Voir nos conférences filmées

Voici une sélection de vidéos qui se sont déroulées à la Bibliothèque de Lyon

Le populisme, le peuple et la démocratie : le modèle latino-américain à l’épreuve

Federico Tarragoni, le 7/12/2016

Regarder la vidéo

Télécharger le fichier vidéo

Ecouter la conférence

Télécharger le fichier audio
Pour Federico Tarragoni, le populisme latino-américain a généré un empowerment des exclus et une nouvelle aspiration des masses populaires à être un peuple. Le populisme est l’un des concepts les moins maîtrisés et pourtant les plus obstinément présents dans le débat public contemporain. Dans les démocraties européennes, le concept désigne, malgré le flou sémantique qui l’entoure, une pathologie politique consistant à feindre une proximité entre gouvernants et gouvernés, à abuser de l’appel au peuple, à flatter son sens commun et ses bas instincts, et à promettre sans se donner les moyens de réaliser. Le populisme serait ainsi soluble dans la démagogie et apparenté à une rhétorique illusionniste. En s’appuyant sur une enquête historique et sociologique sur l’Amérique latine, Federico Tarragoni prend résolument le contrepied de cette analyse et propose une explication novatrice du phénomène. Le populisme en vient à épouser une tradition politique spécifique, progressiste et plébéienne, qui s’est concrétisée historiquement en Amérique latine dans des États ambitionnant d’intégrer les exclus, de redistribuer les fruits du développement économique et de valoriser la participation populaire à la démocratie. Dans ce contexte, le populisme a généré un empowerment des exclus des démocraties latino-américaines : les classes populaires des barrios, cumulant la pauvreté, la ségrégation urbaine et l’invisibilité sociale. Parmi les masses populaires a pris forme une nouvelle aspiration citoyenne : le sentiment d’être un peuple, c’est-à-dire de devoir contribuer « par le bas » à la mission démocratistrice des États. Cette dialectique entre un État démocratisateur et une nouvelle pratique citoyenne surgissant parmi les classes populaires permet de repenser les formes – et les limites – d’une véritable politique populiste. Les limites, disions-nous ; car le tableau est loin d’être idyllique : comme le montre l’actualité latino-américaine, le populisme, aussi progressiste et plébéien soit-il, est toujours guetté par la tentation des États d’instrumentaliser, contrôler et enrégimenter les masses. C’est alors la politique populaire émancipatrice à laquelle le populisme a donné forme qui peut en limiter les excès corporatistes ou autocratiques. Lorsque celle-ci disparaît, le populisme se meurt.

Intervenants

  • Federico Tarragoni, chercheur en sociologie.

Voir aussi

Cette vidéo fait partie du cycle "Démocratie : rêver, penser, agir ensemble"

Voir toutes les vidéos du cycle "Démocratie : rêver, penser, agir ensemble"