Retour à la page d'accueil

Le 21 février 1981, un jeune gay, Philippe Martinot, est assassiné dans le jardins des Tuileries à Paris. Le 4 avril suivant, lors de la Marche Nationale pour les droits et libertés des homosexuels et des lesbiennes – ancêtre de la Gay Pride – le mot d’ordre est "Vivre, seulement vivre !". Être réduits à revendiquer la vie pour les gays et les lesbiennes en dit long sur leur situation au quotidien. Depuis, s’ils ont obtenu certaines avancées, rien n’est définitivement acquis pour eux. A ce titre, il suffit de rappeler que le 16 janvier 2004, Sébastien Nouchet est brûlé vif à Noeux-les-Mines après avoir vécu l’enfer avec son compagnon, dans l’indifférence générale, pendant plusieurs années.

Si les injures, les agressions physiques, les discriminations au logement ou au travail sont le lot quotidien des gays, l’apparition du Sida, "le cancer gay" en Juin 1981, va souder une communauté en mal d’unité. "Un cancer qui toucherait uniquement les homosexuels, non, ce serait trop beau pour être vrai, c’est à mourir de rire !" commente aussitôt le philosophe Michel Foucault qui sera lui aussi emporté plus tard par cette maladie. On reproche souvent aux gays leur esprit communautaire mais sans cet esprit et leur mobilisation, où en serions-nous aujourd’hui dans la lutte contre le Sida ? Où en serions-nous sans les associations créées à cet effet comme Aides ou Act Up ? Où en serions-nous sans le courage de personnes atteintes par la maladie qui annoncèrent, avant de mourir, à la fois leur homosexualité et leur maladie, comme Ruck Hudson ou Jean-Paul Aron ?

L’épidémie de sida transforma les années 80 et 90 en années de cendres. Un grand nombre de ceux qui avaient fait l’histoire de la libération gay, comme Guy Hocquenghem ou Clews Velay, disparurent durant la pandémie. Les mouvements Arcadie, le Fhar, Gai Pied, Aides et Act Up, furent décimés de leurs militants et volontaires. Dans certaines familles gagnées par la honte et le non-dit, le sida apparut avec une telle violence que certains gays furent enterrés à la sauvette, dans la plus grande discrétion comme au temps de la Peste.

Avec leur lutte exemplaire contre le sida, les gays comprirent définitivement qu’ils ne pouvaient désormais compter que sur eux-mêmes pour que leurs revendications soient entendues par les pouvoirs publics.

 

Jean-Paul ARON (1925-1988). Mon sida. Déclaration au Nouvel Observateur n° 1199 du 30 octobre 1987 ; propos recueillis par Elisabeth Schemla   Rock Hudson – Universal International Films, vers 1950    
Jean-Paul ARON (1925-1988). Mon sida. Déclaration au Nouvel Observateur n° 1199 du 30 octobre 1987 ; propos recueillis par Elisabeth Schemla
Lyon, Bibliothèque municipale : Fonds Chomarat (dossier Sida)
  Rock Hudson – Universal International Films, vers 1950
Lyon, Bibliothèque municipale : Fonds Chomarat

Rock Hudson (1925-1985), acteur américain, décédé du sida le 2 octobre 1985 en Californie. En 1984, Rock Hudson annonce qu'il est en train de mourir du Sida. C'est la première personnalité du spectacle à faire une telle annonce. Beaucoup de gens sont alors choqués d'apprendre que leur icône masculine favorite est gay. A partir de ce moment, le monde du spectacle s'est mis en ordre de marche pour financer la lutte contre cette maladie

   
         
Sébastien Nouchet brûlé vif en 2004, présent au défilé de la Gay Pride de Paris, 2004   Gaffiti homophobe dans les toilettes publiques, aire d’autoroute A6, Fontainebleau   Militants homosexuels portant sur leurs vêtements des autocollants "Contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie : Assez de promesses, des actes !", lors du défilé de la Gay Pride de Paris, 2004
Sébastien Nouchet brûlé vif en 2004, présent au défilé de la Gay Pride de Paris, 2004
Lyon, Bibliothèque municipale : Fonds Chomarat
  Gaffiti homophobe dans les toilettes publiques, aire d’autoroute A6, Fontainebleau
Lyon, Bibliothèque municipale : Fonds Chomarat
  Militants homosexuels portant sur leurs vêtements des autocollants "Contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie : Assez de promesses, des actes !", lors du défilé de la Gay Pride de Paris, 2004
Lyon, Bibliothèque municipale : Fonds Chomarat

haut