Dans les marges
30 ans du fonds Michel Chomarat à la bibliothèque

Rendez-vous

Heure de la découverte : La bibliothèque de Nostradamus

mercredi 7 septembre de 15h30 à 17h
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de la découverte (niveau 4)
Sur inscription

JPEGPrésentation d’un des rares ouvrages, rescapé de l’histoire, ayant appartenu au célèbre Nostradamus.
Avec Michel Chomarat

Nostradamus, dans sa préface, à la première édition des « Prophéties », publiée à Lyon, en 1555, indique qu’il a détruit sa bibliothèque, en la brûlant. Mais jusqu’à sa mort, intervenue en 1566, l’astrologue de Salon-de-Provence, ne va pas cesser d’acquérir des ouvrages, dont la plupart ont disparu.

Trois d’entre eux - dont un récemment acquis - sont conservés aujourd’hui à la BM de Lyon. Michel Chomarat, collectionneur, éditeur et bibliographe expliquera, dans son intervention, que les lectures de Nostradamus ont été très importantes pour comprendre les influences dans l’élaboration de son œuvre.


Le Fonds Michel Chomarat : quelle histoire !

mercredi 21 septembre de 18h30 à 20h30
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de conférences (niveau rez-de-chaussée)
Entrée libre

JPEGInterview du collectionneur Michel Chomarat par Antoine Idier et Pierre Guinard

Personnalité lyonnaise des arts et de la culture, personnage public, le collectionneur Michel Chomarat est interrogé sur le fonds qu’il a constitué et déposé à la Bibliothèque municipale de Lyon en 1992.
Cet entretien reviendra sur l’exposition actuellement présentée à la bibliothèque et plus généralement, sur l’histoire de la constitution du fonds, sur les choix, les intérêts et les regards qui ont guidé ses enrichissements et lui ont donné sa forme actuelle, sur ses multiples ramifications ainsi que sur le rapport "activiste" du collectionneur au patrimoine, à l’histoire et à la mémoire.

Voir la conférence en ligne


Heure de la découverte : Trésors maçonniques

samedi 1er octobre de 14h30 à 16h
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de la découverte (niveau 4)
Sur inscription

JPEGFranc-Maçonnerie, Rite Écossais, Loge de Saint-André… Découvrez les richesses maçonniques conservées à la Bibliothèque municipale de Lyon.
Avec Michel Chomarat

La Franc-Maçonnerie est l’une des composantes essentielles de l’histoire de Lyon depuis le XVIIIe siècle. Et ce n’est pas un hasard si cette thématique se retrouve très présente dans les collections de la BM de Lyon (Fonds Général, Fonds des Jésuites, Fonds Chomarat). Parmi les milliers de pièces conservées (livres, manuscrits, estampes, objets, etc...), il faut citer le Fonds Willermoz, du nom du fondateur du Rite Écossais Rectifié, initié à Lyon, lors du Convent des Gaules, en 1778, et pratiqué aujourd’hui dans le monde entier.
Cette histoire se poursuit jusqu’à nos jours, grâce à de nombreux achats, dons ou dépôts.


Les derniers condamnés pour homosexualité

mercredi 5 octobre de 18h30 à 20h30
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de conférence (niveau rez-de-chaussée)
Entrée libre

PNGProjection
Présentation à plusieurs voix du film documentaire suivi d’une rencontre-débat avec Ariane Chemin, journaliste, essayiste et co-réalisatrice du film, Antoine Idier, commissaire de l’exposition, et Ivan Mitifiot, co-fondateur de l’association Écrans Mixtes et directeur artistique festival du même nom.

Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’abrogation du "délit d’homosexualité", en 1982, 10 000 peines ont été prononcées en France. Jugements en correctionnelle, amendes et parfois peines d’emprisonnement, les condamnations frappaient essentiellement des hommes. Les derniers témoins de cette époque prennent la parole et racontent quatre décennies de vie clandestine, juste avant la tragédie du sida.
"On avait intégré que de temps en temps, on se ferait embarquer par les flics parce que c’est comme ça."
Les mots sont forts, à l’image de l’injustice qu’ils ont subie dans leur jeunesse.

Ariane Chemin, journaliste grand reporter au journal Le Monde et le réalisateur Emmanuel Hamon sont allés à la rencontre des témoins de la criminalisation de l’homosexualité en France. Dans le documentaire, cinq hommes racontent cette période où un décret hérité de Philippe Pétain établissait une discrimination pour les homos dans l’âge de la majorité sexuelle (21 ans puis 18 ans à partir de 1974). Michel Chomarat, dépositaire d’un fonds d’archives important à la BmL, fait partie des personnalités interviewées.
La soirée est co-organisée avec le festival Ecrans Mixtes.

Voir la rencontre-débat en ligne


Message personnel - au bout du fil il y a votre voix

samedi 5 novembre de 14h à 17h
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de la découverte (niveau 4)
Sur inscription

JPEGAtelier de recherche et création.
Avec Les Enfants de Diane, collectif de Drag basé sur Lyon.

Inspiré du Drag et du cabaret, la notion d’incarnation est au cœur des pratiques des Enfants de Diane. Et pour faire cela, le costume, flamboyant ou subtil, complexe ou efficace est un atout de taille, car il permet de devenir un autre tout en se révélant à soi-même.
Cet atelier propose d’utiliser le tissu comme un médium pour faire corps, dans tous les sens du terme. A travers différentes façons de travailler le textile et l’ornementation, il s’agira de réaliser un fragment personnel d’une œuvre collective, à la fois patchwork, tapisserie et rideaux de scène.
Durant l’atelier, chaque membre du collectif viendra partager sa manière personnelle d’envisager le travail du tissu. Chaque participant-e sera accompagné-e dans la recherche de sa propre façon de faire avec ce matériau.
Les différentes pièces seront enfin assemblées pour former un panneau unique, qui sera exposé à la BM et activé par le collectif lors d’une soirée de performance.

Collectif à géométrie variable, Les Enfants de Diane se produisent à l’occasion de soirées, de shows et d’expositions, dans des rituels collectifs et individuels, où se côtoient lip sync, effeuillages, stand-up, claquements de doigts et performances en tout genre.

En partenariat avec le Musée d’art contemporain de Lyon


« La jeunesse au cœur de la cité »

vendredi 18 novembre de 9h30 à 12h30 et 14h à 16h
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de conférence (niveau rez-de-chaussée)
Sur inscription

JPEGRencontre proposé en partenariat avec la Villa Gillet.
Avec Antoine Idier et un sociologue de Lyon II (programmation en cours)

Uun parcours spécifique "engagement et marginalité" a été imaginé à destination des scolaires proposant aux classes participantes des visites en compagnie d’Antoine Idier et Pierre Guinard, commissaires de l’exposition, ainsi que des rencontres entre les jeunes et une sélection d’invités du festival Mode d’emploi.
Cette rencontre est destinée prioritairement aux élèves mais est cependant ouverte à tous, dans la limite des places restant disponibles.
« Villa Voice » (la web radio du festival) prendra ses quartiers à la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu pour émettre en direct le vendredi 18 novembre de 9h30 à 12h30, et proposer une série d’entretiens mené par les jeunes avec des personnalités ayant contribué à la construction de l’exposition « Dans les marges », une immersion dans les archives de la Villa Gillet et de la BM de Lyon, ainsi que des chroniques sur les coulisses de fabrication de l’exposition.


Contester en chansons : entre tradition, mobilisation et marginalisation

vendredi 2 décembre de 18h30 à 20h15
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de conférence (niveau rez-de-chaussée)
Entrée libre

JPEGConférence
Avec Cécile Prévost-Thomas, maîtresse de conférences en sociologie de la musique et musicologie au département de Médiation Culturelle de l’université Sorbonne Nouvelle

En écho à l’exposition, cette conférence musicale propose d’observer, depuis les archives de ce fonds dédiées aux productions chansonnières, quelles ont été en France, les formes, les sujets et les actrices et acteurs de la chanson contestataire à travers le temps.
Entre tradition, mobilisation et marginalisation, il s’agira aussi de relever les nouveaux défis culturels et enjeux sociaux auxquels ce mode d’expression singulier est confronté aujourd’hui.
Chercheuse au Cerlis (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux), Cécile Prévost-Thomas consacre depuis trente ans ses recherches à la compréhension des mondes de la chanson francophone, domaine auquel elle a dédié une cinquantaine de publications en s’intéressant autant aux pratiques de création, de production, de diffusion et de réception, qu’aux discours et représentations sociales qu’ils génèrent principalement en France et au Québec. Un de ces thèmes de prédilection est celui de l’engagement en chansons. Depuis une dizaine d’années elle s’intéresse également à l’institutionnalisation et aux enjeux du champ professionnel de la médiation de la musique en écho au Master Médiation de la Musique dont elle est co-responsable à la Sorbonne Nouvelle.

Sur les liens entre chanson, engagement et contestation Cécile Prévost-Thomas a publié :
-  La chanson francophone contemporaine et engagée, en collaboration avec Lise Bizzon -, Montréal, Triptyque, Montréal, 2008.
-  Où est la chanson contestataire ?, Nectart # 7, juin 2018, p.140-149.
-  En 2023, paraîtra l’ouvrage Chanson pour…Chanson contre, écrit en collaboration avec Stéphane Hirscho et Jean-Marie Jacono - Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, coll. « Chants Sons », comprenant les actes du colloque Chansons et engagements aujourd’hui qui s’est tenu les 9 et 10 septembre 2021 et qu’elle a co-organisé à la Sorbonne Nouvelle et à la Philharmonie de Paris.


Performance du collectif Les Enfants de Diane

mardi 6 décembre de 18h30 à 20h30
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de conférence (niveau rez-de-chaussée)
Entrée libre

JPEGSpectacle
En écho au Fonds Michel Chomarat, mis à l’honneur par la Bibliothèque, Les Enfants de Diane viendront organiser un moment de performance.

Il s’agira de rendre hommage à la notion de groupe et à sa construction. Qu’il soit de nature politique, sociale, syndicale ou associative, un groupe permet d’être ensemble et de se réunir pour partager quelque chose de soi. À travers des lectures, des lipsync et autres interventions, les membres du collectif proposeront ensemble un moment de communauté, fondé sur leurs singularités.
Et puisque texte et textile partagent les mêmes origines, c’est les mots, les nôtres et ceux des autres, qui viendront nous réunir une seconde fois sous un panneau de toile qui aura été réalisé quelques semaines auparavant à la bibliothèque, au cours d’un atelier de recherche et création.

Collectif à géométrie variable, Les Enfants de Diane se produisent à l’occasion de soirées, de shows et d’expositions, dans des rituels collectifs et individuels, où se côtoient lip sync, effeuillages, stand-up, claquements de doigts et performances en tout genre.

En partenariat avec le Musée d’art contemporain de Lyon


Les premiers journaux LGBTQI+

samedi 21 janvier de 10h30 à 12h
Bibliothèque Part-Dieu, Salle de la découverte (niveau 4)
Sur inscription

JPEGLe Fonds Chomarat de la Bibliothèque conserve plusieurs centaines de titres LGBTQI+, en provenance d’une cinquantaine de pays différents, dont l’Inde et Taïwan.
Avec Michel Chomarat

Parmi les premiers titres publiés en France (Paris), il faut citer Futur (1952), Arcadie, (1954), Juventus (1959), Tout (1970), Nous les hommes (1970), L’Antinorm (1972) ; Le Fléau Social (1972), Gaie Presse (1978), Gai Pied (1979). Parallèlement, à Lyon, deux revues voient le jour : Interlopes (1977), et Quand les femmes s’aiment (1978). Il est à noter que la majorité de ces périodiques a fait l’objet de saisies, de procès pour outrages aux bonnes mœurs, et d’interdiction à la vente.