PNG - 4 ko

Démocratie

Rêver, penser, agir ensemble

novembre 2016 - mars 2017 à Lyon

Démocratie

Penser, rêver, agir ensemble

novembre 2016 - mars 2017 à Lyon

Podcasts "Penser la démocratie"

Questionner l’histoire, le fonctionnement et les problèmes de cette forme politique…

Pour un autre code du travail, avec Sylvaine Laulom et Emmanuel Dockès, professeurs de droit public

Durée : 1h45 min - Format : Rencontre - débat
Les débats autour du Code du travail ont été nombreux ces derniers mois. Persuadé qu’il n’est pas de fatalité, un groupe d’universitaires spécialisés en droit du travail a décidé de s’attaquer à l’écriture complète d’un autre code du travail, pour démontrer par l’exemple qu’il est possible de faire plus court, plus clair, plus protecteur et mieux adapté aux difficultés de notre temps. Nous leur avons demandé de venir nous présenter ce code : méthode de travail, partenaires, prise en compte des réalités économiques et sociales, étapes d’élaboration…et résultat obtenu ! Des acteurs et actrices du monde du travail, des salarié.e.s, seront leurs interlocuteurs.

Démocratie au travail ? Démocratie ouvrière ? Des idées en mouvement depuis la Révolution, avec Claude Didry, sociologue

Durée : 50 min - Format : Conférence
Le mouvement de démocratisation des sociétés, entamé au XVIIIe siècle, s’est d’une certaine façon arrêté aux portes des entreprises. Que nous apprend l’histoire du XIX° siècle sur ce mouvement ? Dans cette première séance du cycle "Démocratie du travail, Démocratie au travail", Claude Didry revient sur la façon dont les relations dans le monde du travail sont pensées au moment de la Révolution française, puis au cours du XIXe, notamment à partir de l’organisation de la Fabrique et des Canuts à Lyon. Il retracera ainsi les enjeux autour des formes de coopération, d’autonomie dans le travail, mais aussi de sous-traitance et interrogera les controverses qui ont entouré la rédaction du Code du travail au début du XXe. Cette plongée dans le passé éclaire avec beaucoup de force les débats contemporains.

"Si j’étais président..."

Pour la première émission de webradio enregistrée à la Médiathèque du Bachut, sept enfants âgés de 8 à 12 ans se sont mis dans la peau d’un futur président de la république et nous proposent leur programme.

"Qu’est-ce qu’un peuple ?" : Démocratie et populisme, par la philosophe Catherine Colliot-Thélène

Durée : 1h40 - Format : Conférence
Quel est le peuple de la démocratie ? Quel est le peuple du « populisme » ? L’usage aujourd’hui généralement péjoratif du terme populisme met en lumières les ambiguïtés de la démocratie moderne. Il invite à revenir sur la compatibilité problématique entre le principe de la souveraineté du peuple et les normes de l’Etat de droit, mais aussi sur la tension qui existe entre l’exigence d’institutionnalisation du « pouvoir du peuple » et les virtualités subversives inhérentes à cette notion.
Cette rencontre a eu lieu le 13 octobre 2016 à la bibliothèque de Lyon dans le cadre du cycle "Penser critique"

Contester en Espagne : crise démocratique et mouvements sociaux

Durée : 1h50 - Format : Conférence
La situation espagnole est paradoxale : d’un côté, de lourdes affaires de corruption, une importante politique d’austérité et un déficit démocratique dans les médias de l’autre, l’émergence de nouvelles formes de contestation, interrogées pour leur originalité, leur potentialité et le cas échéant pour les dangers qu’elles impliquent.
Avec Alicia Fernandez-Garcia, anthropologue et chercheuse en civilisation hispanique contemporaine.
Mathieu Petithomme, politologue spécialiste de l’Espagne.
Cette rencontre a eu lieu le 16 mars 2016 à la bibliothèque de Lyon

Peut-on désobéir en démocratie ? Par le sociologue Albert Ogien

Durée : 1h55 - Format : Conférence
Les raisons de se révolter ne manquent pas. Mais en démocratie, s’engager dans un combat contre l’injustice, l’inégalité ou la domination est un geste qui doit s’exprimer sous une forme d’action politique acceptable. Parmi ces formes se trouve la désobéissance civile : elle consiste, pour le citoyen, à refuser, de façon non-violente, collective et publique, de remplir une obligation légale ou réglementaire parce qu’il la juge indigne ou illégitime, et parce qu’il ne s’y reconnaît pas. Cette forme d’action est souvent considérée avec méfiance : pour certains, elle ne serait que la réaction d’une conscience froissée, puisqu’elle n’est pas articulée à un projet de changement politique ; pour d’autres, elle mettrait la démocratie en danger en rendant légitime un type d’action dont l’objet pourrait être d’en finir avec l’État de droit...