Le ménage des champs :

du savoir agricole antique aux livres d’agriculture de la Renaissance

Créer : de nouveaux livres à l’imitation des anciens

En même temps qu’il fait l’objet d’éditions savantes et de traductions, le corpus agronomique antique sert de modèle pour la création de livres nouveaux, d’abord en latin à partir du XIVe siècle avec le traité largement diffusé de Pietro de’ Crescenzi, puis au XVIe siècle dans les différentes langues vulgaires : se constitue ainsi un marché européen du livre d’agriculture dans lequel les auteurs et éditeurs cherchent à adapter les contenus aux réalités locales contemporaines tout en s’imitant parfois étroitement les uns les autres. Dans ce cadre, c’est la Maison rustique, publiée en 1564 par Charles Estienne et rééditée ensuite par son gendre Jean Liébault, qui remportera le succès le plus durable et le plus international, par des traductions en flamand, allemand, italien et anglais.