AIRS DU TEMPS
Édouard Herriot et la vie musicale à Lyon (1905-1957)

César Geoffray

César Geoffray est né à Lyon en 1901. Après une enfance en Afrique du Nord, où il s’initie au piano et au violon dans le giron d’une mère musicienne, César Geoffray entre, en 1914, au conservatoire de Lyon. Il y est l’élève d’Augustin Savard puis de Florent Schmitt. Dans la classe de ce dernier, César Geoffray obtient les premiers prix d’harmonie et de contrepoint (1922-1923). Il obtient la charge de professeur d’harmonie au conservatoire.

César Geoffray est surtout reconnu pour être un des initiateurs du renouveau du chant choral en France dans la deuxième moitié du XXe siècle. En 1932, il prend la direction de la Lyre Ouvrière Bressane, en 1936 la sous-direction des "Chanteurs de Lyon". En 1940, il fonde la chorale du Scoutisme Français, à Lyon, et devient Maître national de chant des scouts de France en 1942. Il fonde ensuite le célèbre mouvement choral populaire À Cœur Joie, (d’après le nom d’un livre de chant des Scouts de France, suggéré par Jacques Astruc), dont il est président-fondateur et qui tient ses premières "Choralies" à Chamarande en 1950. Il ne cesse d’élargir, par ses publications, le répertoire des mouvements de jeunes désireux de chanter. En 1947 c’est un de ses élèves au conservatoire de Lyon, Christian Wagner, qui fonde la première "Chanterie".
De 1930 à 1940, César Geoffray est membre de la communauté artisanale de Moly-Sabata à Sablons. Il y partage alors les enseignements d’Albert Gleizes. Le domaine est conçu par ses acquéreurs comme « une sorte de couvent laïc où pourraient se réfugier les dégoûtés de ce système moribond ». Les résidents font le vœu d’une vie simple, rythmée par l’organisation d’ateliers ouverts aux habitants, et particulièrement aux enfants des alentours, et développés suivant des principes d’éducation populaire. César Geoffray y anime des chorales et spectacles populaires, avec l’aide d’autres artistes résidants, notamment Anne Dangar et Lucie Deveyle.

Comme il l’affirme dans la préface d’un de ses recueils, l’action de César Geoffray vise un double but : pédagogique et social. Il est d’ailleurs Instructeur national d’Éducation Populaire au Ministère de l’Éducation nationale à partir de 1945. S’il veut donner à la jeunesse l’amour et le souci du « beau chant », par une méthode claire et précise, s’ajoute à ce souci pédagogique une préoccupation sociale sincère : César Geoffray est persuadé qu’en puisant à la source fraîche de l’inspiration populaire, il rendra à son peuple l’unité et la joie de vivre.

En 1960, il participe avec Gottfried Wolters à la création de la Fédération Européenne des Jeunes Chorales Europa Cantat. Ce mouvement est apparu en même temps que les premières formes de l’Union Européenne. Il a rapidement donné lieu à d’importantes activités chorales et à de nombreux rassemblements musicaux à travers l’Europe.
César Geoffray est mort en décembre 1972, il repose près de Lyon, à Soucieu-en-Jarrest où il avait sa maison.