L'intelligence d'une Ville : Mai 68

Présentation de l'exposition

L’INTELLIGENCE D’UNE VILLE / Mai 68 à Lyon
exposition du 8 avril au 28 juin 2008
espace patrimoine (niveau 4)
Bibliothèque de la Part-Dieu

ouverte du mardi au vendredi de 10h à 19h, le samedi de 10h à 18h
entrée libre

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Depuis quelques années, les recherches historiques ont montré la diversité du mouvement socio-politique qui a bouleversé la société française en Mai 68. L’exemple lyonnais permet de déconstruire l’idée reçue d’un mouvement culturel hédoniste d’où serait absente la violence. En effet, c’est à Lyon qu’est tombé le premier mort de Mai 68 : dans la nuit du 24 mai, le commissaire Lacroix a été écrasé par un camion chargé venu des rangs des manifestants. Cette date représente le début d’un retournement de l’opinion publique en faveur de l’ordre.
Les étudiants lyonnais s’étaient précocement manifestés dès le 6 mai, avec un cortège des étudiants de l’INSA depuis le campus de la Doua vers la Faculté des Lettres sur les quais du Rhône : manifestation de soutien aux étudiants parisiens, mais également revendications spécifiques. Dès 1967, au cours de grèves à la Rhodiaceta des étudiants avaient rejoint les ouvriers en grève et avaient même participé avec eux à un défilé jusqu’au centre-ville. Le 13 mai 1968, lors de la grève générale, plusieurs centaines d’étudiants font le chemin inverse et se retrouvent devant les portes de la Rhodia à Vaise. C’est également près de Lyon, le 16 mai, dans la gare de Givors-Badan, qu’un mouvement en faveur de deux jeunes intérimaires licenciés inaugure la grève qui se généralise à la SNCF, puis dans les entreprises. Il convient aussi de déconstruire l’appellation habituelle “Mai 68” et de tenir compte des événements marquants qui se déroulent en juin.

Michelle Zancarini-Fournel

Haut de page

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’exposition est principalement composée de photographies, mais aussi de tracts, d’affiches, de documents d’archives issus de collections publiques (dont celles de la Bibliothèque municipale) et privées. Des films d’actualités de l’époque provenant de l’INA les accompagnent. L’ensemble de ces documents, de ces traces – forcément modeste, forcément non-spectaculaire, car ceux qui agissaient à l’époque ne prirent pas le temps d’avoir des réflexes d’archiviste – sera confronté aux récits des témoins lors de la journée d’étude du 26 avril. Cette exposition et cette journée d’étude doivent contribuer à la compréhension des événements lyonnais.

Haut de page

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réalisation :
Commissariat scientifique : Michelle Zancarini-Fournel
Commissariat : Catherine Goffaux-H., Philippe Rassaert
Montage : Jean-Pierre Maison, Bruno Monin, Adrien Napolitano
Photographie : Didier Nicole
Conception : Sylvie Beauchière

Les remerciements de la Bibliothèque vont à :
Michelle Zancarini-Fournel, conseillère scientifique
à Hubert Boulet, Claude Burgelin, Pierre Moulinier, Yvette Weber

Et à :
René Basset
Paul Charrondière
Guy Fossat
Jean Gréa
Jean-Paul Laroche
René Martin
Rajak Ohanian
Simone Ordan
Jacques Rey

Archives départementales du Rhône
Archives municipales de Lyon
Bibliothèque universitaire de Bron (Pôle Arts du Spectacle)
Fondation de l'automobile Marius Berliet
Institut national de l’audiovisuel (INA Centre-Est)
Le Progrès de Lyon

Haut de page

Site de la Ville de LyonSite de la Bibliothèque municipale de Lyon