Arlès-Dufour, François-Bathélémy

1797-1872

Sète, Golfe Juan

Le promoteur de la formation professionnelle lyonnaise

Arlès-Dufour arrive à Lyon en 1825, en tant que commissionnaire en soieries et gendre de la Maison Dufour de Leipzig. Il ne faut que quelques années à cet habile commerçant, qui a débuté comme contremaître dans une fabrique de châle parisienne puis représentant de cette même maison en Allemagne, pour faire fortune et devenir un membre influent de la bourgeoisie lyonnaise. Adjoint au maire en 1830, membre de la Chambre de Commerce deux ans après, on retiendra de ses activités foisonnantes celles auxquelles ils se consacre dans les années 1860 après avoir passé le relais de l’entreprise familiale à ses fils, Gustave et Alphonse.

Saint-Simonien convaincu, et lui-même ayant pratiqué par des lectures nourries ce que l’on appelle aujourd’hui l’auto-formation, il investit non seulement dans la banque et dans le chemin de fer, en soutenant l’entreprise des frères Mangini* contre le monopole PLM, mais aussi dans la formation professionnelle, en participant à la création de la SEPR (Société d’Encouragement professionnel du Rhône). Durant cinquante ans, il fonde ou encourage la création de quatre institutions pédagogiques à Lyon : la Société d’Instruction primaire du Rhône en 1928, la Martinière dont il soutient la création en 1832, l’École centrale lyonnaise - l’actuelle École Centrale à Ecully – comme une « Martinière supérieure » en 1857, et la SEPR en 1864, auxquelles s’ajoutent les écoles et la bibliothèque populaire d’Oullins, où il réside et dont son fils aîné fut maire en 1870.

Comme les écoles de La Martinière, la SEPR qui fête ses 150 ans en 2014, reste un établissement de premier plan, avec 4000 élèves par an et autant d’entreprises partenaires. Dispensant aux ouvriers l’enseignement technique, mais aussi général jusqu’à la création de l’enseignement primaire obligatoire en 1890, la SEPR dispense aussi les premiers cours féminins, puis mixtes, car François-Bathélémy Arlès-Dufour est attaché, comme Saint-Simon dont il est un exécutant testamentaire, à l’égalité homme-femme.

Pour aller plus loin

  • Source : Canton-Debat, Jacques, Arlès-Dufour (1797-1872) : du Canal de Suez à l’École Centrale de Lyon, le parcours exceptionnel d’un soyeux lyonnais, Lyon, L’Interdisciplinaire, 2007.
  • Arlès-Dufour, François-Bathélémy (1797-1872)
    Arlès-Dufour, François-Bathélémy (1797-1872)