Bibliothèque mobile : le bibliobus

La BML vous informe... : Travaux de rénovation, d'automatisation des prêts et retours, nouvelles bibliothèques...le réseau évolue ! Plus d'information

« L’ennemi c’est l’autre ? », une agora jeune aux « Dialogues en humanité »

Ces trois jours de rencontres qui se tiennent début juillet au Parc de la tête d’or constituent une occasion de créer un lieu ouvert aux réflexions, de proposer une approche plus citoyenne du monde basée sur l’échange et la convivialité. A l’ombre des arbres se succèdent, rencontres, ateliers et « agora », en référence à cette forme prisée de discussion publique qui remonte à l’Antiquité, en présence de nombreux invités.

Pour cette 12ème édition comme pour les précédentes, la bibliothèque a répondu présent avec le bibliobus et un jardin de lecture éphémère animé par l’équipe de la Bibliothèque du 1er arrondissement et celle du Pôle Mobile.

La formule « d’Agora jeunes » inaugurée l’an dernier en partenariat avec les Francas du Rhône a été reconduite. Variante des « Forums des enfants citoyens » qui donne la parole aux 8-12 ans, ce temps d’échanges est mené à partir d’extraits de textes et de lectures, replaçant la bibliothèque comme lieu d’information et de débat.

En écho au thème « Guerre et paix », la question posée était « L’ennemi c’est l’autre ? », amenant les enfants à s’interroger sur le statut et la représentation de l’adversaire. A partir de la lecture de l’album « L’ennemi », de Davide Cali aux éditions Sarbacane (), un dialogue est né de l’expérience et de la confrontation des sensibilités du jeune public.
Le livre abordait la connaissance de l’ennemi, les changements du mode de vie en temps de guerre, l’information et sa divulgation lors de conflits, et enfin les possibilités d’en sortir.

Bernard Noly, des Francas, rythmait le débat, rebondissant sur les observations et les raisonnements tels que la violence et ses processus de banalisation, les sources et le traitement de l’information, le rôle des leaders et bien d’autres sujets d’actualité. A ses côtés, Catherine André, invitée des Dialogues en humanité et journaliste pour les revues Alternatives économiques et Courrier International, a témoigné tout au long du débat de son expérience et donné des exemples.

Les échanges ont débuté timidement, l’exercice de la prise de parole n’étant pas facile surtout pour un tout jeune public. Mais rapidement le contenu des propos a évolué. Les maladresses du début ont fait place à des véritables témoignages : passant d’exemples anodins de brouilles de cour de récréation à l’histoire d’une petite fille racontant que son grand-père a échappé à des belligérants car il comprenait leur langue, ou encore cette autre qui cite Einstein « Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine… »

En, bref les agoras sont florissantes pour les enfants… ainsi que pour les grands !