La documentation régionale

Pour tout savoir sur Lyon, la Métropole et la Région, dans tous ses aspects, histoire et actualité, patrimoine et nature...

Les chroniques du silo

Episode 5 : La vie mouvementée au silo 4

Le chantier du quatrième étage du silo est bien engagé. En avril 2018, voici le bilan de ce qui a été réalisé en une année.

C’est un étage qui est presque entièrement consacré aux périodiques :

- régionaux de petit et de grand format du XIXe au XXIe
- nationaux de petit format du XXe et XXIe siècle

Comme dans tous les étages du silo, il existe (heureusement) une certaine logique dans la présence de ces collections au silo 4. Ainsi, le service des Périodiques est au même étage ; il y prépare ses trains de reliure et effectue régulièrement des vérifications. La salle de lecture de la Documentation régionale est également au même niveau, ce qui permet une distribution en 5 mn des titres locaux les plus couramment demandés, non numérisés, mais dont certains sont microfilmés. Et les grands formats les plus demandés ne pourraient être acheminés par les bacs inadaptés du paternoster, ce système d’ascenseur en continu qui permet de transporter les documents d’un étage à l’autre.

Tri des cartes et plans

La même logique a été suivie pour les cartes et plans régionaux, conservés dans des meubles à tiroirs.

En revanche, la présence de petits formats nationaux ne peut s’expliquer que par une logique d’accroissement, sur un espace qui récemment n’était pas encore saturé.

La préparation des collections en vue de leur déménagement, et la conception du « silo idéal », celui qui permettrait à la fois la meilleure conservation et le meilleur service au public, a conduit à lancer plusieurs chantiers.

Le Tout Lyon, qui partira à la reliure

Le premier a été de séparer en trois les collections du silo 4 :

- les périodiques nationaux en cours (ou « vivants ») gérés par l’équipe de Cathy Sampaio, responsable du silo moderne, destinés à rejoindre le silo 2, qui communique avec les salles de lecture des départements Civilisation et Société ; ce sont les plus demandés et leur distribution en serait accélérée ;
- les périodiques nationaux arrêtés (ou « morts »), moins demandés, qui rejoindraient un étage supérieur ;
- les périodiques régionaux vivants et morts, très demandés à la Documentation régionale, qui ont vocation à rester au silo 4.

Dans le « silo idéal » la place obtenue par le départ des périodiques nationaux devrait permettre d’y localiser la centaine de milliers d’ouvrages du dépôt légal imprimeur, très demandés également en salle de la Documentation régionale.

Compactage des petits formats régionaux

Séparer les collections permet de mesurer exactement la place qu’elles occupent aujourd’hui, et demain, pour les titres « vivants » qui sont en accroissement, et donc de prévoir rigoureusement tous les déplacements des collections d’un étage à l’autre, jusqu’à leur place à la fin du chantier dans 5 ans. Les services réalisent donc des plans topographiques, étagère par étagère, plans « départ » et plans « arrivée » des collections.

Ce premier chantier s’est accompagné d’un second, celui du récolement des titres de périodiques [1] : retrouver des titres égarés, et, dans la foulée, corriger le catalogue (dont les bibliothécaires n’oublient jamais qu’il sert AUSSI au public), regrouper les collections, compacter les titres « morts » afin de faire de la place aux « vivants », refaire la signalétique pour éviter que les collègues nouveaux arrivés ne se perdent, pilonner ce qui n’a pas vocation à être conservé par BML et est parfaitement conservé ailleurs…

Le Nouveau Journal, qui partira à la reliure

Le troisième chantier est la préparation des grands volumes fragiles, pour qu’ils ne soient pas détériorés par les manipulations des déménageurs, en « emballant » dans du papier de conservation les plus fragiles, en envoyant à la reliure ceux qui le peuvent.

Ces chantiers ont mobilisé une partie de l’équipe du Silo moderne de Cathy Sampaio avec le renfort du service des Périodiques, et la Documentation régionale, soutenue par Santiago Gonzalez Garcia et Margaux Lapierre, stagiaire en communication à la Documentation Régionale.

L’Express, très fragile, emballé pour être déplacé sans être détérioré

Le travail continue dans les autres étages, mais la réussite de cette première étape encourage les équipes qui s’y impliquent.

Anne Meyer, responsable de la Documentation régionale et du Dépôt légal

[1C’est un terme d’ancienne jurisprudence, qui date du XVe siècle, qui s’appliquait au dénombrement par huissier des meubles saisis avant la vente consécutive à une saisie-exécution ; appliqué aux bibliothèques, c’est un inventaire, exécuté régulièrement dans les salles de lecture, mais plus rarement dans le magasins, où les document ont moins de chance de disparaître mystérieusement.