Marc Michel Rey
Un libraire dans l’Europe des Lumières

Prendre des risques

L’impression d’ouvrages philosophiques hardis, en particulier ceux portant atteinte aux fondements de la religion chrétienne, n’est pas sans risques, même en Hollande.

Le libraire* peut voir son stock d’ouvrages saisi et brûlé, être soumis à de fortes amendes et même être emprisonné, voire banni. En 1765, les Lettres écrites de la montagne, éditées par Rey sont condamnées par un arrêt du Parlement en France et interdites et saisies par la cour de Hollande.


Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles ayant pour titres, le premier : Dictionnaire philosophique portatif ; le second : Lettres écrites de la Montagne, par Jean-Jacques Rousseau, première et seconde parties, à être lacérés et brulés par l’exécuteur de la Haute-Justice. Du 19 mars 1765

Lyon, Pierre Valfray, 1765, 4°

Bibliothèque municipale de Lyon
385471
Document consultable dans Numelyo

Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles, page 1
Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles, page 2
Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles, page 3
Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles, page 4
Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles, page 5
Arrêt de la Cour de Parlement, qui condamne deux libelles, page 6

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)

Lettres écrites de la montagne.
Amsterdam, Marc Michel Rey, 1764, 8°

L’ouvrage a été écrit en réaction à l’interdiction à Genève du Contrat social et de l’Émile, assortie d’un décret de prise de corps contre Rousseau. Ce dernier répond aux Lettres écrites de la campagne du procureur général de Genève, Jean-Robert Tronchin, qui l’accuse d’irréligion. Le texte a été rédigé, à Môtiers, entre octobre 1763 et mai 1764. En novembre 1764 les livres sont prêts : Rey a prévu un tirage de 7000 exemplaires. Dans la première partie, Rousseau réfute les accusations dont il est la cible et en révèle les motivations politiques. Il défend l’authenticité de sa foi fondée sur la Bible et la raison, laquelle le conduit à mettre en question les dogmes et les miracles et à plaider en faveur d’une religion naturelle « commune à tous les peuples ». Dans la deuxième partie de l’ouvrage, il se livre à un examen critique de la constitution de Genève et accuse ses détracteurs de vouloir la « destruction » de la République en confisquant la souveraineté populaire. L’ouvrage est interdit en France, en Hollande et en Suisse et suscite de nombreuses polémiques. Rousseau est contraint à l’exil en Angleterre.

Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES P-Z-1444 (2) (reproduction)
tome I
tome II

Lettres écrites de la montagne. Édition originale de 1764

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)

Contrefaçon de l’édition originale de 1764

Lettres écrites de la montagne.
Amsterdam, Marc Michel Rey, 1765, 8°

Bibliothèque municipale de Lyon
381241
Document consultable dans Numelyo

Contact

Bibliothèque municipale de Lyon
30 boulevard Vivier-Merle
69431 Lyon Cedex 03
Téléphone 04 78 62 18 00
bm@bm-lyon.fr