Le blog du confinement

Pendant cette période de confinement, la bibliothèque est à vos côtés pour vous accompagner. Les bibliothécaires jeunesse, les animateurs numériques et les numelyotes vous proposent dans ce blog un ensemble de ressources gratuites, accessibles directement en ligne.

Découvrir... le kamishibaï et son histoire

Un art de conter qui vient du Japon et qui signifie : Jeu théâtral de papier. Le principe : des planches illustrées défilent dans un butai (castelet en bois). Un art de la rue qui a connu des hauts et des bas...

Le Kamishibaï serait né au Japon vers 1920 (dans sa forme actuelle). (Le premier Kamishibaï pour enfants « La chauve-souris d’or » est créée en 1923 et inspiré des mangas.)

Il est issu d’une longue tradition de récits, de contes en images.
Vers les 9e ou 10e siècles, les prêtres utilisaient des rouleaux illustrés, qu’ils racontaient aux profanes, dans les rues, afin de transmettre la doctrine Bouddhiste.

Au fur et à mesure des siècles, les histoires sont devenues plus laïques et ont évoluées dans leur présentation, tout en gardant leur spécificité : spectacle de rue, images et narration.

JPEGDans les années 1920, afin de rendre le matériel plus facilement transportable, le Kamishibaï est inventé. L’artiste de rue va de village en village, le Kamishibaï installé sur le porte bagage de son vélo (support au castelet ou butai).
Il gagne sa vie en vendant des sucreries à ses petits spectateurs.
Il raconte des histoires à épisodes, afin que le public revienne pour connaître la suite et acheter de nouveaux bonbons.

Voir le livre Bonhomme kamishibaï (Le) sur le site de l’Ecole de loisirs

JPEGLa crise de 1930, développe de plus en plus ce type de spectacle. (le Kamishibaï est facilement transportable partout et c’est un moyen de travailler pour les personnes qui sont dans la misère).

On comptait 3 millions de conteurs dans le pays en 1937. Pendant la deuxième guerre mondiale, il est emmené partout, même dans les abris pendant les bombardements.

Dans les années 1950, il est si populaire, que la télévision Japonaise s’appelle au début « Denki Kamishibaï » ou Kamishibaï électrique.

Tombé en désuétude comme spectacle populaire avec l’avènement de la télévision, le Kamishibaï connaît maintenant une carrière internationale dans les bibliothèques et les écoles, car c’est un formidable dispositif d’animation ainsi qu’un outil pédagogique plein de ressources.

Voir la kamishithèque de la bibliothèque municipale de Lyon