Retour en page d'accueilLe Point G - Centre de ressources sur le genre

Le fonds Genre et Sexualités

Le fonds Genre et Sexualités est constitué des acquisitions ciblées du Centre de ressources sur le Genre. Il est localisé en salle Civilisation de la bibliothèque de la Part-Dieu et directement accessible aux usager-e-s.

La cotation est composée d'un indice de quatre lettres suivi des trois premières lettres du nom de l'auteur-e.

GRAL : ouvrages généraux
ANTO :  anthologies
SEXU : diversité sexuelle ; homosexualité, bisexualité, identités gay, lesbienne, bi et autres catégories culturelles dans leurs aspects sociaux, politiques, historiques, subjectifs…
GENR : identité sexuée (sexe et genre) ; ouvrages théoriques sur la distinction entre sexe et genre ou sur la différenciation des sexes ; transsexualisme, transgenderisme, intersexuation et autres catégories culturelles dans leurs aspects sociaux, politiques, historiques, subjectifs…
POST : théorie queer, postmodernité, intersectionnalité ; post-structuralisme, analyse des catégories identitaires et des processus normatifs ; hétérogénéité des statuts sociaux et simultanéité des discriminations (socio-économiques, ethniques, sexuelles, de sexe...)
FAMI : couple et famille ; PaCS, homoparentalité…
REPR : homophobie, répression ; préjugés, violence, déportation…
SANT : santé, aspects sociaux et individuels ; v.i.h. et autres infections sexuellement transmissibles, détresse psychologique…
ARTS : arts et littérature ; critique artistique et littéraire, livres d'art.

L’intégralité des documents du fonds Genre et Sexualités, y compris ceux conservés au silo moderne.

Alain Chevrier del armario Ni vues, ni connues ?

 Quelques précisions

Pourquoi parler de diversité sexuelle plutôt que de créer des cotes distinguant homosexualité / bisexualité ou bien gay / lesbienne / bisexuel… ? Ces catégories conceptuelles ou identitaires sont issues de la pensée occidentale moderne. Le fonds Genre et Sexualités, ouvert à la diversité culturelle et aux évolutions historiques, les englobe sans se limiter à elles. Toutefois, reflet de la production éditoriale contemporaine, la plupart des ouvrages rassemblés sous la cote SEXU se réfère bien à ces catégories descriptives (lesbienne / gay…). La visibilité et la lisibilité ne cèdent donc pas le pas à l’abstraction.
Une précision supplémentaire concernant la notion de diversité : le fonds intègre des ouvrages traitant de l’hétérosexualité lorsque cette dernière est mise en perspective avec d'autres sexualités.

Une remarque s'impose également au sujet du terme queer. Insulte homophobe réappropriée, ce terme connaît deux acceptions principales. Il est couramment utilisé dans les pays anglophones comme terme générique pour désigner tout ce qui n’est pas conforme à la norme hétérosexuelle : dans ce registre, queer peut signifier gay, lesbienne, bisexuel…
Il existe d’autre part une mouvance politique et un champ théorique queer irréductibles aux problématiques gay et lesbienne. Issue de l’usure du communautarisme nord-américain et de ses limites (notamment la non prise en compte des difficultés liées à la pauvreté ou au racisme dans la politique gay et lesbienne), la théorie queer est également héritière du post-structuralisme : tout en visibilisant les discriminations homophobes, elle problématise les catégories identitaires comme potentiellement vectrices d’exclusion et d’aliénation. Elle traite ces catégories comme des repères sociaux contingents et non comme les expressions d’une nature intime. Mettant l’accent sur la multitude d’influences ou de déterminismes qui constituent l’expérience d’un individu, la théorie queer suggère d’envisager les référents identitaires comme conjoncturels et fluctuants.
Ainsi, certains ouvrages dont le titre comporte le terme queer relèvent du premier registre (terme générique) et sont classés en SEXU, tandis que d’autres sont classés en POST.

Le fonds Genre et Sexualités bénéficie du soutien financier du Centre National du Livre.