Le Fonds chinois

Le fonds Danielle Li

JPEG - 17.8 ko
Danielle Li,
née en 1927

Née à Pékin en 1927, Danielle Li est la fille du musicien Li Shuhua. Ce dernier, arrivé en France en 1918, a été inscrit à l’Institut franco-chinois de Lyon de 1923 à 1926 sous le numéro 164.

Danielle Li passe les trente premières années de sa vie en Chine, notamment à Hangzhou où son père enseigne à l’École des Beaux-arts et fréquente d’autres artistes chinois formés en France.

Diplômée, elle devient professeur d’anglais et enseigne notamment à la Faculté de médecine de Hangzhou. L’alourdissement du climat politique contraint la famille Li à quitter la Chine. Danielle Li s’installe à Lyon en 1956.

En France, elle poursuit sa carrière d’enseignante : d’abord lectrice puis assistante de chinois, elle est titularisée maître de conférence à Lyon III en 1980.

C’est à l’initiative de Danielle Li que débute, en 1974, le transfert à la Part-Dieu des ouvrages de la bibliothèque de l’Institut franco-chinois de Lyon. Commence alors une longue entreprise d’inventaire de ces documents, considérés comme le noyau constitutif de l’actuel Fonds chinois de la BML.

En 1980, elle est nommée secrétaire générale de la nouvelle association « Institut franco-chinois ». Fondée à l’initiative du professeur Mallet-Guy, elle accorde des bourses à des étudiants chinois.

En 1992, Danielle Li est élue Vice-présidente de l’Association Chine services, instituée en réponse à une sollicitation de la Chambre de commerce de Lyon soucieuse de permettre aux PME de travailler avec la Chine.

En 2011, Danielle Li donne à la BML sa bibliothèque et ses archives personnelles. Par ce don, elle contribue à enrichir un fonds auquel elle a permis de voir le jour. Ces documents comprennent des ouvrages sur la langue et civilisation chinoises, mais aussi les archives de la famille Li et une correspondance entretenue par Danielle Li depuis les années 1950. Le traitement de ces documents n’a pas encore été entrepris.

La correspondance ne sera pas consultable avant 2041.

Éléments bibliographiques :

Caroline LEFEBVRE et Danielle LI, L’Eurasienne, « une femme entre Chine et France », Danielle Li, récit d’une vie, Starter, Saint-Etienne (Loire), 2008, 130 p.

Jean-Louis BOULLY, Danielle LI (coll.) et Benédicte HÉRAUD (coll.), Ouvrages en langue chinoise de l’Institut franco-chinois de Lyon : 1921-1946, Bibliothèque municipale de Lyon, Lyon, 1995, 515 p.

Annick PINET et Danielle LI, L’institut franco-chinois de Lyon, l’ancien, 1921-1950 ; l’actuel, depuis 1980, Institut franco-chinois de Lyon (association), Lyon, 2001, 85 p.

Jean-Louis BOULLY et Danielle LI, Catalogue des thèses de doctorat des étudiants de l’Institut franco-chinois ; Liste des noms des étudiants de l’Institut franco-chinois de Lyon (1921-1946), Association des amis des bibliothèques de la ville de Lyon, Lyon, 1987, 54 p.

LI Chensheng (Danielle LI), Contribution à l’étude de la condition féminine en Chine : l’émancipation de la femme à travers quelques revues en langue chinoise, notamment la revue Funü zazhi (Journal de la femme), des années 1915 à 1929, mémoire de maîtrise (chinois), Lyon III,.Lyon, 1973, 161-28 p.

LI Chensheng (Danielle LI), Contribution à l’étude de la pédagogie à la fin des Ming et au début des Qing d’après l’œuvre de Li Gong (1659-1733) : le Xiaoxue jiye, thèse de doctorat (chinois), Paris VII, Paris, 267 p.