Voir nos conférences filmées

Voici une sélection de vidéos qui se sont déroulées à la Bibliothèque de Lyon

Bruno Yvonnet, peintre

Bruno Yvonnet, le 8/02/2013

Regarder la vidéo

Télécharger le fichier vidéo

Ecouter la conférence

Télécharger le fichier audio
La peinture de Bruno Yvonnet, en général figurative, nous oriente pourtant vers d’autres préoccupations que le sujet représenté. Portraits, vagues, ou vanités cachent en fait une question esthétique, picturale, ou même sociale qui est le véritable objet de sa peinture. La technique utilisée découle aussi de ce sujet. Elle est de ce fait variable, et peut devenir un élément du sens, ou même un motif perturbateur : les figures peintes sur du placo-plâtre (série « et in Arcadia ego ») sont faites à base de goudron, dont le bitume fera disparaître progressivement l’image. Il en va de même pour d’autres séries reprenant l’imagerie des romans-photos ou le motif du baiser. D’autres travaux de Bruno Yvonnet reprennent les poncifs de l’image, ou ceux de l’histoire de la peinture, à travers une étude poussée de la composition, et de ses stéréotypes. D’autres encore sont indexés sur les calculs de probabilité d’un futur referendum (réunification de Chypre) ou étudient les affaires de style : la série de portraits « Vaillants » reprend le genre héroïque, dans la diversité historique de ses apparitions (Dovjenko ou Riefensthal mais aussi le Renoir du film « A nous la liberté ») et révèle l’ambiguïté de cette emphase. Le travail de Bruno Yvonnet est donc plus analytique que figuratif ; il met au jour les fonctions décoratives ou iconographiques de la peinture, la pousse jusqu’à l’absurde, et par là, active un potentiel métaphorique. Bruno Yvonnet a d’abord récolté des photos d’explosions sur internet, afin de les transposer à la gravure sur linoleum : ce procédé, proche de la gravure sur bois inventée au XVIe siècle, nécessite le travail de la main, la pression de l’outil sur la matière, et appartient au régime archaïque de l’empreinte. Il est ici mis paradoxalement au service d’images traversées par la vitesse, la mondialisation, la diffusion instantanée à l’échelle de la planète. L’artiste a resserré sa palette à trois couleurs, (rouge noir blanc) et a travaillé sa plaque avec une fraise, avant de la découper par le contour afin d’obtenir un sujet centré et isolé. Il nous donne au final une série d’explosions « lentes et contrôlées », harmonisées par les couleurs et les dimensions, en un mot domestiquées, valorisant ainsi les inadaptations et anachronismes de son procédé.

Intervenants

  • Bruno Yvonnet, peintre..