L’heure de la découverte vue par une lectrice

Les bibliothèques publiques m’ayant toujours été présentées comme ouvertes à tous, les ayant déjà fréquentées dans d’autres villes – dont Paris -, c’est naturellement que j’ai franchi votre porte quand mon lieu de travail a été délocalisé à la Part-Dieu. Le magazine Topo et le programme Heure de la découverte proposés à tous, m’ont fait découvrir vos diverses activités. Étant de formation scientifique, j’ai été ouverte à tous les sujets, d’autant qu’aucun ne me correspondait vraiment – la littérature n’ayant jamais été mon fort…Ces séances m’ont permis des découvertes sur des sujets auxquels je ne m’attendais pas, tous plus étonnants les uns que les autres : le Fonds chinois, le Fonds de la Guerre 14-18, le dépôt légal, votre magnifique fonds photographique, les œuvres contemporaines – Artothèque –
(tableaux, films, livres d’art, etc.). J’ai assisté à des séances plus classiques auxquelles je ne m’attendais plus ; celles de la présentation de vos collections « littéraires » : le Fonds ancien, la Collection jésuite des Fontaines, les « fonds » Rhône-Alpes. Toutes ces collections sont découvertes à travers diverses thématiques qui les rendent très vivantes.

QUELQUES SOUVENIRS DES HEURES DE LA DÉCOUVERTE ATYPIQUES...
J’ai particulièrement apprécié les séances proposées autour du parfum, de l’encre ou du papier. J’ai été bluffée par Gérard Corneloup qui nous avait fait bénéficier d’une Heure de la découverte passionnante de 3h devant un unique plan, mais quel plan ! De même, par votre collègue qui nous a fait revivre, comme si on y était, le déménagement-emménagement de la Collection jésuite des Fontaines – du vécu de bibliothécaire… Toutes offrent des explications sur des notions techniques : qu’est-ce qu’un manuscrit ? une enluminure ? une estampe ? Connaître l’évolution de l’imprimerie … Sujets d’autant plus intéressants qu’à Lyon il y a le Musée de l’Imprimerie. Ces séances offrent la possibilité de voir les ouvrages eux mêmes, découvrir les magnifiques couleurs des enluminures,
admirer les écritures, les mises en page, les techniques, les reliures. Elles permettent aussi de rentrer dans des lieux fermés, le silo, l’atelier de reliure.

D’UNE MANIÈRE GÉNÉRALE, CONQUISE !
Par ces intervenants passionnés – anciens comme nouveaux – qui nous font apprécier des sujets parfois difficiles voir exotiques… Par toutes ces présentations travaillées (très appréciées par la novice que je suis, et je pense aussi par tous les autres) qui situent et mettent en valeur les œuvres qui les illustrent.

LES INNOVATIONS APPORTÉES CES DERNIÈRES ANNÉES ET BIEN APPRÉCIÉES
Les ballades urbaines sur les bibliothèques lyonnaises, « 30 minutes,
une œuvre » , les propositions de séances dans les bibliothèques
d’arrondissements.

J’APPRÉCIE QUE VOUS REPROGRAMMIEZ SUR PLUSIEURS
SAISONS UNE MÊME HEURE DE LA DÉCOUVERTE :

Une chance de rattrapage quand on n’a pas pu s’inscrire la saison
précédente malgré les 2 à 3 propositions de date, et même
si on a pu s’inscrire, une chance pour ceux qui n ont pas pu, d’en
bénéficier à leur tour.

CONSEILS À DONNER :
- Bien se renseigner auprès de l’accueil de la BM.
- Arriver en avance pour être à l’heure, comme l’organisation le prévoit. Attention : une HD n’équivaut pas à 1 heure de temps,
mais à au moins 1h30-2h. Lors des séances, les œuvres sont mises en valeur par une présentation des intervenants, ce qui permet au novice de les situer, nul besoin d’avoir déjà une compétence particulière pour les apprécier. Les Heures de la Découverte sont accessibles à tous et on y retrouve tout public entre les connaisseurs et les novices. Les sujets sont variés, chacun peut trouver un thème qui lui convient, qui l’intrigue. Il ne faut surtout pas se laisser rebuter par des termes comme estampe, contemporain, guerre, Moyen Âge, etc. Il faut « essayer », s’inscrire !

Un grand merci à toutes les équipes qui organisent ces passionnantes Heures de la découverte : du service accueil jusqu’à
l’intervenant.
Madame Lafare