Les assassins de la Villette 

Un matin de septembre 1898, la veuve Foucherand, qui tient un bistrot 11, rue de la Villette, derrière les casernes de la Part-Dieu, est retrouvée le crâne défoncé.

L’enquête conduit la police sur les traces d’une bande de jeunes apaches qui hantent ce quartier plutôt mal famé et reconnaissent vite les faits, perpétrés le soir précédent, lors d’une beuverie au cours de laquelle on décida de voler l’argent de celle que tout le monde appelait dans le quartier "la petite vieille".

Ils en accusent les deux caïds de la bande : Emile Nouguier, 20 ans, sans profession, mais souteneur de son état, déjà condamné huit fois, et Annet Gaumet, qui a déjà subi quatorze condamnations malgré ses vingt quatre ans.

Le premier est arrêté à Saint-Etienne, le second place Saint-Pothin, à Lyon. L’enquête révèle que ce sont eux qui ont assailli la bistrotière, Gaumet la jetant au sol, Nouguier l’assommant avec une bouteille. Ils sont condamnés à mort et leurs complices aux travaux forcés à perpétuité.

Dans la prison Saint-Paul, Nouguier s’est employé à rédiger un journal où il note les sentiments qui l’agitent.

La chose vient aux oreilles du professeur Lacassagne, lequel cherche alors à déterminer la motivation profonde qui guide les délinquants. A sa demande, le jeune apache entreprend la rédaction de son autobiographie, qu’il couche plusieurs mois durant sur des cahiers d’écolier, choisissant une singulière fiction littéraire : un oiseau, son compagnon de cellule, sert de narrateur.

Il en résulte un texte étonnant, à la fois lucide et naïf, souvent touchant, qui narre avec vivacité les événements généralement dramatiques, qui ont marqué la brève existence du jeune délinquant.

A sa mort, il laisse son manuscrit au professeur Lacassagne qui en fait don à la Bibliothèque de Lyon en 1921.

Cliquez !

Les assassins de Mme Foucherand

Cliquez !

Le crime de la Villette : canard

Cliquez !

Les bandits de Lyon

Cliquez !
Photo de la victime

Cliquez !

Photo de Nouguier

Cliquez !

Cahier manuscrit des "Mémoires" de Nouguier