A propos de la Bibliothèque municipale de Lyon

Les bibliothèques municipales de la Ville de Lyon sont un service public ayant pour but de contribuer aux loisirs, à l’information, à l’éducation et à la culture de tous.

Générosités lyonnaises

Éditorial de Gilles Éboli, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon publié dans TOPO mai-août 2018, le magazine des Bibliothèques de Lyon.

Avec le temps nécessaire à leur recueil et à leur analyse, les chiffres 2017, en cette fin de premier trimestre 2018, s’accumulent et confirment les premières impressions de début d’année : l’année 2017 restera un excellent cru lyonnais pour les bibliothèques, plein, divers et généreux. Alors que sous d’autres cieux, internationaux et nationaux, on peut déplorer reculs voire fermetures, en tout cas interrogations sinon inquiétudes, Lyon peut faire état de l’ouverture de trois médiathèques et conséquence logique de statistiques très favorables liées évidemment à ce renforcement du réseau. Des chiffres résolument en hausse que nous vous présentons dans ce Topo et qui renvoient encore et toujours à leur nature de vieilles lunes les rumeurs-buzz-millénarismes récurrents de fin du livre, des bibliothèques, de l’écriture etc.

Redisons-le, plus que jamais, la BmL avance, se renouvelle, s’interroge aussi mais se voit confortée dans ses paris par les rapports repris en compte au plus haut niveau, je pense au rapport Orsenna sur les bibliothèques. Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur une des facettes, importante voire essentielle de ce rapport, les horaires, mais voyons bien que le modèle prôné par ledit rapport, un modèle ouvert, ambitieux de bibliothèque dans la cité n’est pas étranger, loin de là, aux projets et réalisations de notre territoire, métropolitain aussi désormais.

Et pour rester sur les singularités, (re) parlons du legs du père Louis Perrin : ce prêtre « sans paroisse » comme l’a nommé la presse a légué par testament une somme d’environ 3,5 millions d’euros à la Ville de Lyon pour sa bibliothèque municipale. Singulier, ce don l’est évidemment par son ampleur mais aussi par sa discrétion (nous connaissions surtout jusqu’à présent Louis Perrin par son ouvrage Guérir et sauver) et par sa nature : si la Bibliothèque depuis toujours s’est enrichie par des dons, il s’agissait le plus souvent de dons de collections et non pas de dons en argent. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce geste exceptionnel pour dire l’usage que la Bibliothèque en fera mais nous voulions dès aujourd’hui saluer la générosité, extraordinaire et citoyenne, du père Perrin.

Je terminerai par une autre générosité, celle de Michel Chomarat, citoyen lyonnais, collectionneur de haute lice, à laquelle se marie celle du père Christian Delorme ; tous deux nous ont donné avec Martin Luther King, un rêve brisé ? dont ils ont assuré le commissariat une remarquable exposition qui actuellement bat tous les records de fréquentation, d’où sa prolongation jusqu’au 12 mai : à cette date le chiffre de 50 000 visiteurs, « record » de la BmL, devrait être dépassé. Que ce record soit désormais détenu par une exposition consacrée à la vie et l’œuvre de Martin Luther King conforte la BmL dans son projet.

Gilles Éboli, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon

P.S. : à l’heure de la mise sous presse de Topo, la bibliothèque du 9e La Duchère doit fermer pour travaux à la suite d’un incendie criminel. Nous reviendrons dans un prochain numéro sur cet événement déplorable.