AIRS DU TEMPS
Édouard Herriot et la vie musicale à Lyon (1905-1957)

La Scala-Bouffes

Au XVIIIe siècle l’appellation « opéra bouffon » est employée pour différencier une catégorie particulière d’opéras-comiques. Ce n’est qu’au XIXe que le terme d’opéra-bouffe apparaît sous la plume de Jacques Offenbach lorsqu’il prend en 1855 la direction des Bouffes-Parisiens.

ADRESSE

20 rue Thomassin (2e)

DATES

1880-1910

CAPACITE APPROXIMATIVE

730 puis 1500 places

GENRES MUSICAUX REPRESENTES DANS CE LIEU

Revues, opérettes.

PERSONNALITES LIEES A CE LIEU

Dirigée par les Guillet de 1880 à 1902, puis par Edouard Rasimi jusqu’en 1910.

HISTOIRE DU LIEU

Scala-Théâtre, coupe transversale.
Félix Brachet, 1933, AML

Créé par Claude Guillet, propriétaire du Casino, rue Impériale, le café-concert Théâtre Scala-Bouffes ouvre ses portes au public le 1er septembre 1880. La salle est agrandie en 1884, puis en 1899. La Scala-Bouffes devient un théâtre-bouffes puis ferme de 1902 à 1906.

A partir de 1906, la Scala-Bouffes programme des spectacles de cabaret, de théâtre et se lance dans la projection cinématographique, ce qui entraîne une première rénovation de la salle en 1915, ainsi que la création de nouvelles issues de secours donnant sur le Petit passage de l’Argue. La salle est entièrement repensée en 1933 par l’architecte Félix Brachet. Le cinéma devient majoritaire en 1938, l’établissement supprimant la mention « Bouffes ».

D’importants travaux sont engagés après-guerre, sous la conduite de l’architecte Georges Peynet, qui transforme définitivement l’établissement en salle de cinéma. Un complexe cinématographique de sept salles est créé par l’UGC en 1974.
Lucien Adira, exploitant indépendant, achète le complexe à UGC en 1985, créant les 7 Nefs, et une nouvelle salle en 1994. Le complexe est acheté par Pathé en 2006, et disparait en 2016.

La Scala a fait l’objet d’un dossier très détaillé dans l’inventaire du patrimoine de Rhône-Alpes.