Retour à l'accueil

accueil

Les auteurs 

Dans la forêt du Conte 

Édition Originale 

Multiples versions 

Bibliographie 

les auteurs

la forêt du conte
 

édition originale

multiples versions

bibliographie
 

Site Bibliothèque

Crédits

Retour au conte

Epilogue

Selon la tonalité choisie au départ, les illustrateurs suggèrent la fin en laissant l’enfant au pied du lit ou en montrant la gueule ouverte et prête à dévorer. Quelquefois, comme Perrault lui-même l’avait fait, ils dessinent le loup se jetant sur le Petit Chaperon Rouge terrorisée.

Plus souvent, ils passent directement au sauvetage proposé chez Grimm.

Le Petit Chaperon Rouge est un des rares contes qui finissent mal. Ici, ni prince, ni mariage !

Perrault conclut le conte par une moralité sans ambiguïté, où il impose l’idée du viol. Voilà les filles prévenues des dangers de la séduction...

Au 19e siècle et pendant la majeure partie du 20e, cette moralité, choquante pour la pensée bourgeoise, ne figure plus dans les albums illustrant Perrault. D’autant que l’on connaît le conte de Grimm, à la fin beaucoup plus douce.

Gravure

Les contes de Fées par Charles Perrault, Collection Bibliothèque de Lyon ( 357153)

Dans la version populaire, la fillette couchée avec le loup et découvrant son corps, feint un besoin pressant et réussit à se sauver. Le loup essaie bien de la surveiller mais elle est plus maligne que lui !Pas de morale ici. Le conte était entendu comme un avertissement prévenant des dangers du vrai loup qui rôde (très présent en Europe jusqu'au 19e siècle). En même temps, il disait que l’enfant devient femme le jour où “ elle a vu le loup ”...

Chasseur, bûcheron, père, toute une galerie d’hommes forts vient sauver le Petit Chaperon Rouge et sa grand-mère. Eventration et retrouvailles font la part belle aux illustrateurs : ventre béant, peau de loup, goûter joyeux, tout est bien qui finit bien ! Et le Petit Chaperon Rouge elle-même constate : “ Jamais plus tu ne quitteras le chemin quand ta mère te l’a défendu ”. C’est presque toujours la version des frères Grimm qui est maintenant éditée. Elle est en effet rassurante, sage et dénuée d’allusion sexuelle. L’on n’y voit plus un loup-homme séducteur et dévorateur face à une enfant naïve et trop curieuse, mais un brave chasseur, tueur de bête sauvage et sauveur d’une vieille femme et d’une fillette qui désormais obéira.

Retour à l'accueil Retour à l'accueil Retour à l'accueil