Voir nos conférences filmées

Voici une sélection de vidéos qui se sont déroulées à la Bibliothèque de Lyon

Football et intégration : en terrain neutre

Stéphane Beaud, le 8/06/2016

Regarder la vidéo

Télécharger le fichier vidéo

Ecouter la conférence

Télécharger le fichier audio
Avec Stéphane Beaud, Adrien Bail, Matthieu Martinière, Daphné Gastaldi, journalistes, Laura Tangre, photo-journaliste et vidéaste et Paul, entraîneur de football. Deux histoires de l’immigration en France, réunies autour d’un seul langage : celui du football. Sur le terrain, plus de frontières.

Les journalistes Adrien Bail, Matthieu Martinière, Daphné Gastaldi et Laura Tangre nous parle de leur web documentaire, Demandeurs d’asile Football Club, qui suit une équipe constituée de demandeurs d’asile venus d’horizons divers, et qui, dans l’attente de leur statut de réfugiés se retrouvent régulièrement sur le terrain. Ils seront accompagnés par Paul, entraîneur de cette équipe et figure emblématique de ce documentaire. Puis le sociologue et professeur en Sciences Politiques à l’université Paris Ouest Nanterre, Stéphane Beaud nous proposera une vision sociopolitique des « affaires » qui secouent la planète foot en France depuis quelques années.

Demandeurs d’asile Football club avec Laura Tangre, Daphné Gastaldi, Matthieu Martinière, Adrien Bail.
Les conflits, la violence et la peur les ont poussés à l’exil. Ils se sont retrouvés sur un terrain de football. À partir de mai 2014, nous avons rencontré et suivi cinq hommes qui espéraient obtenir l’asile en France : Paul, Ali, Chicago, Omar et Skender, originaires de Côte d’Ivoire, de République démocratique du Congo, de Guinée et du Kosovo. Nous voulions relater leur parcours, leurs espoirs. Aborder, par le moyen du webdocumentaire*, les enjeux de la politique française et européenne en matière d’asile, alors que la réforme du droit d’asile se trouvait en discussion au Parlement : l’attente causée par d’interminables procédures, l’hébergement, défi de chaque soir, le monde du travail, dont l’accès leur était alors interdit.
À Lyon, ces « demandeurs isolés », arrivés sans femme ni enfant, avaient été accueillis par le Secours catholique, membre de la plate-forme pour le droit d’asile. L’ONG, dont la vocation est de « s’associer » avec les personnes qu’elle accompagne, avait créé une activité football au début de l’été 2013. Un peu improvisées, les premières rencontres furent simplement l’occasion pour les demandeurs d’asile de se détendre, de retrouver le contact du ballon que tous affectionnent. Puis tout changea. « C’était notre premier match contre une équipe associative. Sur le terrain, de notre côté, nous étions 56… »
Lucile Froitier, ancienne bénévole au Secours catholique, se souvient très bien de cette journée de la fin du mois d’août 2013. « Personne n’avait de maillot, tous n’avaient pas de chaussures. On frappait sur les bacs à glaces comme sur des tambours. À chaque action, ils étaient prêts à envahir le terrain… On sentait que quelque chose dépassait tout le monde ! » Ce quelque chose, c’était la naissance de l’équipe. Congolais, Albanais, Ivoiriens… Ils ont commencé à prendre l’aventure à cœur. Les entraînements, puis les matchs sur les terrains de la ville, devinrent réguliers. On trouva des équipements. Au sein de cette équipe où l’on cultivait le beau jeu comme la bienveillance, des liens se tissèrent sur le terrain et en-dehors. « L’esprit de compétition a créé une envie. Je ne m’attendais pas à ce que cela devienne aussi festif, admet Lucile. J’ai vu des hommes s’ouvrir, ils ont retrouvé le sens d’être quelqu’un pour les autres, d’être attendu. »
En septembre 2015, ils ont organisé ce tournoi inter-associatif dont ils parlaient depuis des mois : la « Coupe de l’espoir » a réuni à Écully une dizaine d’équipes associatives, dont de nombreux demandeurs d’asile issus des Centres d’hébergements (CADA) de la région. Paul, l’entraîneur de l’équipe, a porté ce projet pendant deux ans et rêve d’une nouvelle édition. À 33 ans, cet Ivoirien est devenu un symbole, pour beaucoup, une raison d’espérer. Engagé comme bénévole dans plusieurs associations, il a surmonté nombre d’épreuves depuis son arrivée en Europe en 2011. Avant de recevoir, enfin, le statut de réfugié, en janvier 2016.

Intervenants

  • Stéphane Beaud, sociologue et professeur en Sciences Politiques à l'université Paris Ouest Nanterre.