La collection jésuite des Fontaines

La Collection jésuite des Fontaines a été déposée à la Bibliothèque municipale de Lyon pour 50 ans, suite à la décision de la Compagnie de Jésus de fermer le Centre Culturel des Fontaines situé à Gouvieux, près de Chantilly (nord de Paris). Elle compte 500000 documents.

Les jésuites et les pauvres

Trois portraits : Loyola, Speg, Hurtado

Souvent associés à un milieu privilégié et élitiste auxquels ils étaient liés pour bon nombre par le passé, les jésuites ont cependant nourri dès la fondation de la Compagnie de Jésus, en 1540, une importante relation aux pauvres. Trois portraits viennent en donner une certaine, bien que partielle, illustration.

Ignace de Loyola (1491-1556) : le fondateur

L’illustre fondateur de la Compagnie, bien qu’issu d’une famille aristocratique, rédigea l’essentiel du livret des Exercices spirituels alors qu’il s’était fait volontairement pèlerin, pénitent et mendiant, lors de son étape de 1522 à Manresa, aux alentours de Barcelone. Plus tard, il fit des « œuvres de la charité » mentionnées dans les textes fondateurs de la Compagnie, l’un des éléments cardinaux de la formation des novices jésuites : ceux-là se devaient d’expérimenter un mois de service dans un hôpital, y compris par temps de peste. Il alla jusqu’à porter son ministère auprès des femmes prostituées, créant à Rome en 1543 la Casa Santa Marta où la vie religieuse cessa d’être l’unique voie proposée pour sortir de la prostitution.

Mendiant assis [Portrait du vieux Girard, paysan de Chasselay] par Boissieu, Jean-Jacques de, 1736-1810 / Bibliothèque municipale de Lyon (F18BOI001421)

A l’avenant et à son instigation furent édifiées à Rome des maisons destinées à des enfants vivant dans la rue ou issus de la prostitution. Ignace puis ses compagnons jésuites adoptèrent un style de vie volontairement très précaire, suivant le chemin de la pauvreté évangélique. Cependant, leurs entreprises à l’égard des pauvres passaient par une sollicitation et une implication des puissants, nombre de jésuites venant des milieux dominants, Ignace en tête. Enfin, les Exercices spirituels conduisent l’exercitant à reconnaître à travers l’expérience des humiliés, notamment des pauvres, les appels du Christ.

Friedrich Speg von Langenfeld (1591-1635) : le défenseur des sorcières

Alors qu’entre 1480 et 1680, 15 à 23 000 personnes furent exécutées en Allemagne pour sorcellerie, Speg publie dans l’anonymat et en 1631 Cautio criminalis ou Des procès contre les sorcières. Après avoir longuement écouté des femmes accusées, y compris hors confessions, conversé avec les juges, compulsé les actes des procès, il commet cet ouvrage, concluant à propos des inculpées que « celles que l’on tenait pour coupables étaient véritablement innocentes. » Cette publication qui s’apparente à une disputatio, où s’échangent des arguments contraires, déconstruit les mécanismes intellectuels qui préludent au phénomène de la chasse aux sorcières.

Les effets trompeurs de la richesse par Heemskerck, Maarten van, 1498-1574 / Bibliothèque municipale de Lyon (N16HEE003674)

Non seulement ce jésuite procède à une réfutation des arguments favorables à la dite chasse, mais il va jusqu’à fustiger les prélats et théologiens vivant éloignés des pauvres et hors d’état de se représenter correctement leurs vies : ceux « qui se repaissent de spéculations jouissent d’un entier repos dans leurs cabinets. Qui n’ont appris et vu par expérience ce qui se fait au-dehors, quelle est la misère des prisons, le poids des fers et des menottes, quels sont les instruments de torture et les lamentations des pauvres. Qui ont cru déroger à leur dignité de visiter les prisonniers, s’entretenir avec les affligés et incliner l’oreille aux plaintes des pauvres misérables ». Aussi Speg nourrit-il principalement son discours de la richesse et de la force des relations qu’il noua avec celles et ceux frappés d’ostracisme.

Alberto Hurtado (1901-1952) : offrande et justice sociale

Ce jésuite chilien fonde en 1944 « El Hogar de Cristo » (« La Maison du Christ »), lieu d’accueil des personnes à la rue, qui se développe et essaime rapidement. Il institue par ailleurs le syndicalisme chrétien au Chili au travers de l’Association Syndicale Chilienne (ASICH), diffuse la doctrine sociale de l’Eglise et crée la revue Mensaje, dans laquelle s’élabore une réflexion sur le rôle du chrétien dans le monde et la nécessaire réforme des structures de la société civile. La misère au Chili ainsi que l’indifférence de la majorité des catholiques à son endroit le conduisirent à publier le retentissant Le Chili est-il est un pays catholique. A l’instar de plusieurs autres jésuites, Hurtado fit montre d’un entregent parmi les gouvernants et d’une sensibilité profonde aux plus vulnérables.

La descente de croix par Rembrandt, 1606-1669 / Bibliothèque municipale de Lyon (N17REM002129)

Ses écrits et les divers témoignages à son propos laissent entrevoir une personne habitée par une mystique du don de soi, où le don de Dieu et l’ouverture à l’humanité vont de pair : « Le débardeur, le cireur de bottes, la pauvre femme tuberculeuse, c’est le Christ. L’insulter, se moquer de lui, le mépriser, c’est mépriser le Christ », affirme-t-il dans Comme un feu sur la terre. Au rebours de la primauté accordée aux plus vulnérables, l’injustice lui dévoile le symptôme d’une perte de sensibilité. Aussi selon lui l’amas de richesses amenuise-t-il le champ de vision. Enfin, dans la pensée d’Hurtado la lutte sociale est aussi un combat spirituel : « Il y a beaucoup de gens qui sont disposés à accomplir des œuvres de charité, à fonder un collège, un club pour leurs ouvriers, à leur donner un aumône lorsqu’ils vivent une situation difficile, mais qui ne peuvent se résigner à l’unique chose qu’ils doivent faire, c’est-à-dire payer leurs ouvriers à un salaire juste et suffisant pour vivre comme des êtres humains ». [1]


Ouvrages présentés

  • F. Speg von Langenfeld s.j., Cautio criminalis, seu De processibus contra sagas liber , 1632
    SJ R 313/21
  • L. Aubineau, Les Jésuites au bagne Toulon.- Brest.- Rochefort.
    - Cayennes
    , 1863
    SJ H 477/101
  • B.-G. Fleuriau s.j., 聖克辣未爾傳 / La vie de St Pierre Claver , 1928
    SJ ZSI 00453
  • J. C. Scannone s.j., E. Dussel, G. Gutierrez, R. Poblete , Les luttes de libération bousculent la théologie , 1958
    SJ TH 655/3
  • M. Haubert, La vie quotidienne au Paraguay sous les Jésuites , 1967
    SJ ID 113/48
  • J. Sobrino s.j., Jésus en Amérique latine , 1986
    SJ TH 016/140
  • A. de Sandoval s.j., Un tratado sobre la esclavitud , 1987
    SJ IG 403/569
  • A. Peris s.j., Une Théologie asiatique de la libération , 1990
    SJ TH 655/41

Sylvain Chomienne
Bibliothécaire

[1Pour toutes les références et citations de cet article, conf. E. Grieu, Les jésuites et les pauvres, Bruxelles, Lessius, 2020