Tu joues ou tu joues pas ?

Exposition Bibliothèque Part-Dieu du 1er décembre 2018 au 16 mars 2019

Jouer pour transmettre

Chaque jeu est le produit d’une époque, d’une civilisation, d’une culture.
Comme tout objet culturel, il véhicule et illustre les valeurs et les préoccupations de cette culture.

Par exemple, les jeux de cartes sont illustrés de manières différentes selon les cultures qui les ont adoptés et adaptés. En Chine, les cartes importantes figurent les tenues des dignitaires officiels de la Cour Impériale, par ordre de protocole. En Europe, ce sont les rois et reines que l’on retrouve, mêlant selon les pays figures historiques et figures mythologiques (et un bouche-trou pour faire le compte). Mais en France, à la période de la Révolution, il n’était plus question de figurer rois et reines : on les remplaça donc par les vertus révolutionnaires.
De la même manière, les couleurs symbolisent des éléments différents relatifs aux symboles qui font sens dans chaque culture.

La manière de jouer, la règle, donne également à voir et à comprendre des valeurs, des modalités de fonctionnement social. Dans la famille des mancalas, qui inclut l’awalé, on joue à se partager des récoltes. L’objectif est bien d’en obtenir le plus. Mais attention, si, en jouant, vous amenez volontairement votre adversaire à la famine, c’est vous qui perdez. Le message est clair, non ?

Dans beaucoup de jeux récents, on peut également distinguer des messages très clairs et plus ou moins intentionnels. Que nous raconte La bonne paye de ce qu’est une vie normale et réussie ? Que nous raconte Sim City de ce qu’est le modèle souhaitable pour une ville ?

Les jeux véhiculant des valeurs doivent parfois se développer pour refléter l’évolution de la société.
Avant la Renaissance, en Europe, la dame du jeu d’échecs était une pièce très faible. Mais de plus en plus de femmes ont accédé à des positions de pouvoir important, de plus en plus de reines ont pris une place incontournable. En miroir, la dame est devenue la pièce la plus puissante du jeu. Changement si marquant que l’on appela pendant un temps ce jeu : jeu de la dame enragée.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie allemande du jeu de société a collectivement fait le choix de ne plus produire de jeux de guerre ou de jeux mettant en scène des affrontements militaires, se concentrant sur des jeux de gestion et d’ambiance.

Aujourd’hui, de la même manière, un éditeur de la région a pu revisiter le Jeu des 7 familles pour qu’il soit davantage en adéquation avec la variété des modèles familiaux contemporains : familles monoparentales, recomposées, adoptions, couples homosexuels, etc.

Citations d’Antoine Bauza

Accepter de perdre, jouer dans l’ordre, patienter et écouter, respecter les règles : le jeu est aussi un apprentissage social. Ces apprentissages essentiels qui parviennent aux enfants par le biais du jeu se retrouvent plus tard (ou pas !) chez les adultes.

- En savoir plus sur Antoine Bauza
- En savoir plus sur Le processus de création du jeu « 7 Wonders »