Voir nos conférences filmées

Voici une sélection de vidéos qui se sont déroulées à la Bibliothèque de Lyon

Le national socialisme et l’antiquité

Johann Chapoutot, le 12/04/2011

Regarder la vidéo

Télécharger le fichier vidéo

Ecouter la conférence

Télécharger le fichier audio
Ce travail est parti d’un étonnement : celui suscité par les affirmations d’Alfred Rosenberg : « Les Grecs étaient un peuple du nord », ou celles d’Hitler pour qui il existait une « unité de race entre Grecs, Romains et Germains ».
Soucieux de donner un passé glorieux à une Allemagne de surcroît humiliée (« Nous n’avons pas de passé », affirme Hitler qui déplore que les archéologues SS s’obstinent à fouiller les bois de Germanie pour n’y exhumer que de mauvaises cruches…), le Reich met en place la réécriture d’une Antiquité racialisée qui annexe la Méditerranée à la race nordique : cette référence antique racialisée offre dès lors aux nazis, malgré les oppositions vite réduites au silence, et grâce à l’étonnante démission intellectuelle des savants gagnés à la cause du national-socialisme, « l’opportunité de fabuler un discours des origines » . Celui-ci sera largement orchestré par une multitude de vecteurs, une intense propagande. L’historien se retrouve au cœur du projet nazi : il s’agit de dominer non seulement le présent et l’avenir, mais aussi un passé réécrit et instrumentalisé. « Peut-être peut-on voir là l’utilité de l’historien : l’historien tire sur les postiches, mouche les chandelles, se pend aux drisses et fouille dans les coulisses. Il interrompt la représentation et arrache les spectateurs à l’aliénation de l’illusion qui, si l’on s’abandonne à la volonté des acteurs ne cesse jamais. Contre un mythe de mort, il ne voit de remède que dans la mort du mythe, tout comme Robert Anthelme, qui dans l’espèce humaine, note, à propos de l’un de ses gardiens SS : Ce qu’on voudrait, c’est commencer par lui mettre la tête en bas et les pieds en l’air. Et se marrer, se marrer […]. C’est ce que l’on a envie de faire aux dieux. Extrait de la conclusion de Le national-socialisme et l’Antiquité.

Intervenants

  • Johann Chapoutot, historien, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Grenoble.

Voir aussi

Cette vidéo fait partie du cycle "Histoire et Mémoire"

Voir toutes les vidéos du cycle "Histoire et Mémoire"

Documents en relation avec cette conférence

livre Le national socialisme et l’antiquité

Le national socialisme et l’antiquité

Johann Chapoutot

2008 - PUF