Seguin, Marc

1786-1875

Annonay

Du halage au chemin de fer

Aîné de cinq frères, fils d’une famille de drapiers d’Annonay (Ardèche), Marc, en digne petit neveu de Joseph Montgolfier dont il suit les démonstrations au CNAM pendant ses études parisiennes, s’intéresse très tôt aux innovations. Il importe, en l’améliorant, la technique anglaise des ponts suspendus qui permet une plus longue portée. Il remplace les chaînes de fer forgé par des faisceaux de fer (l’invention du câble métallique) et en coulant les superstructures en béton armé, 25 avant les premiers brevets d’invention ! La Compagnie Seguin, composée de Marc, Camille, Jules, Paul et Charles, construit 186 ponts suspendus, en France, en Suisse… à partir de 1825. Dans la même période, Marc Seguin invente la chaudière tubulaire à tubes intérieurs qui multiplie par six la vapeur produite par chauffage extérieur de l’eau. À l’origine destinée à des bateaux de halage sur le Rhône, pour lesquels les frères Seguin avaient créé une compagnie, elle est en fait utilisée pour équiper une locomotive à vapeur sur la deuxième ligne française de chemin de fer (après Saint Etienne-Andrézieux en 1927), la ligne Lyon-Saint Etienne dont les Seguin obtiennent la concession de construction et d’exploitation.

Les Seguin fabriquent les premiers wagons et locomotives dans l’usine qu’ils installent à Perrache, en même temps qu’ils acquièrent les terrains du quartier de Confluences, pour y aménager un nouveau pôle de l’industrie lyonnaise, fort de quatorze usines, d’habitations, etc. Mais les coûts de maintenance de la ligne, malgré le succès commercial du transport de fret (le charbon stéphanois) et de voyageurs, ajoutés au remboursement de la dette, les contraint à lâcher prise, dans leurs projets d’aménagement comme dans leurs ambitions ferroviaires concernant de nouvelles lignes (Lyon-Avignon). Marc Seguin se retire à cinquante cinq ans des affaires pour se consacrer aux recherches techniques, mais la relève est assurée, du point de vue industriel comme du point de vue de l’inventivité, avec 19 enfants nés des cinq frères, qui s’illustrent dans l’industrie, notamment ses petits fils Laurent et Louis qui inventent en 1905 le moteur en étoile rotatif pour l’aviation, dit moteur Gnome (vilebrequin fixe avec des cylindres qui tournent autour).

Pour aller plus loin

  • Site web : Brevet d’invention « Mode de chaudières à vapeur sur le principe de l’air chaud circulant dans des tuyaux isolés de petite dimension » accordé à Marc Seguin, 1828, Institut National de la Propriété Industrielle, Base brevets du 19e siècle.
  • Seguin, Marc (1786-1875)
    Seguin, Marc (1786-1875)