette tâche, sans équivalent à cette date en France, Cantinelli s’assure le concours de collaborateurs français et étrangers – universitaires, industriels, particuliers, agents consulaires et diplomatiques – capables de l’aider à acquérir et cataloguer les documents de tout ordre, paraissant dans le monde entier, sur le conflit (pays alliés, neutres ou ennemis). La collection est progressivement alimentée par des ouvrages issus de la censure postale, par des dons et des échanges avec des bibliothèques françaises et étrangères (Paris, Bologne, Genève, New York, Washington, Cambridge, etc.), mais surtout par des achats auprès des principaux libraires européens : librairie Georg à Lyon et Genève, Ulrico Hoepli à Milan, Henri Sotheran & Co à Londres, Sandberg à Stockholm, Schwartz à Paris, etc.

JPEG - 177.5 ko
Give to the war chest
(BML, AffM0260)

À la fin de l’année 1916, la Bibliothèque de Lyon est fière de posséder l’une des plus riches collections de ce genre qui compte alors 16000 numéros. Elle commence également, à partir de janvier 1917, la publication d’un Catalogue du fonds de la guerre rédigé sur la base d’un premier catalogue manuel sur fiches organisé selon le système décimal de l’Institut international de bibliographie de Bruxelles, mais dont les règles ont été modifiées pour les besoins de la collection. À cette date, le Catalogue du fonds de la guerre est la plus importante bibliographie de documents sur la guerre et la seule de ce genre entreprise en France, avant que ne soit édité celui de la collection parisienne de Louise et Henri Leblanc, donnée à l’État français en août 1917. Resté inachevé, le catalogue de la Bibliothèque de Lyon, doté d’une table méthodique des matières, comportera à terme 18 fascicules en 3 volumes, vendus par souscription.

JPEG - 2.9 Mo
Bunte Kriegsbilderbogen 1914, Hans Schuppmann, 1914
(BML, 27915)

Richard Cantinelli s’investit pleinement dans ce projet qui dépasse le cadre normal de ses attributions : envoi de lettres circulaires aux ministères et préfectures, présentation de la collection dans la presse, correspondance suivie avec les principaux acteurs du monde de l’édition, tant en France qu’à l’étranger, ainsi qu’avec certains collectionneurs privés susceptibles de lui signaler des pièces intéressantes, comme John Grand-Carteret, spécialiste de l’image et directeur de la revue Le Musée et l’encyclopédie de la guerre ou Henri Leblanc, industriel et collectionneur parisien avec lequel il procède à de nombreux échanges d’exemplaires en double. Son objectif est de rassembler à la Bibliothèque de Lyon tous types de documents publiés sur le conflit : publications officielles et livres imprimés, brochures et tracts de propagande, poèmes et chansons patriotiques, sermons et prières publiques de différentes confessions, affiches et estampes, ouvrages pour la jeunesse et illustrés pour enfants. « En somme, tout ce qui concerne la guerre […], ses causes et ses effets politiques, administratifs, historiques, religieux, moraux, psychologiques, économiques, artistiques ». En mai 1916, il supervise même, avec l’aide de sa femme et d’une trentaine de bénévoles, la création de la section lyonnaise de la Société philanthropique d’impressions pour aveugles comprenant un atelier d’imprimerie et de vente de livres ainsi qu’une bibliothèque publique d’environ 500 ouvrages en braille hébergée dans les sous-sols du Palais Saint-Jean. La bibliothèque pour aveugles est dispersée au cours des années 1920.

JPEG - 4.9 Mo
Les marionnettes lyonnaises : Guignol, Jean Coulon
(BML, Rés454732_002)
JPEG - 4.7 Mo
Les marionnettes lyonnaises : Madelon, Jean Coulon
(BML, Rés454732_002).
JPEG - 5 Mo
Les marionnettes lyonnaises : Gnafron, Jean Coulon
(BML, Rés454732_002)

Dans les faits, la collection de guerre, bien que favorisée par d’importants crédits, ne sera alimentée que jusqu’en 1919 à la faveur d’une politique d’achats organisée selon deux axes prioritaires – les périodiques (hebdomadaires illustrés, journaux satiriques et grands quotidiens) et les témoignages (carnets de route, journaux personnels, souvenirs, lettres de combattants, romans) – au détriment des pièces rares, difficiles à trouver ou trop couteuses, comme les estampes, très peu représentées au regard de ce qui a été produit pendant les années de guerre, ou les journaux du front et des tranchées dont la recherche systématique est abandonnée dès les premiers mois compte tenu du travail effectué avec « une autorité et des moyens » exemplaires par Charles de la Roncière à la Bibliothèque nationale. Certaines thématiques ont également bénéficié d’une attention particulière, comme c’est le cas du problème des nationalités pendant le conflit, sujet regroupant environ 1500 titres.

JPEG - 4.4 Mo
Some "frightful" war pictures, par William Heath Robinson, 1915
(BML, 27903)

Avec la publication du dix-huitième et dernier fascicule du catalogue (1919), et en l’absence des fascicules supplémentaires un temps envisagés, ce sont donc des thématiques entières de la collection, dont les ouvrages ont pourtant été acquis sur les crédits spéciaux, qui n’ont jamais réellement intégré ce fonds. L’arrêt de la publication du catalogue et le départ de Richard Cantinelli, appelé en 1923 à la direction de la Bibliothèque Sainte Geneviève (Paris), puis détaché auprès de la Bibliothèque de la Chambre des députés (1925-1932), explique en partie le désintérêt envers cette collection dans les années de l’Entre-deux-Guerres. Plus encore, la création à Vincennes de la Bibliothèque et Musée de la guerre (BMG) à partir du don fait à l’Etat français par le couple Leblanc, don formant les actuelles collections de la BDIC de Nanterre, mettent un frein brutal à l’accroissement du fonds, même si quelques timides tentatives sont réalisées au cours des années 1920 par Henri Joly, successeur de Richard Cantinelli à la direction de la Bibliothèque de la Ville.

JPEG - 4.5 Mo
Карикатуры : "Война и пэмъ", 1915
(BML, 151073)

Après la publication du catalogue, la Bibliothèque continue cependant à acquérir modestement des ouvrages sur le conflit. Elle poursuit également certains abonnements, accueille des dons de particuliers ou d’institutions publiques, comme ces étonnants dossiers de pièces manuscrites issus des Enquêtes faites auprès des rapatriés sur la situation des régions envahies, témoignages recueillis par le Bureau de recherches des réfugiés belges et français, œuvre municipale alors hébergée dans les salons de l’hôtel de ville de Lyon. Depuis la fin des années 1990, le fonds de la guerre connaît enfin un regain d’intérêt : reprise progressive du catalogue, petites expositions thématiques et conférences permettent de valoriser cette collection riche de quelques dizaines de milliers de documents. Dans la continuité de ce qui a été réalisé par le passé, la politique d’acquisition actuelle tend à accroitre en premier lieu la collection imprimée des témoignages de combattants, regroupés au sein d’un « Fonds additionnel de la guerre 14-18 ».

JPEG - 1.9 Mo
Arrivée d’un train d’évacués de Genève, 1915
(BML, Rés147133)
JPEG - 1.7 Mo
Section d’alpins avec projecteurs à dos de mulets
cliché de la Section photographique de l’Armée, 20 juin 1915 (BML, Rés 151075 - B 327)

Sélection de documents sur notre catalogue


- Le « Fonds additionnel de la guerre 14-18 »
- Quelques récits personnels

Conférences en ligne

- voir les conférences filmées du cycle "14-18 Lyon sur tous les fronts"

- Combattre, par Stéphane Audoin-Rouzeau, Lyon, Bibliothèque municipale, 10 juin 2006, 1h40.
- Histoire et mémoire de la Grande Guerre, par Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker, Lyon, Bibliothèque municipale, 8 mars 2007, 2h01.
- 14/18 : du témoignage à l’histoire, par Rémy Cazals, Lyon, Bibliothèque municipale, 4 mars 2009, 1h40.
- Regards sur la grande guerre - Le soldat inconnu vivant, par Jean-Yves Le Naour, Lyon, Bibliothèque municipale, 24 novembre 2009, 1h24.
- Écrire l’histoire de la grande guerre : des témoins aux historiens par Nicolas Beaupré, Lyon, Bibliothèque municipale, 21 novembre 2012, 1h12.

Point d’actu


- Témoins, levez-vous !, publié le 25 février 2009
- Bibliothèques de guerre, publié le 23 novembre 2012

Heures de la découverte


- Découvrez le fonds de la guerre 1914-1918