Gryphe n° 25 (décembre 2015)

Gryphe n° 25 (décembre 2015)

JPEGLe numéro 25 de Gryphe, revue de valorisation patrimoniale de la BmL, contient un dossier spécial consacré à la photographie, qui fait écho à la programmation culturelle de la BmL.
Sylvie Aznavourian nous y présente les différentes séries de la photographe Shadi Ghadirian, accompagnées d’un texte sur l’évolution de la condition féminine en Iran.

Le dossier contient également un article de Bertille Ceccarelli sur les magnifiques autochromes d’Albert William Iasigi, américain d’origine turque qui s’installe à Lyon au début du siècle dernier pour s’adonner à la photographie en couleurs, grâce au procédé des frères Lumière. Ses prises de vues rendent avec une sensibilité très particulière la beauté éthérée de la nature, notamment celle des paysages alpins.

Anne Bertrand nous propose ensuite une analyse de la série Alep du photographe lyonnais d’origine arménienne, Rajak Ohanian.

Enfin, nous levons un coin de voile sur l’histoire et les coulisses du service photographique de la BmL avec un interview de notre cher photographe, Didier Nicole.

Le dossier “patrimoine” contient pour sa part quatre articles.

Dans le premier, Julie Ménand évoque le parcours de l’écrivain jésuite François Gerasse du XVIIe siècle et notamment l’un de ses écrits qui vise les libertins de l’époque.

Dans l’article suivant, Jean-Michel Galland s’intéresse à deux collections de romans illustrés de l’entre-deux guerres et sort de l’oubli les oeuvres des graveurs-illustrateurs des Années Folles : Clément Serveau, Andrée Sikorska, etc.

Vient ensuite un condensé de l’histoire des Périsse, famille de libraires-imprimeurs lyonnais, de la fin du XVIIe siècle jusqu’aux années 1860, éclairant notamment leurs liens avec des grands noms de l’époque, tels André-Marie Ampère, la famille Montgolfier ou le francmaçon Willermoz.

Le dossier se conclut avec un bel article de Sandrine Cunnac consacré aux étonnantes tribulations de l’un des cahiers de la Bible à 42 lignes de Gutenberg, le premier livre imprimé en Occident au moyen de caractères mobiles. Elle y propose une synthèse des recherches qui ont permis d’identifier avec certitude l’exemplaire de la B42 d’où est issu ledit cahier - en l’occurrence l’un des trésors de la Collection jésuite des Fontaines - et nous éclaire sur la sinistre et lucrative pratique qui consistait à dépecer les livres précieux pour les revendre par feuillet ou cahier.

Sheza Moledina