Tu joues ou tu joues pas ?

Exposition Bibliothèque Part-Dieu du 1er décembre 2018 au 16 mars 2019

Jouer pour être dans le Flow

Une autre façon de comprendre ce qu’est le jeu et ce qu’il apporte de bénéfique à l’individu et à la société est de l’expliquer sous l’angle de la psychologie positive et du concept du Flow .

Le psychologue hongrois Mihaly Csikszentmihalyi (1934 -) s’est interrogé toute sa vie sur les origines du bonheur. De ce long travail de recherche est née une notion philosophique aujourd’hui connue dans le monde entier sous le nom de Flux (traduit “Flow”).

Dès les années 70, une série d’études réalisé par le chercheur sur un échantillon de personnes a montré que le « niveau de bonheur » des individus n’était pas nécessairement corrélé à leurs ressources matérielles et financières.
Ce résultat le pousse à s’orienter vers une problématique nouvelle : qu’est-ce qui, dans la vie quotidienne d’une personne ordinaire, procure un réel sentiment de bonheur ?

Le psychologue s’intéresse alors de près aux personnes créatives ou productives. Celles-ci ont pour point commun un engagement fort dans leur activité de prédilection et ne sont motivées ni par la gratification financière, ni par la consécration sociale.

Ainsi, interviewant des hommes et femmes d’affaires, des sportifs, des athlètes, des scientifiques, des artistes ou encore des religieux, il constate que durant l’accomplissement de leur activité, ces personnes éprouvent un sentiment d’extase (au sens étymologique du terme « être à côté de » « en dehors de » la réalité) : en d’autres termes, ils connaissent un état d’épanouissement, de sérénité amenant à un bonheur véritable.

Mihaly Csikszentmihalyi appela cet état mental le Flow .

Au fil de ses recherches, il détermina que cet état pouvait s’atteindre au travers d’activités dites autotéliques ou autogratifiantes : c’est-à-dire des activités qui s’accomplissent de façon indépendante et désintéressée, seulement pour elles-mêmes.

Que ressent l’individu qui connaît cet état de flow ? Dans quelles conditions l’état de flow survient-il ?
Le psychologue identifia un ensemble de caractéristiques propres à cette notion de bien-être particulier :
- L’objectif est clairement identifié, difficile à réaliser mais pas impossible : il constitue un défi
- L’individu perçoit la progression vers la réussite de cet objectif : il acquiert des compétences
- L’individu ressent une impression de clarté par rapport à ses propres actions et des propres souhaits immédiats
- La concentration est intense, l’engagement cognitif dans l’activité est entier
- L’individu est actif et exerce un contrôle de ses actions
- L’ego disparaît : l’individu ne se préoccupe plus de lui-même, de ses soucis.
- Perception altéré de la durée : l’individu est absorbé et ne voit pas le temps passer

Les activités menant au flow sont différentes d’une personne à une autre : apprendre une langue, progresser dans un sport, peindre, créer une entreprise, réunir des fonds pour une association,cultiver un jardin, mener à bien un projet personnel, construire une maquette, etc.

Parmi toutes ces activités, le jeu a une place particulière.
Selon Mihaly Csikszentmihalyi, il est une activité autotélique par essence car l’acte même de jouer concentre l’ensemble des caractéristiques et conditions du Flow : Concentration et engagement dans la partie, immersion mental, défi du jeu, difficultés induites par les règles et contraintes, sensation de progression du joueur et perte de la notion du temps.

« L’expérience optimale est exigeante (et parfois dangereuse), mais elle est recherchée même au prix d’efforts considérables parce qu’elle produit, comme nous l’avons vu, un enchantement intense, une expansion du soi, parce qu’elle est autogratifiante ou “autotélique”. »

« Le désir de vivre de nouveau une expérience de qualité supérieure l’incite [l’individu] à chercher de nouveaux défis qui exigent des aptitudes supérieures. »

« (...) les activités autotéliques ont ceci en commun : elles provoquent un sentiment de découverte, une impression de passer à une réalité nouvelle ; elles favorisent un haut niveau de performance et permettent d’accéder à des états de conscience inattendus ; elles rendent le soi plus complexe et le font grandir, ce qui est l’essence même de l’expérience optimale. »

« Les règles du jeu ont pour but de diriger l’énergie psychique de façon à favoriser l’expérience agréable, mais cette dernière n’est pas automatique, elle relève ultimement de nous. »