Achats réalisés et dons reçus en 2020

Achats

Livres imprimés

  • Paul Valéry avec des gravures de Jacques Beltrand d’après Joseph Bernard, L’âme et la danse, Lyon : association lyonnaise des cinquante « La belle Cordière », 1932.
    Exemplaire n° 28/90 pour Jean Blanchon. L’association des cinquante « La belle Cordière » est une société lyonnaise de bibliophiles. Ces associations, dont certaines sont nées dès le XIXe siècle, connaissent une sorte d’âge d’or dans l’entre-deux-guerres. Elles ont généralement pour objet la tenue d’événements permettant de réunir les amateurs (prix, congrès, banquet), mais aussi et surtout l’édition de livres avec un soin particulier apporté aux dimensions matérielles : papier, reliure, typographie, illustration. Il peut s’agir de textes classiques, de textes d’auteurs contemporains reconnus, comme ici avec Paul Valéry, ou plus rarement de textes édités pour la première fois.
    Jacques Beltrand (1874-1977) est graveur et fils du graveur Tony Beltrand, né à Lyon. A 58 ans, il est alors déjà reconnu pour son travail. Joseph Bernard est un sculpteur né à Vienne au sud de Lyon.
    Achat à la vente du 30 avril 2020 (Maison Richard, Villefranche-sur-Saône). Rés B 72583.
  • Journal des théâtres, Paris : chez Esprit, 8 numéros du 1er avril au 15 juillet 1777.
    « Je loue avec plaisir, je blâme avec courage ». Cette citation du poète anglais Alexander Pope, tiré de son Essai sur la critique, sert de devise à ce périodique bimensuel éphémère dont les numéros paraissent entre 1er avril 1777 et le 15 juin 1778, et dont la bibliothèque de Lyon a acquis les seuls huit premiers numéros. Son titre entier est Journal des théâtres, ou Le nouveau Spectateur, servant de répertoire universel des spectacles.
    Ces premiers numéros correspondent bon an mal an à la période où le Journal était la propriété de Jean Charles Le Vacher de Charmois (1749-1792), gendre du célèbre comédien Préville. La seconde période s’ouvre à partir du numéro 12 de septembre 1777. L’histoire particulière de ce journal est en effet assez rocambolesque, et permet de mieux comprendre les rôles que jouent déjà les critiques et la censure officielle sur la réussite ou non des comédiens, dans une période où l’activité littéraire peut être porteuse de certaines formes de subversions. L’histoire complète est résumée dans le Dictionnaire des journaux 1600-1789, source importante pour toute recherche sur la question de la presse française d’Ancien Régime.
    Rare et difficile à trouver, ce périodique méritait sa place dans les collections lyonnaises aussi parce qu’il rend compte de l’activité théâtrale lyonnaise, notamment dans le numéro 1 (p. 43 à 45) où le rédacteur loue la qualité de la salle, de ses décorations et machines, avant de juger de la qualité des actrices et acteurs de la troupe, dans le numéro 2 (p. 92-93) où le même rédacteur continue la revue des actrices et acteurs, et dans le numéro 6 (p.281 à 284) où le rédacteur finit par l’éloge du vieil acteur Restier et de Mademoiselle Eidoux, nouvelle venue à Lyon après avoir joué à Dijon et dans plusieurs villes suisses.
    La pagination est continue sur toute l’année 1777. Chaque numéro a bien sa page de titre, ses avis, et se termine par un sommaire et le catalogue la librairie Esprit. Notre exemplaire contient les 8 premiers numéros (1er avril 1777 au 15 juillet 1777) en deux petits volumes. Il contient aussi le rare prospectus du 5 mars 1777 qui annonce le Journal : celui-ci a été inséré entre le numéro 1 et le numéro 2.
    Achat librairie Jardin des muses. Décembre 2020. B 514011. En attente de catalogage.
  • Cicéron et Pierre du Ryer (trad.), De la nature des dieux, Lyon : Antoine Molin, 1670.
    Pierre Du Ryer, dramaturge du début de la première moitié du XVIIe siècle, est aussi connu pour sa traduction originale et complète des Œuvres de Cicéron, qui fait encore référence. Dans ce traité, Cicéron interroge les différentes conceptions gréco-romaines de la divinité (épicurisme, stoïcisme, académisme) et de ses liens avec les affaires humaines. Cette édition lyonnaise d’Antoine Molin vient compléter notre collection d’éditions du lyonnaises du XVIIe siècle, et témoigne de la vitalité, certes moindre qu’au XVIe siècle mais toujours existante, des libraires lyonnais pendant cette période.
    Achat librairie Jardin des muses. Septembre 2020. B 514006.
  • Bernard de Fontenelle, Nouveaux dialogues des morts, Lyon : Thomas Amaulry, 1683.
    Fontenelle, écrivain du XVIIe siècle, est surtout connu pour ses textes sur la littérature scientifique. Les nouveaux Dialogues des morts, nouveaux car ils sont écrits à la façon de ceux de Lucien de Samosate, écrivain du Ier siècle, propose une autre facette de Fontenelle : celle d’un sceptique qui détricote les idées reçues sur les caractères, les progrès de l’esprit et de la raison, les relations hommes femmes, la gloire, les plaisirs, etc. Imprimé à Paris pour le libraire lyonnais Thomas Amaulry, cette édition témoigne du fait qu’un important libraire lyonnais peut commander à des imprimeurs parisiens des volumes pour les écouler sous son nom. Là encore, ce volume vient compléter notre collection d’éditions lyonnaises du XVIIe siècle.
    Achat librairie Rossignol. Septembre 2020. B 514007.
  • Lucius, Paul Louis Courrier (trad.) et Marcel Roux (ill.), L’âne, Paris : Renaissance du livre, 1922.
    L’Âne est un conte satyrique et philosophique, à la langue très libre et au comique parfois très érotique. L’auteur, « Lucius », est inconnu. Le texte est parfois attribué, sans doute à tort, à Lucien de Samosate. Cette édition est surtout intéressante pour les illustrations de Marcel Roux. La bibliothèque conserve en effet une importante collection des œuvres de cet artiste formé à l’école des Beaux-arts de Lyon et ayant vécu une grande partie de sa vie dans cette ville.
    Achat librairie Rossible. Septembre 2020. Rés K 206057.
  • 27 livres de Claude Farrère et 1 livre d’Edouard Herriot.
    En complément de l’achat des deux manuscrits (voir ci-dessous) de Claude Farrère à Gilles Couffon, la bibliothèque a acquis 27 livres de Claude Farrère, pour la plupart avec des envois signés à ses proches. Un exemplaire de De la Forêt normande d’Edouard Herriot avec un envoi autographe, a aussi été joint à cet achat.

Manuscrits et archives

  • Claude Farrère. Les hommes nouveaux. 1921-1922.
    Manuscrit autographe signé. Ce roman de Claude Farrère fait suite au voyage qu’il effectua au Maroc en 1920. D’après ses annotations, il en conçut l’idée le 7 novembre 1920 à Rabat et l’écrivit entre le 27 mai 1921 et le 18 mai 1922. Le roman fut publié en octobre 1922 chez Flammarion.
    Achat auprès de Gilles Couffon. Juin 2020. Ms 7768.
  • Claude Farrère. Point d’interrogation. Entre 1935 et 1945.
    Manuscrit autographe signé et dactylographie d’un récit resté, semble-t-il, inédit.
    Achat auprès de Gilles Couffon. Septembre 2020. Ms 7793.
  • Claude Farrère. Lettre autographe signée à Marcel Ballot. 22 janvier 1908.
    Claude Farrère remercie le critique Marcel Ballot pour l’article que ce dernier a consacré à son roman Mademoiselle Dax, jeune fille dans le numéro du Figaro du 13 janvier 1908.
    Achat auprès d’Autographes d’antan. Juillet 2020. Ms 7770.
  • Claude Farrère. 2 lettres autographes signées à Albert T’Serstevens. 13 février et 4 décembre 1942.
    Les lettres sont insérées en tête d’un ouvrage de Claude Farrère : La dernière porte (Paris : Flammarion, 1951 ; exemplaire n° 28).
    Achat auprès de Gilles Couffon. Septembre 2020. Ms 7794.
  • 3 lettres adressées à Paul Loubet. 1940 et 1944
    Une lettre de Jean-Tiburce de Mesmay (25 décembre 1940) qui évoque notamment la part qu’il a prise dans les combats de juin 1940 dans le Lyonnais et le Vivarais ; deux lettres de Madame Monnet (8 et 21 juin 1944) qui évoque le bombardement de Lyon par l’aviation américaine le 26 mai 1944.
    Achat auprès d’Autographes d’antan. Juillet 2020. Ms 7769.
  • 7 lettres de Charles Moncharmont et de Jean Herbert à André Armandy. 17 août-26 septembre 1935.
    Charles Moncharmont et Jean Herbert étaient alors respectivement directeur et administrateur du théâtre des Célestins à Lyon. Cette correspondance porte sur l’organisation d’une conférence par le romancier André Armandy.
    Achat auprès d’Autographes d’antan. Juillet 2020. Ms 7771.
  • Vente d’une concession funéraire au cimetière de Loyasse par la Ville de Lyon à Jean François Nicolas Vourloud. 16 février 1846.
    La vente est consignée au bas du Plan du cimetière général de Lyon (1834). L’emplacement concédé à Jean François Nicolas Vourloud est indiqué en couleur sur le plan.
    Achat auprès d’Autographes d’antan. Juillet 2020. Ms 7772.
  • Documents provenant de Benoît Vermorel, relatifs à la visite d’Ernest Renan à Lyon en octobre 1878 et à un échange avec ce dernier au sujet de l’amphithéâtre antique. 1878 et 1881.
    Un carton d’invitation adressé à Benoît Vermorel par Marie-Claude Guigue pour un dîner organisé le 16 octobre 1878 à l’occasion de la visite d’Ernest Renan à Lyon ; un extrait du Progrès (17 octobre 1878) ; une lettre d’Ernest Renan à Benoît Vermorel, à la veille de la publication de son Marc-Aurèle et la fin du monde antique (11 avril 1881). Benoît Vermorel a inséré ces trois pièces dans son exemplaire personnel de Marc-Aurèle (Paris : Calmann Lévy, 1882 ; Renan cite les travaux de B. Vermorel p. 331-332, note 1).
    Achat auprès de Jean-Baptiste de Proyart Livres et manuscrits. Septembre 2020. Ms 7795.
  • Miniature représentant la Trinité avec, en dessous, trois membres de la famille Faye en prière. Vers 1511-1520.
    Miniature pleine page réalisée à Lyon par le peintre dénommé « maître de l’Entrée ». Le manuscrit dans lequel la miniature figurait et dont elle constituait peut-être le frontispice n’est pas identifié.
    Réalisé pour un membre de la famille Faye dont les armoiries (d’argent à la bande d’azur chargée de trois têtes de licorne d’or), avec l’ajout d’un croissant de sable en chef, figurent en bas de la miniature. Ce document figurait dans les archives de l’hôpital de la Charité en 1908. L’érudit lyonnais Jean Tricou en fit l’acquisition en 1939-1940 auprès d’une antiquaire de Lyon.
    Achat auprès de Livres anciens Ariane Adeline. Septembre 2020. Ms 7796.
  • Félicité Boussin. Journal de l’œuvre que Dieu opère pour son peuple d’Israël sur la sœur Isaac-d’Israël-juive. Année 1807, qui est la dix-septième. 1807.
    Relation des séances mystiques de Félicité Boussin, convulsionnaire lyonnaise. Ce journal du début de l’année 1807 (du 1er janvier au 4 mars) complète la série conservée dans la collection Chomarat, qui couvre la période 1791 à 1805.
    Achat auprès de Livres anciens Ariane Adeline. Septembre 2020. Ms 7797 (en attente de traitement).
  • Livre d’heures à l’usage de Besançon (heures de la Vierge) et à l’usage de Lyon (office des morts) . XVe siècle (vers 1490-1500).
    Ce livre d’heures copié et peint à Lyon vers 1490-1500, constitue un intéressant témoignage de l’activité des ateliers d’enluminure lyonnais aux confins du Moyen Âge et de la Renaissance. Ecrit sur parchemin en lettres gothiques, ce petit livre de dévotion dispose d’une abondante illustration et d’une décoration soignée composée d’initiales ornées d’or sur fond bleu ou rouge et de bouts de lignes. Les 13 grandes miniatures ont été peintes par trois artistes anonymes dont nous connaissons cependant d’autres œuvres. Six d’entre elles semblent avoir été réalisées par le maître de Guillaume Lambert – ainsi dénommé parce qu’il collabora à la réalisation d’un manuscrit avec le copiste lyonnais Guillaume Lambert. Elles représentent des épisodes de la vie de la Vierge (Visitation, Nativité, Adoration des rois mages…). Cinq miniatures ont été exécutées par un artiste au style original, dont les personnages possèdent un visage très expressif, à l’exemple de celui de Dieu le Père dans la scène de la Trinité (f. 85) ou de celui de Job (f. 97).
    Une partie du livre d’heures se conforme à la liturgie en usage dans le diocèse de Besançon (heures de la Vierge), une autre à celle du diocèse de Lyon (office des morts). On peut penser que le commanditaire de l’ouvrage avait des attaches à la fois lyonnaises et franc-comtoises. L’une des particularités du manuscrit tient à la présence de prières et de liste de noms en français et en latin, que les fidèles étaient invités à réciter et à porter sur eux afin de se protéger de différents dangers (du feu, de la noyade, des maladies…).
    Achat auprès de Livres anciens Ariane Adeline avec le soutien financier de l’Etat. Décembre 2020. Ms 7798.

Estampes

  • Jacques Fornazeris, Série di vari uccelai, 1594. 5 estampes.
    La collection d’estampes anciennes s’est enrichie de cinq nouvelles œuvres de la fin du 16e siècle acquises auprès de la galerie Paul Prouté à Paris. Elles forment une suite d’oiseaux dépeints au naturel dont chaque planche représente une espèce différente accompagnée de son nom en italien. Un coq (Gallo, F17FOR010850), un dindon (Gallo d’india, F17FOR010851), un perroquet (Pappagallo, F17FOR010852), un paon (Pavone, F17FOR010853) et une autruche (Struzzo, F17FOR010854) ont ainsi fait leur nid à la Bibliothèque municipale de Lyon. La série intégrale se compose d’au moins douze pièces. Sa grande rareté, cependant, en fait un objet encore méconnu. Publiées à Rome, les estampes portent la date « 1594 » et le monogramme de leur auteur constitué des lettres « IbF » entrelacées pour Jacques Fornazeris (Jacobus de Fornazeris). Par leur sujet profane et naturaliste, ces nouvelles entrées viennent bigarrer la collection qu’elles intègrent. Tirées à partir de plaques de métal incisées au burin, elles offrent également un témoignage de l’essor de la taille-douce à une époque où cette technique concurrente de la gravure sur bois gagne progressivement le domaine du livre. Elles apportent, enfin, un précieux éclairage sur le travail de l’artiste avant que ce dernier ne fasse le choix de s’établir à Lyon.
    Achat auprès de la galerie Paul Prouté. Juillet 2020.

Affiches

  • Leonetto Cappiello, Sigrand et Cie. Magasin de Lyon. 1920.
    Cette affiche complète notre collection, déjà importante, d’affiches de Leonetto Cappiello en lien avec Lyon. Sigrand et Cie est une enseigne parisienne, et cette affiche est la déclinaison lyonnaise de l’affiche du magasin parisien. La marque sera ensuite associée puis intégrée à la marque Armand Thierry, qui existe encore aujourd’hui.
    Achat à la vente du 8 juillet 2020 à Paris (Artprecium / Millon). AffG0181.
  • Emile Beaussier, La marchande de fleurs (feuilleton du Progrès). Vers 1900.
    La presse de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle publiait fréquemment des romans en feuilleton. Argument publicitaire supplémentaire pour l’achat du journal en question, ces feuilletons peuvent donner lieu à des affiches comme celles-ci dont le motif, ici très coloré, est entièrement centré sur le feuilleton publié.
    Achat auprès de la librairie L’afficheur – Jean-Louis Collay. Octobre 2020. AffG0182.
  • La bête humaine (feuilleton de l’Echo de Lyon) . Paris : lith. Appel, s.d.
    Roman à succès d’Emile Zola, La Bête humaine a d’abord été publiée en feuilleton dans La Vie populaire, journal parisien, en 1889 avant sa publication chez Charpentier en 1890. La publication en feuilleton dans L’Echo de Lyon a pu être postérieure à la publication en livre, montrant la puissance de ce mode de publication. Cette rare affiche, dont l’auteur n’est pas connu, montre la célèbre et noire « Lison » traverser la neige blanche, offrant un beau motif, tout en contrastes.
    Achat auprès de la librairie L’afficheur – Jean-Louis Collay. Décembre 2020. AffG0183.

Menus

  • Menu du déjeuner offert au président Millerand par le conseil général. Lyon 14 mars 1921.
    La bibliothèque poursuit ses acquisitions de menus présidentiels et d’évènements locaux. Ce menu en particulier complète celui du dîner offert par la chambre de commerce le 13 mars 1921 au soir et celui du dîner offert par la ville de Lyon le 14 mars 1921 au soir, tous deux achetés en 2016. Le président de la République Alexandre Millerand était venu à Lyon visiter la foire du printemps. Le document se compose d’un cahier en carton sur lequel est imprimé le menu, tenu fermé par un ruban tricolore et accompagné d’un sceau . A l’intérieur se trouve une feuille de soie imprimée avec un cartouche représentant un tableau non identifié.
    Achat librairie Gastéréa. Septembre 2020. ODV E 005 (en attente de catalogage).

Dons

Livres et périodiques imprimés

  • 26 volumes de psautiers, recueils de psaumes et autres ouvrages religieux datés de 1591 à 1821
    Ces documents complètent la collection Candaux, qui a déjà fait l’objet d’une exposition « Le chant de David ». Cette collection est largement utilisée pour la rédaction de la Bibliographie des psaumes imprimés en vers français (1525-1900).
    Don de Jean-Daniel Candaux. Février 2020. Candaux A 18, C 104, D 044 à 045, E 090, F 067 à 068, H 165 à 170, J 078 à J 080, P 099 et 100, Q 172 et 173, R 136, Y 041. L’ensemble de la collection est en cours de catalogage. Pour retrouver toute la collection Candaux signalée dans le catalogue, allez dans la recherche avancée, faites une recherche dans le champ « cote », et indiquer : « Candaux ».
  • Laurens Beyerlinck, Promptuarium morale, Cologne : Antoine Hierati, 1614.
  • Marie-Eléonore de Rohan, La morale du sage, Lyon : Rolin Glaize, 1673.
    Don de Marie Louise Couton. Janvier 2020. B 513090. 813962.
  • Journal du commerce, de politique et de littérature dit Le Constitutionnel, Paris : Antoine Bailleul, du 10 février 1818 au 31 mai 1818 avec lacunes (18 avril et 1er mai 1818).
    Don de Marie-Hélène Antoine. Janvier 2020. 167520 (en attente de catalogage).
  • Guillaume Paradin, Mémoires de l’histoire de Lyon, Lyon : Antoine Gryphe, 1573.
    Don des élus de la ville de Lyon. Juillet 2020. 168003.
  • Les évangiles des dimanches et fêtes de l’année, Paris : L. Curner, 1864. 1ière et 2e partie.
    Don de Michel Descours. Septembre 2020. Rés 168004.

Manuscrits et documents d’archives

  • Comité lyonnais de secours aux militaires blessés. 1865. 4 pièces.
    Le dossier comprend notamment les statuts provisoires du comité lyonnais de la Société de secours aux blessés militaires (société à la base de la Croix-Rouge française).
    Don de la bibliothèque de Genève. Janvier 2020. Ms 7767.
  • Jean-Louis Rocher. Papiers relatifs à sa carrière dans les bibliothèques lyonnaises. XXe siècle.
    Archiviste paléographe, Jean-Louis Rocher (1927-2018) dirigea notamment la bibliothèque municipale de Lyon de 1971 à 1992.
    Don d’Yvette Weber. Février 2020. Ms 7792 (en attente de traitement).