Tu joues ou tu joues pas ?

Exposition Bibliothèque Part-Dieu du 1er décembre 2018 au 16 mars 2019

Jouer pour prédire l’avenir

Une diseuse de bonne aventure qui fait un tirage de cartes de tarot
Un devin qui lance une poignée de baguettes en bambou
Un prêtre qui lance des dés ornés de symboles étranges

Jouent-elles ? Jouent-ils ?
Pas exactement, même s’ils utilisent du matériel de jeu. À moins que ce ne soient les jeux qui aient emprunté au matériel divinatoire ? Difficile de le dire tant la destination première de certains objets archéologiques est incertaine. Des carapaces de tortues asiatiques très anciennes pourraient être purement destinées à la divination ou être l’ancêtre direct du jeu de cartes ou les deux. De même, pour certaines formes de dés romains, à vingt faces notamment. Ou pour des baguettes sculptées.

On retrouve, de nombreuses fois, ce lien entre les jeux de hasard et la divination, l’entrée en contact avec l’au-delà et le divin.
En effet, ces objets tels que les dés, cartes, baguettes, délivrent un résultat, un message imprévisible. Sans rime ni raison ou parce qu’ils sont un moyen d’accès à des dimensions inaccessibles habituellement aux humains ?
C’est cette interrogation qui a lié jeu et divination, jeu et spiritualité, depuis fort longtemps.

Et ce lien n’a pas été sans créer quelques difficultés. Les religions du livre ont tenté à plusieurs reprises et de plusieurs manières d’interdire les jeux de hasard. Avec, cependant, un argument récurrent : supposer qu’il y ait du hasard impliquait que la divinité n’ait pas d’emprise sur le résultat d’un dé ou d’un tirage de carte. Argument irrecevable : il ne pouvait y avoir de hasard s’il y avait un plan divin. Jouer de cette manière, pour le plaisir et à des fins pécuniaires, était donc perçu comme une façon d’empiéter sur le domaine divin. Jouer avec la divinité, quelle idée !

À l’inverse, dans d’autres cultures, certains jeux sont utilisés pour entrer en contact avec les esprits et les dieux.
Au Suriname, un jeu de la famille du Mancala est pratiqué lors des veillées funèbres afin de négocier avec les esprits, le passage de l’âme du défunt.
Dans l’Égypte antique, un jeu nommé Senet mettait en scène le parcours de l’âme des morts vers l’au-delà. Chaque joueur ou joueuse y incarnait un pharaon guidant ainsi les âmes de sa population vers les terres bénies d’Osiris.
En occident, aujourd’hui encore, les jeux de tarot sont utilisés pour lire l’avenir.