"Un libraire des plus suspects"

En Hollande, les ouvrages ne sont pas soumis à une approbation préalable des censeurs et les libraires bénéficient d’une assez grande liberté d’imprimer. Ainsi, c’est depuis la Hollande que sont diffusés les écrits protestants après la révocation de l’Édit de Nantes, les ouvrages de controverse religieuse et politique, puis les textes philosophiques dans la deuxième moitié du siècle.

Dès le début de sa carrière, Marc Michel Rey se trouve impliqué dans l’édition d’ouvrages satiriques particulièrement critiques envers le royaume de France. Cela lui vaut d’être inscrit, en 1752, comme « un libraire des plus suspects » sur les registres de la police parisienne. Il est, en outre, particulièrement célèbre pour avoir édité et diffusé des écrits philosophiques tout au long de sa carrière. Il publie, sous son nom, le Discours sur l’origine de l’inégalité (1755), Du contrat social (1762), interdit en France, et les Lettres écrites de la montagne (1764) de Rousseau ou encore L’Antiquité dévoilée par ses usages de Boulanger et d’Holbach (1766), qui s’en prend aux superstitions et à l’intolérance perpétuées par les religions. Il doit toutefois faire preuve dans ce commerce d’une très grande prudence. Il prend ainsi soin de diffuser un catalogue distinct de ses ouvrages les plus hardis, que Jacobi appelle le « catalogue des impiétés », destiné à une clientèle choisie et de confiance. Il use d’intermédiaires sûrs, y compris dans les rangs de la police du livre, pour faire passer ces livres en France parfois via l’Angleterre. Le libraire n’est en effet pas à l’abri de condamnations, même en Hollande, et doit user de stratagèmes éditoriaux pour essayer de contourner la censure.


53. Liste des libraires et imprimeurs de la collection Anisson-Duperron sur la librairie et l’imprimerie. XLVI-XLVII

Les Amours de Zéokinizul, roi des Kofirans est un roman attribué à Crébillon. Il s’agit d’un roman à clefs fondé sur des anagrammes – « Zéokinizul roi des Kofirans » est ainsi « Louis Quinze, roi des François » – qui propose une peinture satirique des aventures galantes d’un roi faible et influençable. Deux éditions paraissent à Amsterdam en 1746 suivies d’une troisième en 1747 qui donne une liste des clés, sous l’adresse « Aux dépens de Michel ». L’ouvrage connaît un grand succès.

Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Français 22107, f° 209r
(reproduction)

Contact

Bibliothèque municipale de Lyon
30 boulevard Vivier-Merle
69431 Lyon Cedex 03
Téléphone 04 78 62 18 00
bm@bm-lyon.fr