Lyon, cœur du spiritisme
Allan Kardec et les Spirites lyonnais
Planches sur les apparitions lumineuses médiumniques in "Animisme et spiritisme", Alexandre Aksakof,
Paris, P.-G Leymarie,1885
EXPOSITION DU 15 OCTOBRE 2004 AU 8 JANVIER 2005
à l'Espace Patrimoine
de la Bibliothèque de la Part-Dieu, 69003 Lyon
ouverte du mardi au vendredi de 10h à 19h,
le samedi de 10h à 18h
entrée libre
commissaires d'exposition :
Vincent Fleurot & Michel Chomarat
visites commentées de l'exposition :
le 1er mercredi du mois à 17h30
édition
revue Espace Patrimoine éditée par l'association des Amis des Bibliothèques de Lyon

bon de commande
   

La table, rompant brusquement la chaîne des personnes qui l'entouraient, se précipita avec une hostilité marquée contre l'un des soi-disant médiums et le serra fort entre elle et le mur In Le Diable au XIXe siècle par le Docteur Bataille. Delhomme et Briguet, éditeurs. Novembre 1894.Paris et Lyon (coll. BM Lyon / M. Chomarat)

 

Portrait d'Allan Kardec

 

La Revue spirite. Journal d'études psychologiques. Juin 1928. Editée à Paris (coll. BM Lyon / M. Chomarat)

 

La Vie Mystérieuse (extrait). 10 octobre 1912. Publication bi-mensuelle éditée à Paris (coll. BM Lyon / M. Chomarat)

 

L'exposition Lyon, cœur du spiritisme retrace l'histoire du spiritisme dans la ville qui a vu naître Allan Kardec, son codificateur, et qui fut l'un des centres français les plus importants du mouvement. Bien loin du cliché des tables tournantes et de la phrase "Esprit, es-tu là ?", le spiritisme kardéciste est une véritable philosophie basée sur la communication avec les morts et sur l'interprétation de ces messages.

Apparu en 1857, le spiritisme est une illustration parfaite des changements de la fin du XIXe siècle. Avec l'invention, entre autres, de nouvelles techniques de communication, comme le téléphone en 1876, les contemporains entrevoient de nouvelles perspectives dans la découverte du monde qui les entoure. Tout est possible alors pourquoi pas l'exploration de l'au-delà ? Les spirites lyonnais sont salués à plusieurs reprises par Allan Kardec pour leur ferveur et leur nombre. Ils s'impliquent dans la vie de la cité, tentant de consoler les familles en deuil ou les plus démunis en créant diverses œuvres sociales, reflet exact de la doctrine de Kardec, dont la devise est : "Hors la Charité, point de Salut".

Allan Kardec, de son vrai nom Léon Hippolyte Denizard-Rivail, est né le 3 octobre 1804 au 74 de la rue Sala à Lyon. Il ne passe que les dix premières années de sa vie à Lyon, avant de faire ses études en Suisse, dans un établissement réputé dans toute l'Europe pour ses méthodes d'enseignement novatrices, basées sur l'entraide entre les élèves. Brillant, Rivail se passionne pour la pédagogie et publie une dizaine d'ouvrages consacrés à l'enseignement. Installé à Paris en 1824, il se marie avec Amélie Boudet et mène une vie paisible jusqu'en 1855, date à laquelle il découvre les tables tournantes. Importée des États-Unis à partir de 1850, cette pratique consiste à questionner les esprits qui répondent en mettant en mouvement une table, suivant un code alphabétique préétabli.

Au cours d'une séance, Rivail apprend qu'il était un druide gaulois dans une vie antérieure, du nom d'Allan Kardec. Se basant sur une cinquantaine de cahiers de communications d'outre tombe, il codifie le spiritisme dans son ouvrage, le Livre des Esprits publié le 18 avril 1857 qui forme la partie philosophique et doctrinale du spiritisme, terme introduit dans cet ouvrage. Le succès est immédiat et Kardec décide de lancer la Revue Spirite dès janvier 1858 et de créer la Société Parisienne des Études Spirites, dont le règlement servira de modèles à toutes les sociétés spirites futures. Suivront une dizaine d'ouvrages qui viennent compléter la philosophie spirite parmi lesquels le Livre des Médiums publié en 1861. Allan Kardec meurt en 1869. Située dans le cimetière du Père Lachaise, sa tombe fait aujourd'hui l'objet d'un véritable culte.

Kardec est le codificateur du spiritisme car il ne fait que compiler des communications obtenues au cours des séances. Son style, rigoureux et clair, reflète parfaitement sa passion pour la pédagogie. Il ordonne et classe les bons et les mauvais esprits, ou encore les différentes sortes de médiums. Partagé entre le catholicisme familial et le protestantisme helvétique de ses années d'études, il insiste, dans ses préceptes, sur la tolérance, la charité et la rigueur nécessaire au bon fonctionnement des sociétés et des séances spirites.

Allan Kardec et Lyon

Suite au succès de ses ouvrages, Allan Kardec entame une séries de "tournées promotionnelles" afin de se rendre compte de l'étendue du mouvement. Il fait trois voyages à Lyon, en 1860, 1861 et 1862. C'est à ces occasions qu'il salue les spirites lyonnais pour leur ferveur et leur nombre, les encourageant à continuer dans cette voie.

La première chose qui m'a frappé, c'est le nombre d'adeptes ; je savais bien que Lyon en comptait beaucoup, mais j'étais loin de me douter que le nombre fût aussi considérable, car c'est par centaines qu'on les compte, et bientôt, je l'espère, on ne pourra plus les compter. Mais si Lyon si distingue par le nombre, il ne le fait pas moins par la qualité, ce qui vaut encore mieux. Partout je n'ai rencontré que des spirites sincères, comprenant la doctrine sous son véritable point de vue. (…)
(…) nulle part je n'ai vu qu'on s'occupât du Spiritisme par pure curiosité ; nulle part je n'ai vu qu'on se servît des communications pour des sujets futiles ; partout le but est grave, les intentions sérieuses (…)
Honneur donc aux spirites lyonnais d'être aussi largement entrés dans cette voie progressive, sans laquelle le Spiritisme serait sans objet ! Cet exemple ne sera pas perdu ; il aura ses conséquences, et ce n'est pas sans raison, je le vois, que les esprits m'ont répondu l'autre jour, par l'un de vos médiums les plus dévoués, quoique l'un des plus obscurs, alors que je leur exprimais ma surprise : pourquoi t'en étonner ? Lyon a été la ville des martyrs ; la foi y est vive ; elle fournira des apôtres au spiritisme. Si Paris en est la tête, Lyon sera le cœur.

Allan Kardec
Revue Spirite, octobre 1860

Le mouvement à Lyon

Les spirites lyonnais vont appliquer à la lettre les recommandations de Kardec.
Tout d'abord, propager la doctrine : une dizaine de journaux ou bulletins sont lancés avec plus ou moins de succès sur la période 1865-1935. Ensuite, appliquer la doctrine en créant des œuvres sociales. La plus célèbre reste la crèche spirite. En 1904, Ambroisine Dayt et Mme Vire du groupe Allan Kardec, vont créer "La Société spirite pour l'œuvre de la crèche" sur les conseils des esprits. Cet "asile ouvert à l'enfance depuis l'âge de 15 jours à 3 ans, sans distinction de culte et de nationalité" voit le jour au 8 place de la Croix-Rousse avant de s'installer au 14 rue Calas en 1924. Cette œuvre spirite, alors unique en France, est salué par l'État qui lui accordera plusieurs subventions à partir de 1921. La Ville de Lyon, quant à elle, fournit le lait à partir de 1914. La crèche recevra jusqu'à 16 enfants par jour en 1922. Elle se transforme en orphelinat spirite auquel s'adjoint une clinique de soins magnétiques en 1926. Il sera transféré par la suite au château de Caraguilhes dans l'Aude.

remerciements :
Archives départementales du Rhône
Archives municipales de Lyon
Bibliothèque de la Faculté catholique de Lyon
Centres Spirite Allan Kardec de Bron
Collection de l'Art Brut de lausanne
Conseil Espirite de Niteroie Marica, Etat de Rio de Janeiro
Eduardo Carvalho de Monteiro
François Laplantine
Institut Métapsychique international de Paris
Marlène Nobre
Mickaël Ponsardin
Musée Gadagne de Lyon
Olivier Geneviève
Przemek Grzybowski
Société d'Études psychiques de Lyon
Société Jeanne d'Arc de Lyon