Bibliothèque du 5e Saint-Jean

La BML vous informe... : Travaux de rénovation, d'automatisation des prêts et retours, nouvelles bibliothèques...le réseau évolue ! Plus d'information

Giboulées poétiques

Avec mars et le printemps, voici venu le temps des giboulées poétiques.

Ne nous privons pas de souligner l’importance de la poésie et de son exercice. Une poésie multiple – l’épopée, la chanson de geste, la fable, le tombeau, le patoum malais …. le vers libre, le verset, l’aphorisme, la prose, le haïku, sans oublier le renouveau du genre avec la poésie sonore, corporelle, le slam … – aux nombreuses facettes, reflets de la créativité de la langue.

Bien désuète aujourd’hui l’image du poète solitaire, coupé des réalités du monde.
Pour preuve le thème de ce 17ème printemps des poètes « L’insurrection poétique », qui s’est déroulé du 7 au 14 mars 2014.

S’insurger, c’est prendre un risque, s’engager au niveau social, idéologique ou politique. Et les poètes engagés ont été et sont encore fort nombreux : les poètes de la résistance : René Char, Robert Desnos, mort des suites de la déportation, ou encore Paul Éluard, Louis Aragon …
Plus récemment Aimé Césaire ou encore Léopold Sédar Senghor qui s’opposent au colonialisme, Pablo Neruda et sa lutte pour la cause communiste, le militant écologiste Maurice Chappaz mais aussi Mahmoud Darwich , Abdellatif Laâbi…
Alors oui, les exemples de poésie engagée ne manquent pas qui sensibilisent, touchent, font réfléchir, font réagir, enrichissent la compréhension du monde, aident à vivre, à nous révéler à nous même, à partager…

C’est dans cet esprit de partage, de découverte et d’engagement aussi que la bibliothèque St Jean a initié deux temps de rencontres autour de la poésie.

Le mercredi 11 février > Osez la poésie !

« Le syndicat des poètes qui vont mourir un jour » a fait sa rentrée littéraire de janvier et février et proposé une soirée lecture afin de présenter à la trentaine de personnes présentes les titres publiés en 2014 par les membres du collectif.

Petite présentation  :

« Par définition tous les membres du collectif : « Le syndicat des poètes qui vont mourir un jour » sont des poètes vivants.

Les objectifs du collectif :

  • Promouvoir une poésie tournée vers l’oralité, la scène, la lumière ; la faire sortir des pages des livres pour la rendre accessible au plus grand nombre.
  • Oser la poésie en tous lieux, en tous temps et par tous les temps, pour tous les publics (à l’école de la République, à l’hôpital, dans les maisons de retraite, etc.)
  • Proposer des lectures publiques dynamiques ainsi que des performances.
  • Participer collectivement à la programmation de festivals, de manifestations « multimédias », de saisons culturelles et de tout événement où la poésie contemporaine a sa place. »

Pour en savoir plus sur ce singulier collectif :
http://syndicatdespoetes.hautetfort.com/
https://fr-fr.facebook.com/SyndicatDesPoetes

Le samedi 7 mars > Atelier d’écriture poétique avec Estelle Dumortier.

Une quarantaine de livres de poètes contemporains, de grandes feuilles de papier colorées accrochées aux murs, dix personnes désireuses de s’essayer à l’exercice, un thermos de café… Et l’atelier débute avec un préambule : les choses qui nous entourent sont toutes nommables, les mots dont nous nous servons définissent le monde dans lequel nous vivons ; alors pour trouver ces précieux mots, lisons donc….et pourquoi pas …de la poésie !


Suit une première consigne : feuilleter les ouvrages et inscrire sur les feuilles les mots qui ont touché … puis les prononcer, les faire évoluer, s’amuser, les recombiner… et peu à peu oser se révéler …
Estelle Dumortier, poète lyonnaise membre de la Traversante, n’a pas son pareil pour animer un atelier : elle suscite d’emblée l’intérêt, met à l’aise, aide chacun à porter une attention différente à la langue, au monde, à soi.
Un moment suspendu, trois heures de partage, de jeu poétique avec les mots... une expérience enrichissante qui n’a laissé personne indifférent !