Planchon, Roger

1931-2009

Saint-Chamond (Loire), Paris

Diffuser et produire : la culture cinématographique pour tous

Issue d’une famille modeste, Roger Planchon ne suit pas la voie artisanale que lui destinent ses parents. Élève des Lazaristes, il reçoit à 15 ans la Croix de Guerre pour avoir été messager des maquisards. La libération des expressions artistiques de l’après-guerre, du jazz à Citizen Kane, de la philosophie existentialiste à la poésie, lui permet de se cultiver en autodidacte avant d’entrer dans un cours de théâtre lyonnais. Il devient le comédien et metteur en scène que l’on sait, créateur du théâtre de la Comédie de Lyon (1957), directeur du Théâtre de la Cité de Villeurbanne (1960), scène nationale en 1972 sous le nom de Théâtre National Populaire (TNP).

Adepte des conceptions théâtrales de Jean Vilar et de sa volonté de partager le spectacle avec tous, Roger Planchon n’oublie pas ses premières amours, le cinéma, et crée en 1968 le Cinéma National Populaire (CNP), avec Robert Gilbert, comédien formé avec lui et devenu administrateur de théâtres. Lié au Théâtre de la Cité/TNP de Villeurbanne jusqu’en 1996, la société exploite plusieurs salles d’art et d’essai à Villeurbanne et Lyon et propose une programmation diversifiée et peu distribuée, à commencer par la Nouvelle Vague au moment de sa création. Roger Planchon participe donc à 40 ans de décentralisation culturelle, non seulement théâtrale mais cinématographique, dans la région lyonnaise.

Parallèlement, il crée en 1990 Rhône-Alpes Cinéma et ouvre en 2002 un studio de cinéma de 902 m² transformable en un Théâtre Studio de 700 places, le Studio 24, situé à Villeurbanne. Rhône-Alpes Cinéma est le premier fonds régional de coproduction destiné à financer des films de long-métrage tournés en Rhône-Alpes et à en assurer la promotion dans la région, grâce à l’apport du Centre National de la Cinématographie, de la Région et des recettes d’exploitation des films. Elle a coproduit plus de 200 films depuis sa création, des Lyonnais d’Olivier Marchal à Liberté de Tony Gatlif (Grand Prix, Festival de Montréal, 2008), de films d’animation comme Mia et le Migou de Girerd aux documentaires comme Les Invisibles de Sébastien Lifshitz (César 2013). La Société, rachetée en 2008 par la Caisse d’épargne, la Caisse des Dépôts et la Région Rhône-Alpes, poursuit un pari engagé par Roger Planchon dix-huit ans auparavant, non plus sur la diffusion comme les CNP, mais sur la production d’un cinéma de qualité.

Pour aller plus loin

  • Site web : « Catalogue », Rhône-Alpes Cinéma.