UN JESUITE LYONNAIS,
Claude-François Menestrier (1631-1705) :
histoire, image et érudition

L´Art du blason justifié, ou Les Preuves du Véritable art du blason..., 1661 (BM Lyon)
L´Art du blason justifié, ou Les Preuves du Véritable art du blason..., 1661 (BM Lyon)

EXPOSITION DU 17 SEPTEMBRE AU 31 DECEMBRE 2005

Bibliothèque de la Part-Dieu, Espace Patrimoine (niveau 4)
exposition ouverte du mardi au vendredi de 10h à 19h, le samedi de 10h à 18h
entrée libre

commissaires d'exposition
Yves Jocteur Montrozier, Fonds ancien, BM Lyon et Judi Loach, professeur à l'université de Cardiff (Grande-Bretagne), assistés d'Emilie Dreyfus

visites
le 2e mercredi du mois à 17h30 : mercredi 12 octobre, mercredi 9 novembre, mercredi 14 décembre
visites commentées de l'exposition par Yves Jocteur Montrozier
rendez-vous au niveau 4 de la Bibliothèque

édition
revue Espace Patrimoine n° 22, éditée par l'association des Amis des Bibliothèques de Lyon
prix : 1,50 €
en vente à la Bibliothèque de la Part-Dieu et sur www.bm-lyon.fr

colloque
Les jésuites et le monde des images
27, 28 et 29 octobre
Université Pierre Mendès France, Grenoble et Bibliothèque Part-Dieu
Programme et informations sur demande : dpt.crhipa@upmf-grenoble.fr ou par téléphone au 04 76 82 73 69

exposition en ligne

 

 

Gravure du feu d'artifice dressé sur le Pont de Saône
Gravure du feu d'artifice dressé sur le Pont de Saône

Blason des familles de Padoue (Ms 6150)
Blason des familles de Padoue (Ms 6150)

Le jeu de cartes du blason (Res 813524)
Le jeu de cartes du blason (Res 813524)

Pierre-Paul Sevin, Gouache pour la pompe funèbre du Grand Condé, 1687 (Ms 7070)
Pierre-Paul Sevin, Gouache pour la pompe funèbre du Grand Condé, 1687 (Ms 7070)

Claude-François Menestrier naquit à Lyon le 9 mars 1631. Son père était apothicaire (?). Il fit ses études au collège de la Trinité à Lyon et à Chambéry, et entra dans la société de Jésus, dont il resta, jusqu’à sa mort, un membre éminent. Il fut professeur dans les collèges de Chambéry, Vienne et Grenoble, revint à la Trinité de Lyon pour enseigner les humanités. Dans les années 1669-1670, il voyage en Allemagne et en Italie, puis se fixe à Paris jusqu’à sa mort le 21 janvier 1705. Héritier de la tradition encyclopédique de la Renaissance maintenue par le père Athanase Kircher et familier de la pensée du célèbre érudit de la maison de Savoie Emmanuele Tesauro, Menestrier incarne l’effort des jésuites pour opérer le brassage d’un corpus symbolique, l’établir sur un mode didactique savant et mondain et en faire triompher le spectacle dans les apparats éphémères au service des princes comme de l’Église.

Il entreprit une œuvre immense de recensement, classification et codification qui le conduisit du blason et de l’emblématique jusqu’à la philosophie des images, faisant de lui un des derniers théoriciens de cette pratique cognitive au moment où la pensée occidentale s’engageait dans les voies nouvelles. Il fut en même temps un extraordinaire metteur en scène, des fêtes offertes par Lyon à Louis XIV en 1658 aux pompes funèbres de Condé en 1687 et jusqu’à l’entrée des princes à Grenoble en 1701, en passant par les entrées royales, les ballets et les fêtes scolaires des jésuites, les cérémonies de béatification, les célébrations des événements dynastiques de Savoie et de France, les programmes pour les décors d’édifices religieux ou civils à Grenoble ou à Lyon. Homme d’église, il entra en conflit avec les gens du roi, dont la politique de l’image n’avait pas la même finalité que la sienne. Privilégiant l’érudition, il pratiqua une esthétique qui l’opposa aux artistes de son temps dans la querelle du goût et de l’esprit. On lui doit environ cent-soixante ouvrages, souvent enrichis de planches gravées, traités théoriques, recueils d’emblèmes explicatifs des spectacles,
architectures éphémères ou programmes iconographiques qu’il inventa.

Si les spécialistes de l’emblème, de l’histoire de Lyon ou de l’édition connaissent bien le père Menestrier, il n’existe pas de travaux généraux prenant en compte les différentes facettes de son œuvre, son insertion dans la pédagogie des jésuites, et plus largement dans les pratiques culturelles, sociales et politiques de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le tricentenaire de sa mort en offre l’opportunité. Il était légitime que l’initiative vint de Grenoble, où Menestrier enseigna, organisa pour Anne d’Autriche des pompes funèbres baroques, les fêtes pour la commémoration de François de Sales, l’entrée des princes en 1701, et donna le programme décoratif de la chapelle des visitandines de Sainte Marie d’en haut, ainsi que de Lyon où il naquit, étudia et enseigna, organisa tant de spectacles, parades et entrées, inspira les décors du collège de la Trinité et de l’Hôtel de Ville, réalisés par Pierre-Paul Sevin et Thomas Blanchet, fit imprimer une grande partie de ses ouvrages, actuellement conservés à la Bibliothèque de Lyon, héritière de celles des jésuites de la Trinité. Gérard Sabatier

L’année 2005 correspond au tricentenaire de la mort du jésuite Claude-François Menestrier (1631-1705), un des plus célèbres théoriciens et historiens d'origine lyonnaise du XVIIe siècle.
À cette occasion, la Bibliothèque de Lyon propose une exposition retraçant la vie et l’œuvre de cet auteur fécond, à la fois théologien, philosophe des images, bibliothécaire, historien, prédicateur, metteur en scène et "honnête homme".

L’exposition présente la diversité et la richesse de l’œuvre de Menestrier, à travers principalement des livres, des manuscrits et des estampes, provenant du Fonds ancien de la Bibliothèque de Lyon et de prêts extérieurs. Elle est également enrichie par la présentation d’objets : médailles, jeux de société, photographies, etc.
À travers cette exposition, le visiteur aura l’occasion d’appréhender plus largement le milieu lyonnais et la vie culturelle française du XVIIe siècle : l'éducation dispensée dans les collèges de province, les méthodes d’écriture et d’édition, les caractéristiques de la mentalité des jésuites, etc.

Les prêteurs : Musée des Beaux-Arts, Lyon ; Musée gallo-romain, Lyon ; Musée de l’Imprimerie, Lyon ; Musée Carnavalet, Paris ; Bibliothèque de l’Arsenal, Paris ; Bibliothèque municipale de Bourg-en-Bresse ; Bibliothèque municipale de Vienne ; Bibliothèque d’étude et d’information, Grenoble ; Archives municipales, Grenoble