La documentation régionale

Pour tout savoir sur Lyon, la Métropole et la Région, dans tous ses aspects, histoire et actualité, patrimoine et nature...

1970-1990 : vingt années de théâtre en Métropole

La BML a reçu en don de l’Université Lyon 2 un fonds documentaire exceptionnel sur l’activité théâtrale métropolitaine des années 1970 aux années 1990. Conservé au 13e étage du silo, ce fonds est devenu une priorité à traiter, alors que se prépare la réorganisation des espaces de stockage de la bibliothèque, dans le cadre du désamiantage des gaines techniques des 17 étages.

L’arrivée de nouveaux fonds à la BML n’est jamais le fruit du hasard, celle-ci est très particulière. La première bonne raison est la présence à la Médiathèque de Vaise (9e arrondissement) d’un département spécialisé Arts vivants, qui alimente un blog témoignant de la créativité locale dans ce domaine. La seconde est qu’une grande partie du fonds est constituée de dossiers documentaires, qui viennent compléter ceux que la BML a constitué minutieusement dans les années 1970-2004 sur diverses thématiques. Enfin, c’est Jean-Louis Rocher, directeur de la Bibliothèque universitaire sur le campus de la Doua jusqu’en 1972, puis de la BML jusqu’en 1992, qui initia la création du centre de documentation dont proviennent ces documents.

Histoire du Centre d’études et de recherches théâtrales et Cinématographique (CRTC)

Dans les années 1970, la Métropole lyonnaise connait une vie culturelle intense, avec de nombreux théâtres très dynamiques.

Dossier consacré à Don Juan de Molière. Claude Brasseur dans le rôle de Don Juan.

Dans ce contexte, en 1968, l’Université de Lyon (faculté des lettres) décide sur le campus de la Doua de la création d’un Centre d’études et de recherches théâtrales et Cinématographique (CRTC) qui dispense des enseignements en DEUG. A l’initiative de Jean-Louis Rocher, alors directeur de la Bibliothèque universitaire du campus, la création d’un Centre de Documentation Théâtrale et Cinématographique (CDTC) accompagne ces nouvelles disciplines.

Le CRTC et son centre de documentation s’installent à la Bibliothèque universitaire Lyon 2, sur le campus de Bron, en 1973. Le théâtre universitaire est alors très actif avec une troupe de théâtre à l’INSA, un groupe d’expression corporelle à Lyon 2, à Bron une salle de spectacle de 500 places.

Les axes de recherche du CRTC sont le théâtre (anthropologie, histoire régionale, pédagogie), le cinéma des origines, les interférences entre le cinéma et le théâtre, les rapports littérature / photographie, la pensée visuelle et esthétique, les usages des médias, les problématiques de l’infographie.

De 1989 à 1996, de nouveaux diplômes et enseignements voient le jour à l’Université Lyon 2 : une licence cinéma et sa maîtrise en 1987 ; en 1989, un Institut de la Communication des Arts du Spectacle, qui intègre ces nouvelles filières ; en 1990, une licence théâtre puis une maîtrise ; de 1994 à 1995, un DEUG arts du spectacle avec trois spécialités, le théâtre, le cinéma et la photographie.
Le laboratoire Passages XX-XXI travaille aujourd’hui sur ces thématiques de recherche, se consacrant à l’analyse des esthétiques, théories et histoires des pratiques littéraires et artistiques contemporaines.

Le Centre de Documentation Théâtrale et Cinématographique (CDTC)

Sa mission en 1968 est de servir « de lieu de rencontre, de point de contact entre le théâtre, la recherche et le public », selon Jean-Louis Rocher, directeur de la Bibliothèque universitaire.

La Paix d’Aristophane. Marcel Maréchal à Fourvière le 01/07/1969. Photographie G. Hyon.

A Bron, le CDTC dispose d’une salle, d’une mezzanine-magasin et d’un atelier de photographie. Le fonds se compose de monographies de 1824 à 1968 issues des dons et des dépôts de l’Opéra de Lyon, du Théâtre des Célestins et d’autres théâtres lyonnais ou régionaux ; mais aussi de périodiques, d’ouvrages de référence et sur l’histoire du théâtre, de dossiers de presse jusqu’en 1988, de mémoires d’étudiants, de scénarios de pièces de théâtre déposés en 1985 par le TNP (360), d’affiches et programmes de spectacle (450 jusqu’en 1975), de 221 reportages photographiques sur les spectacles réalisés par le photographe de la bibliothèque, des archives photographiques des Célestins, de maquettes de décors, de documents audiovisuels.

Le CDTC fonctionne jusque dans les années 1990, puis une partie des collections est intégrée en 2003 aux fonds de la Bibliothèque universitaire au sein du Pôle Jean Cocteau (lettres, linguistique, arts du spectacle). Depuis 2015, il fait partie du Pôle Arts-Infocom. Les maquettes sont déposées aux Archives municipales de Lyon.

Pour en savoir plus :

Les collections du CDTC déposées à la BML

Les dossiers documentaires sont majoritairement constitués d’articles de périodiques d’informations générales (Le Progrès, Le Monde, Le Journal…). Néanmoins, on peut également trouver dans ces mêmes dossiers des affiches et des programmes récupérés directement dans les salles de spectacle mais aussi des photographies (soit du photographe de la Bibliothèque, responsable de la couverture des spectacles les plus notables, soit recueillies auprès des compagnies), des négatifs et enfin même des documents administratifs ou des tickets d’entrée. Ainsi, la nature des documents constituant les dossiers et par conséquent leur source (toujours minutieusement relevée pour chacun des documents) sont diverses.

Ces dossiers documentaires constituent plusieurs ensembles :

  • Les dossiers d’œuvres (environ 500)
  • Les dossiers d’artistes (environ 30), donc certains, comme celui consacré à Ninon Vallin, comptent plusieurs volumes
  • Les dossiers de compagnies et de lieux de spectacle (environ 300)
  • Les dossiers d’actualité culturelle (une vingraine)

Les dossiers ont été rangés, répartis par thématique. Leur inventaire et leur conditionnement va pouvoir commencer. Ils seront donc prochainement accessibles à la consultation selon les procédures de la BML pour les collections patrimoniales régionales.

Mille mercis à notre collègue de la BU de Lyon 2, Sylvie Demotier, qui nous a permis de remonter le temps et à Marie Bolénor, stagiaire en décembre 2016, qui a trié ce fonds et entamé son inventaire !