A propos de la Bibliothèque municipale de Lyon

Les bibliothèques municipales de la Ville de Lyon sont un service public ayant pour but de contribuer aux loisirs, à l’information, à l’éducation et à la culture de tous.

Historique de la BmL

Les collections maintenant rassemblées à la bibliothèque à la Part-Dieu ont vu le jour au fil des siècles dans différents quartiers de la ville. Bibliothèques personnelles ou assemblées par des institutions religieuses, leur histoire est indissociable de celle de l’ancienne cité de Lyon.

Aux origines de la bibliothèque : une longue histoire…

L’histoire du livre à Lyon se reflète particulièrement bien dans les collections qui y ont été assemblées au fil des siècles et constituent maintenant les fonds anciens de la bibliothèque. Des manuscrits mérovingiens provenant vraisemblablement des scriptoria des grandes abbayes de l’Ile Barbe ou d’Ainay symbolisent la première renaissance urbaine et intellectuelle de la ville. Ces manuscrits des Ve et VIe siècles sont les documents les plus anciens des collections qui se trouvent actuellement à la bibliothèque de Part-Dieu. Ils ont été conservés jusqu’à la Révolution française par les chanoines du Chapitre de la cathédrale, avec les manuscrits de la renaissance carolingienne. Au IXe siècle en effet, les évêques carolingiens de Lyon ont constitué autour du groupe cathédral à Saint-Jean une bibliothèque importante, qui a pu être composée de plus de 600 manuscrits à son apogée. Une cinquantaine de manuscrits maintenant visibles sur Internet est demeurée sur place à Lyon et fait partie, avec les fonds des grands couvents lyonnais, du patrimoine prestigieux confisqué à la Révolution.

A la Renaissance, dès le dernier quart du XVe siècle, alors que quatre foires se tiennent chaque année à Lyon, l’intense production des ateliers d’imprimerie autour de la rue Mercière fait de la ville une des capitales du livre après Venise et Paris. Au cœur de cette activité commerciale et intellectuelle, humanistes et « antiquaires » redécouvrent l’histoire et les vestiges de la cité antique. C’est alors qu’en l’absence d’université, le consulat lyonnais, à l’initiative du médecin philosophe Symphorien Champier (1472 ?-1539 ?), va créer dès la fin des années 1520, un collège dans les « granges » cédées par les Trinitaires, rue Neuve, au bord du Rhône (à l’actuel Lycée Ampère), pour satisfaire des besoins éducatifs grandissants.

Ce collège va connaître à ses débuts des conditions financières difficiles. Confié à des régents humanistes, on y enseigne le latin, le grec, le français et l’hébreu dès 1540. La ville s’achemine alors vers des temps difficiles. En 1561, à la veille de l’occupation de Lyon par les troupes protestantes, la cristallisation des tensions religieuses va atteindre son paroxysme avec le meurtre du régent du collège, Barthélémy Aneau (1505-1561), soupçonné de sympathies pour la Réforme.

La bibliothèque du Collège de la Trinité, à l’origine de la Bibliothèque municipale de Lyon, va donc se constituer très progressivement et connaîtra son âge d’or sous l’administration du Collège par les jésuites à qui il est confié dès 1565. Le premier don important qui contribuera à son établissement est celui du roi Henri III à son confesseur, le P. Emond Auger (1530-1591) en 1587. En 1610, la bibliothèque recevra du juriste lyonnais François Bullioud (1583-16..), la collection de plusieurs centaines de volumes en latin, grec et hébreu de son père, le procureur du roi Pierre Bullioud (1548-1597), passionné de langues anciennes. Ces premiers dons conséquents à la bibliothèque du collège seront suivis à la fin du 17e siècle, d’un legs majeur : celui de Camille de Neufville de Villeroy (1603-1693) archevêque de Lyon de 1653 à sa mort, dont la bibliothèque contenait des livres du 15e au 17e siècle, des manuscrits et un important fonds espagnol.


1565
Le consulat, assemblée municipale de l’époque, rouvre les portes du Collège de la Trinité (actuel lycée Ampère), fondé en 1527 et le confie aux Jésuites. Au début, les livres sont dispersés en divers points du Collège et il faut attendre la première moitié du XVIIe siècle pour qu’une salle particulière soit attribuée à une bibliothèque. Les collections s’accroissent régulièrement, d’une part grâce au financement apporté par le consulat, d’autre part grâce aux dons faits par les pères jésuites comme Auger, Coton, La Chaise ou Ménestrier. En 1693, les legs de la bibliothèque de l’archevêque de Lyon, Camille de Neufville de Villeroy, apporte plus de 5 000 imprimés et manuscrits. La bibliothèque est alors réservée aux professeurs, même si parfois elle accueille libéralement des personnes extérieures.


1731
En l’Hôtel de Fléchère, dans le vieux quartier Saint-Jean, la première bibliothèque publique lyonnaise ouvre ses portes aux lecteurs le lundi et le vendredi. Mais ils doivent consulter sur place et les collections sont surtout spécialisées dans le domaine juridique.


1765
Trois ans après l’expulsion de France des Jésuites, le consulat décide de réunir les deux bibliothèques au Collège de la Trinité, alors géré par les Oratoriens, et de rendre accessible au public la collection de 40 000 ouvrages ainsi formée. Les événements révolutionnaires entraînent la fermeture de l’établissement. Parallèlement, les confiscations des biens des communautés religieuses lyonnaises sont rassemblées dans divers dépôts littéraires. Sur les quarante-deux communautés existantes, une douzaine seulement obtempère aux lois et décrets de la Révolution. L’occupation de la bibliothèque par les troupes armées après le siège de Lyon, les prélèvements faits pour enrichir les collections parisiennes et les conditions précaires de conservation portent atteinte à l’intégrité des collections.


1803
La gestion de cette bibliothèque est confiée à la municipalité, à charge pour elle de nommer et de payer un bibliothécaire et de dégager un budget de fonctionnement. Les travaux de classement peuvent alors commencer : Antoine Delandine, le premier bibliothécaire nommé, et ses successeurs, s’y attellent. Les collections s’accroissent.


1831
Le maire de Lyon, Gabriel Prunelle, crée une seconde bibliothèque municipale consacrée aux sciences et aux arts, qui prend le nom de bibliothèque du Palais des Arts (actuel musée Saint-Pierre), où elle est installée. Outre un fonds municipal, elle regroupe les collections de l’Académie de Lyon et de diverses sociétés savantes. Les locaux des deux bibliothèques deviennent vite insuffisants et des lecteurs se plaignent de la dispersion des collections.


1911
Le Palais Saint-Jean, sur les bords de la Saône a été libéré par la loi de séparation des Églises et de l’État.

3PH00468 - AM - Bibliothèque Lyon - rue Gentil et ancien archevêché
Cour Palais Saint-Jean - ancien palais archiépiscopal (entre 1870-1914)

La Bibliothèque municipale s’y installe, englobant les collections du Collège et celles du Palais des Arts.

3PH00491 - AM - Bibliothèque Lyon - rue Gentil et ancien archevêché
3PH00478 - AM - Bibliothèque Lyon - rue Gentil et ancien archevêché

1959-1969
Le réseau de lecture publique se développe, des bibliothèques pour les adultes, puis pour les enfants, s’ouvrent dans chacun des neuf arrondissements.

  • 1959.
    *. Décembre 1959. - Ouverture de la première bibliothèque pour adultes et jeunes (à partir de 14 ans) à la mairie du 4e arrondissement, 133, boulevard de la Croix-Rousse. Superficie : 145 m².
  • 1960.
    - Janvier 1960. - Réouverture de la bibliothèque pour adultes et jeunes (à partir de 14 ans) à la mairie du 7e arrondissement, 16, place Jean-Macé (Lyon 7e). Superficie : 56 m². Inauguration : 12 janvier 1960.
    - 26 avril 1960. - Devant le nombre toujours croissant d’étudiants faisant la queue devant le Palais Saint-Jean, on inaugure une seconde salle de lecture de 80 places aménagée dans l’ancienne cuisine de l’archevêvé, située en sous-sols, sous l’actuelle salle de lecture de la bibliothèque. La capacité totale est ainsi portée à 258 places.
  • 1961.
    ***. - Ouverture de la bibliothèque à la mairie du 1er arrondissement, 2, place Sathonay (Lyon 1er). Superficie : 64 m².
  • 1963.
    - Octobre 1963. - Ouverture de la bibliothèque à la mairie du 6e arrondissement, avec deux sections (adultes et jeunes de 15 à 18 ans), 60, rue de Sèze (Lyon 6e). Superficie : 130 m². Inauguration : 23 octobre 1963.
  • 1964.
    - Mars 1964. - Ouverture de la première bibliothèque pour enfants à la mairie du 4e arrondissement, 133, boulevard de la Croix-Rousse (Lyon 4e). Superficie : 40 m².
    - 25 juin 1964. - Inauguration du "Biblio-car" de la Bibliothèque urbaine de prêt.
    - Juin 1964. - Ouverture de la bibliothèque pour enfants de 7 à 15 ans à la mairie du 6e arrondissement, 60, rue de Sèze (Lyon 6e). Superficie : 58 m².
  • 1965.
    - Décembre 1965. - Ouverture de la bibliothèque pour adultes et jeunes au nouveau Centre social de la Duchère, 5e avenue (Lyon 9e). Superficie : 225 m².
  • 1966.
    *. 11 mars 1966. - L’Association des Amis des bibliothèques de Lyon est déclarée à la préfecture du Rhône (J.O., 27 mars 1966, p. 2519). Elle succède ainsi à la Société des Amis de la Bibliothèque dont l’activité essentielle était la publication d’études sur les manuscrits conservés par le Fonds ancien. Les nouveaux objectifs consistent à faire connaître les buts et les ressources des bibliothèques lyonnaises, à faciliter l’étude des richesses qu’elles contiennent et, plus généralement, à développer dans le public l’esprit de recherche. A l’aube des années 1990, elle aide notamment à l’organisation de manifestations et expositions, à l’accueil des conférenciers et de visiteurs étrangers, tout en continuant à faire connaître les richesses de la Bibliothèque par l’édition de reproductions de miniatures ou de gravures anciennes. Président de l’association : Francisque Goirand. Siège social (en 1966) : 4, avenue Adolphe-Max, Lyon 5e.
    - Avril 1966. - Ouverture de la bibliothèque pour adultes, jeunes et enfants à l’ancienne mairie de Saint-Rambert, 13, Grande-rue (Lyon 9e). Superficie : 83 m², dont 45 m² pour la salle adultes et 38 m² pour la salle enfants.
    * ouverture de la bibliothèque de consultation pour adultes et de la bibliothèque pour enfants au 9e , la Duchère, Centre Administratif, 5e avenue. Surface : 477m2 (consultation : 277 m2 ; enfants : 200 m2).
    * ouverture de la bibliothèque pour adultes au 9e arrdt, Vaise, dans les locaux de la mairie, située, alors 21 rue de Bourgogne. Surface : 45 m2.
    * ouverture de la bibliothèque pour adultes au 8e arrdt, 45, rue Général Frère. Surface : 86m2.
  • 1967  : ouverture de la bibliothèque pour adultes au 3e arrdt, 18 rue François Garcin. Surface : 77 m2.

1970-1979

  • 1970.
    - Février 1970. - Déménagement de la bibliothèque du 6e arrondissement de la rue de Sèze pour le 30, rue Bossuet (Lyon 6e).
  • 1972.
    * La bibliothèque centrale quitte le Palais Saint-Jean pour de nouveaux locaux, situés sur la rive gauche du Rhône, dans le quartier de la Part-Dieu. Une partie des fonctions sont automatisées.
    * ouverture de la bibliothèque pour adultes et de la bibliothèque pour enfants au 2e arrdt, 10 rue Bourgelat. Surface : 87 m2 (adultes : 72m2 ; enfants : 15 m2).
  • 1974.
    *. 5 décembre 1974. - Ouverture de la bibliothèque de Vaise, 9, rue Sergent Michel-Berthet (Lyon 9e). Cette 12e bibliothèque de prêt remplace celle de la rue de Bourgogne, devenue trop petite et qui présentait l’inconvénient d’être située au 3e étage. Elle est transférée sur la façade postérieure de la nouvelle mairie du 9e arrondissement, en rez-de-chaussée, avec agrandissement et création d’une bibliothèque pour enfants. Superficie : 391 m² (adultes : 190 m² ; hall : 86 m² ; enfants : 115 m²). Inauguration : 4 décembre 1974.
  • 1975  : ouverture de la bibliothèque pour enfants au 5e arrdt, Ménival, dans la maison de l’enfance, 60 rue Joliot-Curie. Surface : 60m2.
  • 1976  : ouverture de la bibliothèque pour adultes au 5e arrdt, dans l’ancienne Bibliothèque Centrale de St Jean, 4 avenue Adolphe-Max. Surface : 486m2.
  • 1979  :
    * ouverture de la bibliothèque pour enfants au 5e arrdt, dans l’ancienne Bibliothèque Centrale de St Jean, 4 avenue Adolphe-Max. Surface : 146m2)
    * réouverture de la bibliothèque pour adultes et de la bibliothèque pour enfants au 6e arrdt, 33 rue Bossuet, après rénovation et agrandissement. Surface : 365 m2 (adultes : 130m2 ; salle de travail : 65m2 ; enfants : 130m2).
1976.05.09 - Inauguration bibliothèque enfants - Saint-Jean - discours Jean-Louis Rocher

1980-1992

  • 1980  :
    * transfert dans un nouveau local de la bibliothèque pour enfants au 2e arrdt, 10 rue Bourgelat, qui passe de 15m2 à 90m2 et cède donc cette surface aux adultes qui passent de 72m2 à 87 m2.
    * transfert de la bibliothèque pour adultes au 3e arrdt, au 246 rue Duguesclin et qui s’agrandit en passant de 77m2 à 227 m2.
  • 1981  : ouverture de la bibliothèque pour enfants au 3e arrdt, 246 rue Duguesclin. Surface : 123m2 (Mezzanine incluse). Mise en service au même endroit d’une bibliothèque sonore pour aveugles et mal-voyants de 73m2.
  • 1982.
    - Septembre 1982. - Ouverture de la bibliothèque pour adultes (après transfert) et création de la bibliothèque pour enfants du 8e arrondissement, 67, rue Saint Maurice. Superficie : 410 m² à la place de 86 m², dont 290 m² pour la salle adultes et 120 m² pour la salle enfants. Inauguration : 1er octobre 1982.
    - Novembre 1982. - Ouverture des bibliothèques pour adultes et pour enfants de la Condition des Soies, 7, rue Polycarpe (Lyon 1er). Superficie : 397 m², dont 210 m² pour la salle adultes et 187 m² pour la salle enfants. Inauguration : 2 novembre 1982.
  • 1983.
    - 22 février 1983. - Ouverture de la nouvelle bibliothèque de Saint-Rambert-Plateau, 3, place Bernard-Schonberg (Lyon 9e). Cette bibliothèque s’inscrit au coeur de la zone d’aménagement concerté du quartier de Saint-Rambert. Superficie : 487 m², dont 347 m² pour la salle adultes (15.000 volumes) et 140 m² pour la salle enfants (5000 volumes). Coût : 3.605.757 francs.
  • 1984.
    *. 6 octobre 1984. - Ouverture de la première discothèque de quartier à la bibliothèque de Saint-Rambert-Plateau, 3, place Bernard-Schonberg (Lyon 9e). Le fonds est constitué d’environ 3000 disques et offre la possibilité d’emprunter trois disques pour une durée de trois semaines, moyennant deux francs par disque.
    * fermeture de la bibliothèque pour adultes au 1er arrdt, 2, place Sathonay (Lyon 1er). Surface : 64 m².
    *. 30 juin 1984. - Ouverture de la bibliothèque de la Guillotière (enfants), 25, rue Béchevelin, Lyon 7e. Superficie : 195 m².
  • 1985.
    ***. - Fermeture des bibliothèques pour adultes et pour enfants de Saint-Rambert-le-Bas. Cette décision découle de la baisse très sensible de la fréquentation due à un report de nombreux lecteurs vers la nouvelle bibliothèque du plateau, ouverte en février 1983. Afin que le service du prêt ne soit pas supprimé sur le quartier, un bibliobus offrant un choix d’environ 3000 livres assure une desserte tous les quinze jours. Superficie : 83 m².
  • 1986.
    - 1983-1999. - Marché avec la société GEAC computers France pour la livraison et l’entretien d’un système de gestion informatisé de la bibliothèque et de ses annexes.
    * un nouveau système d’information est mis en place. Les acquisitions, le catalogage, la recherche documentaire et la circulation des documents sont informatisés. Le catalogue est accessible progressivement de toutes les bibliothèques d’arrondissement.
    * fermeture de la bibliothèque pour adultes et de la bibliothèque pour enfants au 4e arrdt, 133 bd de la Croix-Rousse. Surface : 185 m2.
    *. 12 décembre 1984. - Inauguration de la bibliothèque de la Croix-Rousse (adultes et enfants), 12, rue de Cuire, Lyon 4e. Superficie : 663 m², dont 493 m² pour la salle adultes et 170 m² pour la salle enfants.
  • 1987.
    * réfection de la bibliothèque pour adultes et de la bibliothèque pour enfants au 2e arrdt, 10 rue Bourgelat. Fermeture pour travaux du 15/11/86 au 10/02/87
    *. 3 mars 1987. - Réouverture de la bibliothèque Jean-Macé, rénovée et agrandie, 16, place Jean-Macé (Lyon 7e). La superficie passe de 56 m² à 220 m², dont 65 m² en mezzanine (15.000 ouvrages en prêt). Inauguration : 20 mars 1987.
  • 1988  : ouverture de la bibliothèque pour adultes et de la bibliothèque pour enfants au 7e arrdt, Gerland, 11, place des Pavillons. Surface : 200m2 (adultes : 100m2 ; enfants : 100m2).
  • 1990.
    - 17 juillet 1990. - La Bibliothèque de la Part-Dieu accueille la collection complète du Progrès de Lyon au terme d’une convention signée entre la Ville de Lyon et la direction du journal. Jusqu’alors stockée à Villefranche, ce sont ainsi 8500 volumes représentant 130 ans d’informations qui sont déposés à l’abri des dégradations du temps au 14e étage du silo à livres. Il s’agit d’une collection de référence qui n’est pas accessible au public. Mais la Bibliothèque possède déjà les collections presque complètes du grand quotidien depuis sa fondation, très largement communiquées au public.
    - Octobre 1990. - Parution du premier numéro de Topo, magazine trimestriel des Bibliothèques de Lyon, sur une maquette de Gérard Bourgey. Responsable de la publication : Jean-Louis Rocher, conservateur en chef ; coordinateur : Patrick Bazin.
    - 30 novembre 1990. - L’accès Minitel au catalogue de la Bibliothèque est mis en service (3615 BMLYON). Dans un premier temps, il est limité aux Minitels les plus récents (bi-standards), avant de s’étendre à l’ensemble du parc. Le minitel donne ainsi accès à 600.000 documents qui sont interrogeables par auteurs, titres ou sujets, dont il est possible de vérifier la disponibilité en rayon. Début 1993, le service s’ouvre à la réservation de documents. Coût de la communication : 0,35 F./mn.
  • 1991.
    *. 14 janvier 1991. - La Bibliothèque de la Part-Dieu ouvre exceptionnellement ses portes un lundi (jour de fermeture) pour accueillir le professeur Stanley Hoffmann (1929-2015), historien et politologue de renommée internationale en poste à l’Université de Harvard aux Etats-Unis.
    **. Janvier 1991. - Le service du Bibliobus crée deux nouvelles dessertes, l’une place Camille-Flammarion à la Croix-Rousse, l’autre au quartier du Vergoin à Saint-Rambert. Avec plus de 3000 ouvrages en libre-accès, le Bibliobus s’adresse à un large public adultes et enfants.
    *. 14 février 1991. - Réouverture de la bibliothèque réaménagée de la Duchère, avenue du Plateau (Lyon 9e). Les bibliothèques de la Duchère, jusqu’alors hébergées au Centre administratif du Plateau (section Enfants) et au Centre social du Plateau (section Adultes), étaient respectivement fermées depuis les 16 et 30 juin 1990. Ce réaménagement permet de réunir les deux structures au sein d’un seul et même bâtiment, au coeur du Centre administratif du Plateau de la Duchère. Un transfert qui entraîne la création in fine d’un véritable pôle d’animation dans un quartier où ce type d’initiative fait défaut. Superficie : 447 m² sur deux étages. Inauguration : 16 février 1991.
    *. 23 mai 1991. - L’Union des écrivains de Rhône-Alpes (U.E.R.A.) qui regroupe plus de 100 écrivains édités, lance un cycle de Rencontre avec... afin de mieux se faire connaître du grand public. Durant une heure, l’écrivain, interviewé par Louis Muron de Radio Fourvière Région, et Bernard Jandot, journaliste-écrivain, tentent de faire découvrir l’homme qu’il est et l’oeuvre qu’il a écrite. Inaugurée avec le poète et traducteur Bernard Simeone (1957-2001), cette première rencontre publique est enregistrée et diffusée en différé sur les antennes de Radio Fourvière Région.
    *. 19 octobre 1991. - Dans le cadre de la manifestation "La Fureur de Lire" (1991), la Bibliothèque de la Part-Dieu convie le public à un parcours insolite avec les comédiens de la compagnie L’Attroupement dans des lieux qui leurs sont habituellement inaccessibles, comme les dix-sept étages du silo à livres. L’expérience est renouvelée l’année suivante.
    *. 19 octobre 1991. - A l’occasion de leur réaménagement, les bibliothèques du 9e arrondissement (Vaise et La Duchère) organisent une vente exceptionnelle de livres usagers. Plus d’un millier d’ouvrages sont vendus au public de 1 à 5 francs.
  • 1992.
    **. Janvier à mai 1992. - Les 14 bibliothèques pour enfants de la Ville de Lyon centrent leurs activités d’animation autour d’un thème unique : les monstres. Expositions, ateliers graphiques ou musicaux, lectures et spectacles animent le réseau des bibliothèques.
    **. Février 1992. - Le conseil municipal de Lyon approuve à l’unanimité le "prêt à usage" de la bibliothèque de Michel Chomarat au profit de la Bibliothèque de la Ville. Cette collection rassemble plusieurs dizaines de milliers de documents du XVe siècle à nos jours.
    **. Mars 1992. - En lien avec l’exposition présentée au printemps 1992, la Bibliothèque co-édite Monstre-moi !, publlié par les éditions Albin-Michel, grâce au soutien de l’Association des amis des bibliothèques de Lyon : un livre pour enfants réunissant des nouvelles et des contes originaux illustrés avec le concours des élèves de l’Ecole Emile-Cohl et de l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon. L’ouvrage est présenté à la Foire du livre de jeunesse de Bologne (avril 1992) et bénéficie d’une diffusion nationale.
    *. 5 mai 1992. - Créé en 1985, le cycle de conférence autrefois intitulé Les Mardis chinois change de nom pour Asiatiques. La première conférence de ce nouveau cycle est proposée par Eric Bouteiller autour de cette problématique : "Taiwan : indépendance ou réunification ?".
    *. 15 mai 1992. - A la biblothèque du 8e arrondissement, lancement des séances délocalisées "Autour d’un manuscrit" permettant la présentation des collections patrimoniales du Fonds ancien à un groupe limité de personnes. Dans une version rajeunie, elles connaîtront un grand succès à la fin de la décennie sous l’appellation des "Heures de la Découverte".
    *. 3-5 septembre 1992. - La Bibliothèque de Lyon est partenaire de l’Avant-Scène 92, grand salon des spectacles de la région Rhône-Alpes accueillit au Centre commercial de la Part-Dieu. Durant trois jours, ce sont plus de 60 théâtres, orchestres, compagnies de danse et lieux culturels qui sont présentés au public. Nouvel acteur de cette manifestation unique en son genre, la Bibliothèque est également présente avec un stand. Elle réédite l’expérience l’année suivante (9-11 septembre 1993).
    **. Septembre 1992. - A l’occasion de l’exposition Au fil des collections (19 septembre-30 octobre), la Bibliothèque édite de nouvelles cartes postales et signets reproduisant des enluminures de manuscrits, des reliures du XVIe siècle, des gravures et dessins du XVIIIe siècle.
    *. 17 octobre 1992. - La Bibliothèque de la Part-Dieu fête son 20e anniversaire.
    *. 24 octobre 1992. - En partenariat avec l’Orchestre national de Lyon (O.N.L.), la Bibliothèque inaugure un nouveau cycle de rencontres avec des musiciens, solistes, chefs d’orchestre et compositeurs, invités à l’occasion de leur passage à Lyon. Premier invité de cette Discothèque idéale : Emmanuel Krivine, chef d’orchestre.
    ***. - La Bibliothèque accueille un troisième bibliobus, dernier élément de son "service mobile". En renfort à ceux déjà existants qui desservent les collectivités et les quartiers dépourvus de structures fixes, celui-ci est plus particulièrement destiné aux Bibliothèques centres documentaires - autrement dites B.C.D. - qui se sont récemment développées au sein des écoles maternelles et primaires, mais aussi dans les centres sociaux, crèches, maisons de l’enfance, organismes de vacances et de loisirs... A partir de 1992, plus de 40.000 documents sont susceptibles d’être livrés aux collectivités lors de tournées trimestrielles.
1980 - Bibliothèque municipale La Part-Dieu, Discothèque
1982.02 - Salle des enfants de la bibliothèque du 1er arrondissement
Flyer bml
Flyer bml
Bibliobus
Bibliobus

1992 - 2010. - Direction : Patrick Bazin.

  • 1992.
    - 7 octobre 1992. - Patrick Bazin (né en 1950) prend la direction de la Bibliothèque municipale de Lyon en remplacement de Jean-Louis Rocher. Conservateur à la Bibliothèque depuis 1978, Patrick Bazin était jusqu’à cette date responsable des bibliothèques de prêt pour adultes, de la coordination de l’ensemble du réseau lyonnais, puis de l’organisation des manifestations culturelles, en particulier de l’exposition "Image et sciences", du colloque sur les sciences cognitives "Nature et pensée", de l’exposition sur l’art numérique "Arrobase" et de celle consacrée à l’artiste et écrivain Jean Raine.
  • 1993.
    - 11 février 1993. - Michel Noir, maire de Lyon, et Dominique Jamet, président de la Bibliothèque de France, signent la convention pour l’intégration du catalogue de la Bibliothèque municipale Lyon au catalogue collectif de France (CCFr). Le projet qui doit se poursuivre avec d’autres villes de France consiste à réunir les grands catalogues informatisés afin de les rendre interrogeables à domicile, notamment par Minitel. A Lyon, il concerne 100.000 documents provenant du fonds ancien, de fonds locaux et régionaux, et de certains fonds spéciaux portant, par exemple, sur l’anthropologie médicale (fonds Lacassagne) ou la Guerre de 1914-1918. Dès 1995, il rassemble quelques 7 millions de références et, à terme, près de 13 millions de documents. La Bibliothèque municipale de Lyon est l’une des toutes premières à participer à cette vaste entreprise.
    - 15 février 1993. - Le conseil municipal de Lyon approuve le don de France 3 Rhône-Alpes portant sur 85.000 disques Vinyle pressés entre les années 1950 et 1980 que la chaine a hérité de la radio publique, jusqu’à sa reprise par Radio France en 1983. Grâce à ce trésor - rendu obsolète avec l’apparition du compact disc -, la Part-Dieu devient la plus grande discothèque de la région Rhône-Alpes. La convention officialisant la cession est signée le 9 mai.
    - 1er avril 1993. - La Bibliothèque municipale de Lyon construit progressivement son "réseau multimédia" afin de permettre la consultation de CD-Rom et la gestion des bases de documents numérisés. Quatre stations multimédia à écrans couleurs haute résolution, reliés en réseau, sont ainsi mises à la disposition des lecteurs à proximité des salles Lettres, Sciences, Référence et de la Documentation régionale. Par leur biais, ils accèdent à une CD-thèque qui propose dès l’année suivante une quarantaine de titres - du Kompass aux articles du Monde -, et leur permet d’accéder au coeur du catalogue informatisé de la Bibliothèque (hébergé par l’université Lyon 1), à des bases de données spécialisées... et bientôt à Internet ! Parmi ces bases de données, certaines sont constituées et gérées directement par la Bibliothèque qui, depuis janvier 1993, a entrepris de numériser un grand nombre de documents en mode texte ou image, comme cette base d’articles de presse constituée par la Documentation régionale.
    - 1er avril 1993. - Avec la mise en place d’une navette inter-bibliothèques, il est désormais possible de restituer les documents empruntés dans la bibliothèque de son choix, en n’importe quel point du réseau. Seuls les disques Vinyle nécessitant une vérification lors de leurs retour doivent être rendus dans la discothèque où ils ont été empruntés.
    - 5 juillet 1993. - Le conseil municipal de Lyon accepte le transfert de la Fondation nationale de la Photographie, hébergée depuis 1977 à la Villa Lumière mais qui a officiellement cessé ses activités depuis le 30 juin. La collection, propriété de l’Etat, rejoint celles de la Bibliothèque municipale de Lyon en septembre dans la perspective d’un projet de département d’arts graphiques. Estimée à environ 2 millions de francs, elle comprend 50.000 plaques de verre, 6000 tirages et 1200 livres dont 800 sont issus de la bibliothèque personnelle des frères Lumière.
    - Juillet 1993. - Profitant de la traditionnelle fermeture estivale pour récolement (inventaire), la fresque murale en béton de la bibliothèque de la Part-Dieu, oeuvre du sculpteur Denis Morog (1922-2003) qui s’étend du sous-sol au cinquième étage de l’établissement, subit son premier nettoyage depuis l’ouverture de la bibliothèque en 1972. Le dépoussiérage de cette oeuvre d’art de 300 m² de surface est réalisé par la société Némo à Fontaines-sur-Saône (Rhône), sous la direction des services techniques de la ville.
    - Août 1993. - Parution du premier volume de la nouvelle collection "Bibliographica" consacrée aux fonds anciens précieux ou spéciaux, principalement destinée aux lecteurs érudits et aux chercheurs. Elle s’ouvre avec un premier catalogue : Ouvrages maçonniques du XVIIIe siècle de la Bibliothèque municipale de Lyon, rédigé par Michel Chomarat et Jean-Paul Laroche.
    - 23 novembre 1993. - Les bibliothèques de Lyon et de Saint-Etienne officialisent leur fusion informatique créant ainsi le plus grand pôle documentaire régional de France, riche d’1,5 million de références bibliographiques. D’un côté, un fonds lyonnais réunissant les neuf départements thématiques de la Part-Dieu et les quatorze bibliothèques d’arrondissement qui, avec plus d’un million de documents, est le plus important de province. De l’autre, le réseau stéphanois BRISE (Bibliothèques en réseau informatisé de Saint-Etienne) regroupant une vingtaine de sites municipaux et d’enseignement supérieur offrant un accès rapide et exhaustif à l’ensemble du patrimoine bibliographique local. La signature de cette convention concrétise une coopération documentaire entre les deux réseaux et fait suite à une charte signée le 23 novembre 1989 dont la première action a été mise en place en 1991 avec la liaison Transpac.
  • 1994.
    - 4 juillet 1994. - Le conseil municipal approuve la convention de Pôle associé entre la Ville de Lyon et la Bibliothèque nationale de France. La candidature de Lyon comme Pôle associé a été retenue dans les domaines de l’histoire du livre et des sciences de l’information. Le partenariat regroupe la Bibliothèque municipale de Lyon, le Musée de l’Imprimerie et de la Banque et l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib).
    - 15 octobre 1994. - La Bibliothèque municipale de Lyon ouvre le prêt des vidéocassettes. Contre un forfait annuel de 200 francs, tout lecteur déjà inscrit à la Bibliothèque peut emprunter une vidéocassette par semaine. Avec quelques 3000 titres - fictions et documentaires confondus -, cette vidéothèque publique de prêt est une des plus importantes de France. Elle connaît un succès immédiat.
    - 19 octobre 1994. - Profitant d’une réorganisation des espaces publics, Patrick Bazin inaugure l’Espace Patrimoine en déclarant ouverte la première d’une série d’expositions qui, bimestriellement, s’installeront au 4e étage de la Bibliothèque de la Part-Dieu, entre les salles de la Documentation régionale et du Fonds ancien. Avec ce nouvel espace placé sous la responsabilité de Gérard Corneloup (bibliothécaire), elle dispose désormais d’une structure exclusivement dévolue à la valorisation de son patrimoine écrit et graphique. Première exposition : A Lyon, ils ont imprimé Rabelais (15 octobre au 10 décembre 1994).
    - Décembre 1994. - La Bibliothèque accueille le fonds de l’Artothèque des Terreaux, sis 23, place des Terreaux. Créée à l’initiative du ministère de la Culture, l’artothèque est gérée depuis son ouverture en septembre 1983 par l’Association pour l’animation des musées, puis par la Ville de Lyon à partir de novembre 1992. Elle est désormais placée sous la responsabilité de Françoise Lonardoni, auparavant assistante auprès du directeur du Centre d’art contemporain de Saint-Priest, qui a en charge son installation à la Bibliothèque de la Part-Dieu, la valorisation des fonds graphiques contemporains et la sensibilisation du public dans le domaine de l’art contemporain. En préfiguration de son ouverture, la Bibliothèque programme diverses actions sur l’année 1995 : expositions, installations d’oeuvres du FRAC, cycles de conférences...
  • 1995.
    - Janvier 1995. - Avec le réaménagement du hall d’accueil, la bibliothèque de la Part-Dieu gagne un prêt centralisé. Jusqu’alors, seules la salle de prêt, la Discothèque et la salle de la section Enfants, étaient équipées de terminaux informatiques permettant le prêt de documents. La réorganisation des espaces publics, par la suppression d’un ascenseur et d’une volée d’escalier menant aux vestiaires (depuis longtemps inutilisés), permet de centraliser toutes les opérations de prêt dans le hall d’accueil principal. A terme, il reçoit ainsi trois pôles d’activité : la centralisations des transactions de prêt des documents de toutes les salles ; l’accueil et l’information du public ; la présentation et la vente des produits éditoriaux de la Bibliothèque.
    - Janvier 1995. - Par délibération, le conseil municipal de Lyon accepte la cession de l’oeuvre de Marcelle Vallet (1907-2000) au bénéficie de la Bibliothèque : un ensemble de 4600 photographies, dont 1600 négatifs, que la photographe met à la disposition des Lyonnais en les donnant à la Ville et en lui cédant ses droits d’auteur pour une somme forfaitaire de 20.000 francs.
    - Mars 1995. - L’Association Laboratory fait don à la Bibliothèque municipale de Lyon des archives des éditions Paroles d’Aube et de la revue Aube Magazine dont elle est gestionnaire. Ces archives comprennent les manuscrits des auteurs publiés, la correspondance reçue depuis la création de la revue en 1978, des documents divers concernant les publications, l’ensemble des parutions de la maison d’édition et une collection complète du magazine.
    - Mai 1995. - Onze médiateurs, hommes ou femmes diplômés bac+2, d’une moyenne d’âge de 28 ans et ayant suivis une formation d’un mois avec le CEFRA-Université Lumière Lyon II, se mettent au service des publics, notamment des chômeurs. Leurs missions à la Bibliothèque de la Part-Dieu et dans sept bibliothèques de quartiers dits "sensibles" concernent l’accueil et l’information des usagers, l’assistance des bibliothécaires dans des actions d’hyper-proximité, la création d’animations autour du livre et de la lecture, la collaboration avec les associations de quartier afin d’amener vers l’écrit un nouveau public... Mais tout reste à inventer dans cette expérience unique en France. L’opération d’un an renouvelable est confiée à Lyon Insertion et financée à hauteur d’1,5 millions de francs par la Ville de Lyon.
    - Mai 1995. - La Bibliothèque commence la "rétroconversion" de ses catalogues antérieurs à 1986. Sous ce terme un peu barbare, se cache l’informatisation des anciens fichiers manuels de la salle des catalogues. Si depuis cette date, toute entrée de nouveau document dans les collections est directement saisie sur clavier, les documents de la période antérieure, de 1801 à 1985, sont recensés dans un catalogue de plus de 600.000 fiches dactylographiées qu’il reste à analyser, à retraiter et à transcrire. La saisie informatique de ces données est confiée à 25 personnes handicapées en recherche d’emploi, en étroite collaboration avec l’association Lyon Insertion-Mission locale, la société Icare et le concours de l’association de Gestion économique et financière pour l’insertion des personnes handicapés (AGEFIPH). Coût estimé : 3,5 millions de francs.
    - 20 juin 1995. - Acquisition chez Sotheby’s à Londres d’un manuscrit enluminé de première importance : le Livre d’heures à l’usage de Chalon (BM Lyon, Ms. 6881), datant du début du XVIe siècle et illustré par Guillaume II Leroy. Le manuscrit entre dans les collections à la fin du mois de septembre. Coût : 270.000 francs.
    - Juin 1995. - Après avoir été pilote en France en matière de réseau multimédia avec un service de catalogue électronique et des stations de CD-Rom en libre-service, la Bibliothèque de la Part-Dieu offre au public une nouvelle expérience : l’accès gratuit au fameux réseau Internet. Une première en France, pour l’instant limitée, sur réservation, à l’une des stations multimédia et à une sélection de sites classés par zones géographiques ou par thématiques.
    - Juillet-août 1995. - Pour la première fois à Lyon, une initiative originale des bibliothèques d’arrondissement permet aux enfants privés de vacances de se divertir tout en profitant du beau temps grâce à l’opération "Lectures dans les squares". Deux fois par semaine, à 17 heures, deux à quatre médiateurs sortent des bibliothèques des 7e, 8e ou 9e arrondissements avec, sous le bras, un carton de livres destinés aux lecteurs en herbe, de trois à treize ans. L’occasion aussi de mieux faire connaissance avec l’équipe de médiateurs, nouveaux venus dans les bibliothèques lyonnaises.
    - 12 septembre 1995. - Ouverture du département thématique "Sciences et techniques" à la Bibliothèque de la Part-Dieu. Outre les services patrimoniaux de la Documentation régionale et du Fonds ancien, il existe déjà, en embryon, un autre département thématique : celui de la discothèque, regroupant disques, CD, partitions et ouvrages de musicologie. L’ouverture du premier département thématique "Sciences et techniques" lance véritablement le projet de redistribution des services inauguré en janvier 1995 avec l’ouverture du prêt centralisé. Dans cette ancienne salle de réunion transformée en temple des sciences et des techniques, les livres y côtoient désormais les CD-Rom ou les disquettes ; les vidéos scientifiques ont déménagé de la vidéothèque pour rejoindre les autres documents. En tout, 12.000 sources de renseignements, tous supports confondus, sont regroupées en un seul lieu. Des documents auxquels s’ajoutent trois stations multimédia, deux postes pour les vidéocassettes et un autre pour Internet. D’ici deux ans, la salle doit s’augmenter de 350 m² en mordant sur la salle des catalogues (3e étage), appelée à disparaître du fait de la retroconversion des anciens fichiers. La constitution de ce nouveau département est un premier pas dans la restructuration programmée de la Bibliothèque municipale ou "départementalisation". Dans un avenir proche, d’autres espaces de ce genre apparaîtront - comme ceux dévolus à la société, à l’histoire et aux civilisations, aux langues et à la littérature ou encore aux arts et loisirs - au détriment de trois salles, désormais obsolètes : la salle d’informations générales, la salle d’études et la salle de prêt.
    - Septembre 1995. - Commercialisation du CD-Rom "Mémoire et actualité de la région Rhône-Alpes". La Documentation régionale a joué un rôle moteur dans la réalisation de ce catalogue collectif des ouvrages régionaux sur CD-Rom, en liaison avec l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (ARALD). En rassemblant 130.000 notices en provenance des fonds locaux et régionaux informatisés de 21 bibliothèques des 8 départements de Rhône-Alpes, ainsi que des Archives départementales du Rhône, il répond à la demande des professionnels du livre soucieux de mieux valoriser et diffuser leurs fonds.
  • 1996.
    - 30 janvier 1996. - Réouverture de la bibliothèque rénovée de Vaise, rue Michel-Berthet (Lyon 9e). La surperficie reste inchangée.
    - 22 Février 1996. - A l’occasion d’enchères publiques à la salle des ventes des Brotteaux, la Bibliothèque municipale de Lyon enrichit son patrimoine par l’acquisition d’un important fonds de photographies dues à un passionné d’opéra, Louis Poulin (1890-1966), et illustrant vingt-cinq ans de spectacles au Grand-Théâtre de Lyon.
    - 14 mars 1996. - La bibliothèque ouvre son site web, nouveau fleuron de sa stratégie multimédia. Les internautes du monde entier peuvent désormais découvrir les ressources de la Bibliothèque. Cette dernière, grâce au concours de la société villeurbannaise ASI (Accès et Solutions Internet), vient en effet de se doter de son propre serveur. Son site Web offre un rapide panorama des richesses conservées par l’intermédiaire de huit rubriques permettant de consulter le catalogue informatisé, de visiter des exposition virtuelles, de naviguer parmi les collections patrimoniales à travers une sélections d’images numérisées de manuscrits, incunables et estampes. A découvrir également, deux éditions électroniques conçues à partir d’ouvrages du Fonds ancien de la Bibliothèque : les Electro-Chronicques, fac-similé des oeuvres de François Rabelais, et La Nef des folles de Josse Bade.
    - Mars 1996. - Fermeture définitive de la salle d’informations générales. Dans le cadre de la départementalisation, elle doit laisser place au nouveau département "Arts et Loisirs".
    - 29 juin 1996. - Après la salle "Sciences et techniques" (12 septembre 1995), la restructuration de la Bibliothèque de la Part-Dieu se poursuit avec une deuxième salle thématique qui s’ouvre aux "Arts et Loisirs". Des arts plastiques à l’architecture en passant par la photographie ou le tourisme, ce nouvel espace regroupe 20.000 documents disponibles en prêt ou consultables sur place (livres, vidéos, revues, CD-Rom). Et un nouveau service : l’Artothèque, neuvième du genre en Région Rhône-Alpes, née de la fusion de l’ex-artothèque de la place des Terreaux et des collections de feu la Fondation nationale de la Photographie. Parmi les 600 oeuvres en prêt, l’artothèque de Lyon, outre sa collection d’estampes, propose des vidéos d’artistes et un fonds photographique qui en fait donc l’une des caractéristiques. Dans le soucis de rentabiliser les acquisitions déjà effectuées et d’en réaliser de nouvelles, le service fait cependant l’objet d’un abonnement différencié pour les particuliers : 50 francs/an, pour deux oeuvres et pour une période de deux mois. Superficie : 510 m². Capacité : 70 places assises, dont 34 places de travail.
    - 1996. - Deux ans après son décès, les archives de l’écrivain Louis Calaferte (1928-1994) rejoignent le fonds patrimonial contemporain de la Bibliothèque. Parmi elles, l’ensemble des manuscrits des textes publiés de son vivant, soit près de 5000 pages au graphisme minuscule et compact, carnets, récits, poésies... Suite à ce premier don, une exposition lui rend hommage du 16 avril au 8 juin. Il est complété par de nouvelles donations en 1999, 2003, 2008 et 2014.
  • 1997.
    - 14 janvier 1997. - Dans le cadre de la restructuration de la Bibliothèque de la Part-Dieu, le département "Langues et littératures" ouvre ses portes au public à l’emplacement de l’ancienne salle de prêt : 32.000 documents, 3000 bandes-dessinées, 70 périodiques, un espace consacré au théâtre et à la poésie, et une station multimédia. Le tout sur 600 m² entièrement rénovés et avec une équipe de 10 personnes. Le dernier chapitre de la départementalisation étant clos, la Bibliothèque se penche déjà sur d’autres projets, comme la construction d’une médiathèque dans le quarter de Vaise (Lyon 9e), avec un centre de documentation sur le spectacle vivant.
    - 18 mars 1997. - Trois mois après son ouverture, on inaugure le nouveau département "Langues et littératures" , baptisé "Salle Jean Reverzy". L’inauguration est suivie d’une soirée en hommage à l’écrivain lyonnais au cours de laquelle la Bibliothèque de Lyon se voit remettre la majeure partie des manuscrits de celui qui signa notamment Le Passage (Prix Renaudot 1954) et Place des angoisses (1956).
  • 1998.
    - Janvier-février 1998. - Nouvelle formule de Topo, magazine des bibliothèques de Lyon, sous une maquette rajeunie réalisée par Catherine Baur, graphiste indépendante travaillant déjà pour différentes institutions culturelles de la Ville de Lyon. Tirage : 12.000 exemplaires. Parution : 30 décembre 1997.
  • 1999.
    - 13 janvier 1999. - Lancement du cycle de rencontre-débats Paraphes. Premier invité : Philippe Artières pour son livre Drôle d’oiseau (Imago, 1998).
    - 26 janvier 1999. - Fin du transfert à la Part-Dieu des 400.000 ouvrages, 200 incunables et autres documents iconographiques du XVe siècle à nos jours de la prestigieuse bibliothèque du centre culturel des Fontaines, près de Chantilly (Oise). Commencé le 1er décembre 1998, le déménagement s’achève le 26 janvier 1999 avec la pièce sinon la plus ancienne, du moins la plus prestigieuse de cette collection : un cahier de la bible de Gutenberg (1455). La Bibliothèque jésuite des Fontaines, laissée en dépôt à Lyon pour une durée de cinquante ans renouvelables, occupe désormais un peu plus de deux étages du silo de conservation de la Parti-Dieu, soit 15 kilomètres de rayonnages.
    - 8 février 1999. - Réception des travaux du nouveau système de détection et d’extinction incendie du silo à livres de la bibliothèque de la Part-Dieu. Afin de protéger les dix-sept niveaux de stockage, soit une surface de 11.560 m², cinquante-trois bouteilles reliées à une tuyauterie s’étend dans tout le bâtiment. Le gaz extincteur, l’argonite, est un mélange homologué quelques mois plus tôt et aux spécificités révolutionnaires : composé de 50% d’azote et 50% d’argon, il permet la baisse du taux d’oxygène contenu dans le local protégé, laissant toujours un taux minimum de 12%, ce qui permet l’extinction du feu sans mettre en danger les personnes présentes. Coût d’installation : 5.8 millions de francs.
    - Avril 1999. - Donation de Colette E. Bidon à la Bibliothèque municipale de Lyon. Ce premier don est composé de 182 gravures et 525 dessins au crayon, à la plume, au lavis ou à l’aquarelle dus à l’artiste lyonnais Balthazar-Jean Baron (1788-1869). Il fait l’objet d’une importante exposition en octobre 1999 et est complété par de nouvelles donations en 2002, 2003, 2006 et 2012.
    ***. - La Bibliothèque municipale de Lyon procède au changement de la majeure partie de son système informatique. Cette opération qui concerne la Part-Dieu, les quatorze bibliothèques d’arrondissement et les trois bibliobus, a nécessité le transfert d’environ 800.000 références bibliographiques, 162.222 dossiers d’emprunts et 389.000 prêts en cours. Réalisé par E.I. Audiovisuel sur la base d’un logiciel Best-Seller, le nouveau système informatique offre désormais, à travers un environnement graphique unique, la totalité des prestations mises en oeuvre depuis 1986 et prend en compte les évolutions technologiques les plus récentes, comme l’Internet.
  • 2000.
    ***. Transfert de la bibliothèque du 9e Vaise dans ses nouveaux locaux Place Valmy. Ouverture de la première médiathèque lyonnaise : la médiathèque de Vaise. Surface : 3 600m2 (hall : 500m2 ; centre de documentation sur le théâtre et les arts du spectacle : 300m2 ; enfants : 400m2 ; adultes : 900m2). La Médiathèque de Vaise est inaugurée le 27 novembre 2000.
  • 2001 : réouverture de la bibliothèque du 7e Guillotière (entièrement réaménagée et agrandie). Surface : 375m2
  • 2002 : fermeture de la Bibliothèque du 2e avant transfert dans un nouveau bâtiment, 13 rue de Condé.
  • 2003 : réouverture de la bibliothèque du 2e arrdt, 13 rue de Condé. Surface : 723m2 dont 415 m2 ouverts au public
  • 2004 : le guichet du savoir, service innovant de questions/réponses en ligne ouvre le 29 mars 2004.
  • 2005 : fermeture de la bibliothèque du 4e arrdt, pour agrandissement.
  • 2006 : réouverture de la bibliothèque 4e arrdt, agrandie. Surface : 1100,5m2 - 1er juillet 2006 : fermeture définitive de la bibliothèque du 8e, 67 rue Saint-Maurice, avant transfert dans la nouvelle construction du Bachut.
  • 2007 :
    * une deuxième entrée pour la bibliothèque de la Part-Dieu, située 30 Boulevard Vivier Merle ouvre le 27 mars 2007.
    * ouverture de la médiathèque du Bachut , 2 place du 11 novembre 1918, 2 500 m². La médiathèque du Bachut est inaugurée le 17 avril 2007.
    * fermeture définitive de la bibliothèque pour enfants de Ménival (5e arrdt), avant transfert dans la nouvelle bibliothèque du Point du Jour (5e arrdt)
  • 2008 :
    * ouverture de la nouvelle bibliothèque du Point du Jour, 10 – 12 rue Joliot Curie 69005 – 771 m². Inauguration le 5 mars 2008.
    * fermeture de la bibliothèque de Jean-Macé dans ses locaux de la mairie du 7e arrdt, avant transfert dans ses nouveaux locaux 2 rue Domer (7e arrdt)
    * ouverture de la bibliothèque de Jean-Macé, 2 rue Domer (7e arrdt) le 16 septembre 2008.

2010 - 2011. - Direction : Bertrand Calenge.

  • 2010.
    - Juillet 2010 à juin 2011. - Bertrand Calenge (1952-2016) assure la direction par intérim de la Bibliothèque de Lyon. Il rejoint en 2012 l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib).

2011 - 2020. - Direction : Gilles Eboli.

  • 2011.
    - 1er juin 2011. - Gilles Eboli, ancien directeur de la bibliothèque l’Alcazar à Marseille, prend la direction de la Bibliothèque municipale de Lyon.
    - 15 juin 2011. - Ouverture de la nouvelle bibliothèque de la Duchère, 4, place Abbé-Pierre (Lyon 9e). Inaugurée le 9 novembre, elle est baptisée du nom de l’écrivaine lyonnaise Annie Schwartz. Superficie : 671 m².
    ***. - Lancement du Projet d’établissement.
  • 2012.
    - 12 décembre 2012. - Ouverture de Numelyo, bibliothèque numérique de la Bibliothèque de Lyon.
  • 2013.
    - 6 au 8 juin 2013. - Sur le thème "La fabrique du citoyen", le 59e Congrès de l’Association des Bibliothécaires de France (A.B.F.) se tient à la Cité Internationale de Lyon (Lyon 6e). La Bibliothèque est étroitement associée à ce projet.
  • 2014.
    - Avril 2014 à décembre 2018. - Déploiement de l’automatisation des prêts et des retours sur l’ensemble des bibliothèques du réseau. Ce chantier induit le réaménagement du hall d’accueil de la bibliothèque de la Part-Dieu (Lyon 3e) et des espaces publics des quinze autres bibliothèques du réseau.
    - 17 mai 2014. - Modestement testée en 1991 à Vaise et à La Duchère, la bibliothèque municipale de Lyon organise sa première grande braderie de livres. Plus de 15.000 ouvrages sont vendus à des prix modiques.
    - 16 au 22 août 2014. - Lyon accueille le 80e Congrès de l’IFLA (Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d’institutions). Ce congrès qui rassemble 4000 bibliothécaires de 144 nationalités différentes prend pour thème : "Bibliothèques, citoyenneté, société : une confluence vers la connaissance".
    - 3 décembre 2014. - A 21 heures, Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, inaugure un nouveau dispositif d’illumination du silo de conservation. Ce nouvel éclairage pérenne, réalisé par l’Atelier Roland Jéol, fait partie du Plan Lumière Part-Dieu impulsé par la Direction de l’éclairage public de la Ville de Lyon.
  • 2015.
    ***. - La Bibliothèque adopte une nouvelle tarification qui passe de 35 à 18 euros. Elle crée également une nouvelle carte "Culture" qui, pour 38 euros, élargit l’offre de la Bibliothèque à une quinzaine d’institutions culturelles partenaires.
  • 2016.
    - 7 juillet 2016. - L’Influx, le nouveau webzine de la Bibliothèque, succède à Point d’Actu.
  • 2017.
    - 28 mars 2017. - Ouverture de la nouvelle médiathèque de Gerland, 34, rue Jacques-Monod (Lyon 7e). Depuis le 28 mars 2019, elle porte le nom de la philosophe Hannah Arendt. Superficie : 1100 m² (22.000 documents).
    - Juin 2017. - Ouverture de la nouvelle médiathèque Clémence-Lortet, 35, rue Bossuet (Lyon 6e). Superficie : 1000 m².
    - Septembre 2017. - Ouverture de la nouvelle médiathèque Marguerite-Yourcenar, 86, avenue Lacassagne (Lyon 3e). Superficie : 1000 m² (22.000 documents).
    - 20 novembre 2017. - Par délibération, la Ville de Lyon accepte le legs testamentaire du père Louis Perrin (1933-2016) : 3,5 millions d’euros "pour que ces biens ou le produit de ces biens servent à la Bibliothèque municipale de Lyon".
  • 2018.
    - 1er janvier 2018. - Suite à la création de la Métropole de Lyon (1er janvier 2015), cette dernière délègue à la Ville de Lyon le prêt de documents (livres, CD, DVD, supports d’animation). La bibliothèque de Lyon élargit ainsi progressivement son territoire aux communes métropolitaines.
    - Mai 2018. - La photographe Jacqueline Salmon est en résidence pour une durée de trois ans à la Bibliothèque municipale de Lyon. Son travail sur la construction de la bibliothèque de demain, l’amène naturellement à suivre le chantier de rénovation du silo (voir infra). Plusieurs expositions de ce travail sont prévues pendant sa résidence.
  • 2019.
    ***. - La Bibliothèque lance un important chantier de rénovation des 17 étages du silo de conservation : désamiantage ; installation d’un nouveau système de traitement d’air ; réfection des systèmes de sécurité, de l’isolation et de l’éclairage... Ce chantier, qui doit à terme améliorer les conditions de conservation des documents et rationaliser le plan de classement, implique l’externalisation de trois étages de collections qui sont déménagés, de février à mai 2019, vers un local à Corbas et aux archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon. Budget global (en 2019) : 13 millions d’euros. Fin des travaux : XXXX.