Le blog du confinement

Pendant cette période de confinement, la bibliothèque est à vos côtés pour vous accompagner. Les bibliothécaires jeunesse, les animateurs numériques et les numelyotes vous proposent dans ce blog un ensemble de ressources gratuites, accessibles directement en ligne.

Insta Vintage

Découvrez l’instagram d’il y a un siècle, fruit des frères lyonnais Lumière, ces influenceurs de génie mettent au point des filtres magiques vous faisant voyager dans le temps.

L’autochrome est un procédé de mise en couleur photographique breveté le 17 décembre 1903 par les frères Auguste et Louis Lumière à qui nous devons déjà l’invention du Cinéma de 1895. Le 30 mai 1904, les lyonnais forts de leur succès présentent la technique « autochrome » à l’Académie des sciences.
À partir de 1907, le procédé séduit de nombreux Français et étrangers, les usines Lumière produisent ainsi plus de 6 000 plaques d’autochromes par jour.

C’est la première technique industrielle de photographie couleurs. La mise en couleur restituant plus fidèlement la réalité d’époque. Ce procédé de développement photographique fut utilisé de 1907 à 1932 environ. On lui doit en particulier de nombreuses photos de la Première Guerre mondiale.

Technique

1. le technicien enregistre l’image sur une seule plaque photographique sous forme d’une image noir et blanc composite représentant le rouge, le vert et le bleu.

2. puis saupoudre une plaque de verre avec des millions de particules microscopiques de grains de fécule de pomme de terre — teints en rouge (orange), vert et bleu (violet), fixés par de la résine.

3. Les interstices entre les grains sont comblés par de la poudre de carbone très fine (noir de fumée).

4. enfin une laque protège les opérations de développement.

La technique demande un long temps de pose, d’où le flou fréquent de la végétation.

Ces clichés doucement surannés font naître en nous une légère nostalgie. La Bibliothèque numérique de lyon conserve un fonds de ces pépites temporelles d’autochromes, leurs couleurs un peu fanées, les mines surprises de ses sujets, titillent notre imagination, et leur confèrent parfois une interprétation frôlant le burlesque.