Tu joues ou tu joues pas ?

Exposition Bibliothèque Part-Dieu du 1er décembre 2018 au 16 mars 2019

Antoine Bauza : un auteur au fil de l’exposition

Originaire de Valence — où il réside encore — Antoine Bauza est, depuis plusieurs années, l’un des auteurs de jeux de société les plus renommés en France et dans le monde. Rien que ça.
Son regard sur le jeu, sa création et son actualité nous ont donc semblé des plus pertinents dans cette exposition. Il a accepté notre invitation et vous trouverez ainsi ses commentaires tout au long du parcours, en écho au propos des différents textes.

Son parcours

Il obtient un Master en jeux vidéo de l’ENJMIN en 2003, puis finit par devenir instituteur. Parallèlement à cela, il crée des jeux de rôles seul ou bien dans le cadre du collectif Ballon-Taxi, à commencer par P’tites sorcières (2001), un univers de fantasy jeunesse d’abord mis en ligne gratuitement puis publié en 2005 par l’éditeur 7ème Cercle sous le nom des Contes ensorcelés.

En 2007, Chabyrinthe, son premier jeu de société, paraît. Suivi par Ghost Stories en 2008, jeu coopératif dans lequel les joueurs incarnent des moines taoïstes défendant un village contre des fantômes. À cette époque, Antoine crée des jeux sur son temps libre. C’est à l’époque de la sortie de 7 Wonders (2010), un jeu de civilisations antiques, dont la genèse vous sera racontée un peu plus loin dans cette exposition, qu’il suspend son activité d’enseignant afin de devenir auteur de jeux à temps plein et donc d’en vivre.

Parallèlement à cela, Antoine participe au développement de jeux vidéo tels que World of Lovecraft (2010). Il écrit également un conte intitulé Les Mille Origamis du Seigneur Kimotama, (2006) et scénarise une bande dessinée appelée L’encre du passé (2009, disponible dans ces murs).

Aujourd’hui, il continue bien évidemment de travailler sur de nouveaux jeux de société. Que ce soit soit seul, en duo, ou encore dans le cadre du collectif Kaedama qu’il a créé en compagnie de trois de ses confrères.

À part ça, il dévore de la littérature de fiction et de la BD, joue à tout et n’importe quoi, apprend le japonais, pratique l’aïkido et le jodo et déteste les tomates crues.

- Voir aussi Le processus de création du jeu « 7 Wonders »