SANS FIN LA FETE


1963-1983 les années pop de l’illustration

À propos

L’album fait sa révolution.

« Il n’y a pas d’art pour l’enfant, il y a l’art.
Il n’y a pas de graphisme pour enfants, il y a le graphisme.
Il n’y a pas de couleurs pour enfants, il y a les couleurs.
Il n’y a pas de littérature pour enfants, il y a la littérature. »

Ainsi François Ruy-Vidal définissait-il sa vision de l’édition jeunesse dans les années 70. En suivant ces principes et en faisant travailler les plus grands illustrateurs de l’époque, il va bouleverser la littérature pour les enfants, la rendre encore plus créative et libre.

Nous sommes à l’époque des thermolactils et des cagoules qui grattent, des films de Claude Sautet et des 45 tours … La bibliothèque de la Part-Dieu et son département jeunesse ouvrent leurs portes dans ce nouveau quartier qui sort de terre. Mai 68 n’est pas très loin et la vision de l’enfance et la liberté de création ont radicalement bouleversé la société et le monde de l’édition.

Nous revenons ici sur cette production qui a marqué une rupture dans l’adresse à la jeunesse à l’aide des ouvrages eux-mêmes, de dessins originaux, de maquettes et autres documents rares. Ces éléments sont réunis ici afin de nous permettre de saisir comment un groupe informel d’artistes a pu renouveler tout un pan de l’édition et au-delà.

Sans fin la fête est une exposition pop, psychédélique et patrimoniale, qui vous invite à venir découvrir ou redécouvrir l’audace et la créativité de ces grands maitres de l’imaginaire.

En partenariat avec la médiathèque Françoise Sagan (Paris) qui conserve les archives du fonds Ruy-Vidal, le musée de l’illustration jeunesse (Moulins) et des collectionneurs particuliers.

En complément de cette exposition, un ouvrage est publié par Loïc Boyer chez Memo : Les images libres. dessiner pour l’enfant entre 1966 et 1986. (février 2021)