AIRS DU TEMPS
Édouard Herriot et la vie musicale à Lyon (1905-1957)

Le Théâtre de l’Horloge

ADRESSE

145 cours Lafayette 6e

DATES

1859-1973

CAPACITÉ APPROXIMATIVE

700 places

GENRES MUSICAUX REPRÉSENTÉS DANS CE LIEU

Concerts, opérettes, music-hall, variétés, les revues étant le grand succès de l’Horloge. Projections de films à partir de 1954.

PERSONNALITÉS LIÉES A CE LIEU

Roger Lamour, propriétaire du Palais d’Hiver, devient propriétaire de l’Horloge en 1925 et l’exploite deux années.

Charles Marga (1890-1859), de son vrai nom Marc-Charles-Edmond Margarot, devient le directeur de l’Horloge en 1926, puis de 1929 à 1932. Élève de l’École des Beaux-arts de Lyon (vers 1907-1918), il exerça différents métiers : illustrateur, affichiste-publicitaire, auteur dramatique. Il dirigea également le Théâtre Humoristique de Vichy (1931-1932). Journaliste, il collabore au Guignol, Journal hebdomadaire humoristique où il donne, chaque semaine, le "Sketch de la semaine". – Il fut le rédacteur en chef du Cri de Lyon (vers 1920). Les archives administratives correspondant à sa direction de l’Horloge sont conservées dans le fonds Michel Chomarat. Citons également Marcel Rozet, directeur sur plusieurs périodes de 1927 à 1954.

De nombreux artistes y ont fait leurs débuts ou se sont produits à l’Horloge : Félix Mayol, chanteur (1872-1941) ; Raimu (1883-1946) ; Maurice Chevalier, chanteur (1888-1972) ; Germaine Lubin, soprano (1890-1979) ; Bourvil, chanteur et comédien (1917-1970) ; et aussi Annie Cordy, Pierre Perret, Enrico Macias, Serge Lama…

HISTOIRE DU LIEU

M. Massot fait construire en 1859, sur un terrain de 1200 m² au 145 du cours Lafayette, un café-brasserie avec une « salle d’ombrages ». La brasserie est achetée en 1883 par Mme Veuve Bonhomme qui la transmet à son fils Paul – cuisinier - et son épouse Caroline, en 1885. En 1886, Paul Bonhomme décide d’agrandir sa brasserie, et fait installer sur le fronton une horloge dont les chiffres sont remplacés par les douze lettres de « PAUL BONHOMME ». La Brasserie de l’Horloge est née.

En 1887, pendant la saison d’été, l’Horloge accueille dans la salle d’ombrages le Théâtre de Guignol d’Alfred Ballandrin. En 1889, Darvière, ancien chef d’orchestre du Théâtre des Variétés du 39 cours Morand, théâtre qui a fermé l’année précédente, dirige le premier Concert de l’Horloge. Le succès des Concerts pousse Paul Bonhomme à faire construire une première véritable salle de spectacle, inaugurée le 1er juin 1891 avec le concours de la Philarmonique du 6e arrondissement. La salle prend le nom de Variétés de l’Horloge puis Théâtre de l’Horloge. En 1900, l’Horloge dispose d’une troupe sédentaire. Elle est totalement rénovée et agrandie en 1903.

Le 2 mars 1913, l’Horloge est dévastée par un incendie. Reconstruite et rénovée, elle rouvre ses portes le 11 septembre 1913. L’Horloge revit après la Seconde Guerre mondiale avec des revues, des opérettes, du music-hall.

En 1954, le Théâtre de l’Horloge est acheté par Jouve et Vuillermoz. Sont programmés des pièces de théâtre, des spectacles de music-hall… et des films. L’Horloge devient le Broadway en 1960. L’établissement ferme en 1973 et est démoli en 1974.

COMMENT A FONCTIONNE CE LIEU PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE (ÉVENTUELLEMENT LA PREMIÈRE ?)

Interruption des représentations d’avril 1914 à janvier 1915.
Pendant l’Occupation, les artistes repliés en zone libre se produisent dans des comédies classiques, en alternance avec des opérettes (Plaisir d’amour, l’Auberge du Cheval blanc, Mam’zell Nitouche…)