Explorer les collections

Nos collections patrimoniales couvrent l’ensemble des champs du savoir. Elles rassemblent des documents d’une grande diversité, par leur nature (imprimés, manuscrits, photographies…) comme par leur date de production (de la période mérovingienne à nos jours).

Jean Reverzy

Littérature, Mémoires du territoire, Inventaires d’archives , Archives littéraires

En 1994, la Bibliothèque a réalisé une exposition et organisé un colloque Jean Reverzy en collaboration avec l’université Lumière-Lyon 2. À cette occasion, Marie-Françoise et Jean-François Reverzy ont fait don à la Bibliothèque municipale de Lyon des manuscrits de leur mari et père.

Jean Reverzy est né le 10 avril 1914 à Balan, dans l’Ain.Sa mère est d’origine irlandaise. En 1915, son père, qui est officier, meurt au combat. Jean Reverzy est élève au collège des Chartreux à Lyon et obtient son baccalauréat en 1931. Dès cette époque, il tient régulièrement un journal, écrit des poèmes etles envoie à un académicien qui lui conseille de se consacrer à ses études. Il s’inscrit alors en classe préparatoire de mathématiques spéciales au lycée du Parc afin de seJean Reverzy présenter au concours d’entrée de l’École navale mais n’y est pas admis en raison de son état de santé. Jean Reverzy s’oriente alors vers des études de médecine : reçu Externe en 1934, puis Interne des Hôpitaux de Lyon en 1939, il est obligé de démissionner de ses fonctions pour attitude non-conforme en 1940.
Entré dans la Résistance en 1942, arrêté par les Allemands puis libéré en 1943, il devient chef du maquis de l’Allier en 1944 puis, en 1945, s’installe comme généraliste dans le quartier de Montchat à Lyon.

C’est durant les années 1950 qu’il commence à voyager : Norvège, Angleterre, Irlande, ailleurs encore et se met réellement à écrire en 1953, au retour d’un voyage en Océanie. Son premier roman Le Passage est publié en 1954 par René Julliard et obtient le prix Théophraste Renaudot. Jean Reverzy ne cesse plus d’écrire, tout en continuant à exercer la médecine.

« Très tard, au décours de ma vie, à l’âge des grandes sécheresses, il m’advint de vouloir écrire. Non une page, mais des pages, un livre, des livres. Projet encombrant que longtemps je traînai derrière moi, hésitant à m’en délester : le seul poids d’un stylo me brisait le poignet. Et cependant un soir, surmontant ma lassitude, je me mis à l’ouvrage. »

« Dans les gravats du langage, j’ai trié des mots, un à un, pour les juxtaposer jusqu’à me contempler dans leur assemblage. »

Les éditions Julliard publient en 1956 Place des angoisses, et, en 1958, Le Corridor. Jean Reverzy donne des nouvelles et de courts essais dans Les Cahiers de la NRF, Les Quatre Saisons, Les Lettres nouvelles ; ils seront repris sous le titre À la recherche d’un miroir, chez Julliard toujours, en 1962.
Reverzy meurt subitement le 9 juillet 1959.

Contact : Audrey Burki