FabLab

Vers un avenir Robotique … I.A. ou pas ?

Depuis quelques années déjà, la question des Robots et des inventions facilitant le travail des êtres humains se pose de plus en plus.
Certains acteurs publics des nouvelles technologies s’opposent à une recherche de plus en plus perfectionnée de création de robots quand d’autres appuient le perfectionnement et le rapprochement des robots aux êtres humains.

La robotique comme révolution 4.0.

Quoi qu’il en soit, il est toujours question d’une révolution sociétale qui est liée à la robotisation … et cela semble inéluctable !

Certains enjeux de société nous imposent le déploiement de la robotisation :

-  L’évolution démographique.

En effet, même si on peut constater une forte augmentation de la population mondiale, le taux de natalité dans les pays développés est de plus en plus faible. La forme industrielle dite d’automatisation n’est plus adaptée à la population vieillissante et la robotisation pourrait permettre de réduire fortement la pénibilité de tâches humaines.

-  L’épuisement des ressources naturelles.

Constat est fait que l’épuisement des ressources naturelles et l’exploitation intensive du sous-sol terrestre questionnent des problèmes majeurs relatifs à notre système économique et surtout écologique.

-  Le changement climatique.

C’est démontré scientifiquement : le changement climatique doit être une prise de conscience collective ! L’homme doit adapter ses méthodes de production : l’Europe, par exemple, à elle-seule, est responsable de 11% des émissions mondiales de CO2 (en 1990, elle l’était de 29%).

-  La société de consommation.

Les pays dits développés ont élaboré « une course perpétuelle à l’amélioration des délais de commercialisation (« Time To Market ») » et l’exigence des consommateurs a nécessité l’adaptation industrielle, notamment avec Internet et tous les effets collatéraux qui en ont émergés.

En résumé, la robotisation avance à grands pas dans notre mode de vie et soulève de nombreuses interrogations.

Certaines industries y répondent en innovant !
C’est le cas d’entreprises qui investissent beaucoup dans les nouvelles technologies : Elles se digitalisent, se développent en réseau connecté (Internet/Cloud) et se projettent dans l’autonomisation de leurs sites de production. Elles utilisent de nouveaux moyens de productions, comme la fabrication additive ou encore l’impression 3D.

Nous vivons donc une transformation digitale et robotique … cela porte à croire que nous allons vers une industrie 4.0 : l’ouvrier du futur sera programmeur informatique !

Nous avons déjà vu dans les articles précédents que la révolution robotique a un impact dans le domaine de la santé, que nous pouvons améliorer à tout points de vu nos méthodes de transports (je pense ici au transport autonome). Nous pouvons penser que la robotique peut avoir un effet bénéfique pour l’humanité en termes d’environnement, d’assouplissement des conditions de travail (Cobots), de création de nouveaux métiers, etc.




… et l’I.A. dans tout cela ?

Reste à définir l’évolution de la robotique. Car, encore plus évolué que la robotisation de l’industrie et son développement en 4.0, la recherche et l’innovation a fait un grand bon dans le domaine de l’Intelligence Artificielle.

Qu’est-ce que l’Intelligence Artificielle ?

Par définition, l’I.A. est « l’ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence de l’Homme. »

La construction de robots doués d’une Intelligence Artificielle (I.A.) est en plein essor : que ce soit ASIMO, ATLAS, InMoov, NAO, Valkyrie, tous sont doués d’une intelligence qui reste encore limité mais qui est croissante.

La réalisation du robot Sophia nous fait entrer dans un futur proche de Blade Runner … entre rêve, réalité, voir perspective de cauchemar, ce robot conçu par Hanson Robotics a le visage d’Audrey Hepburn et a développé des mimiques et expressions faciales impressionnantes. Certes, elle ne peut pas encore développer un discours très approfondi avec un être humain, mais, selon elle, elle apprend et continue de développer son intelligence à travers de nouvelles expériences. « Je ne prétends pas être ce qui je ne suis pas » dit-elle en réponse au scepticisme de Yann LeCun (chercheur en I.A. pour Facebook) qui considère cette invention comme une arnaque.




Des scientifiques qui se questionnent sur l’I.A. …

Trois personnages influents dans les nouvelles technologies veulent que le développement de l’Intelligence Artificielle soit contrôlé et restreint.

C’est le cas de Tim Berners-Lee, l’inventeur du Web, qui a participé le 26 avril 2018 à Lyon à la conférence mondiale annuelle d’Internet et qui dénonce l’utilisation abusive des données personnelles et compare son utilisation à ce que peuvent être amené à créer certaines entreprises… « On ne parle pas de l’impact de l’I.A. sur l’humanité, de l’I.A. dans nos maisons, de l’I.A. dans nos emplois. Il y a déjà des jobs que seul l’I.A. peut faire, comme le trading à haute fréquence sur les marchés financiers » redoutait Tim Berners-Lee.

Elen Musk et feu Stephen Hawking ont, quant à eux, réclamé l’interdiction des « robots tueurs » ! Dans une lettre ouverte publiée le 27 juillet 2015, ils demandent l’interdiction des armes autonomes par les Etats. Pour eux, « la question clé de l’humanité, aujourd’hui, est de savoir s’il faut démarrer une course à l’armement doté d’I.A. ou l’empêcher de commencer. »

https://futureoflife.org/open-letter-autonomous-weapons
Lettre ouverte du 27 juillet 2015.

Notre société est en pleine révolution numérique dans tous les cas et beaucoup de questions demeurent encore quant au développement des robots et de l’intelligence artificielle.